Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 17:20

LECTURE OFFICINALE OU PRESQUE

LE TOXOPLASMA ENTRE TOM & JERRY

LE TOXOPLASMA ENTRE TOM ET JERRY

Au hasard d’une lecture  de la revue POUR LA SCIENCE (Edition française de Scientific American) de ce mois d’avril 2016, un petit texte remarquable attire notre attention :    

Source : POUR LA SCIENCE, page 08, n°462, Avril 2016

Pourquoi le parasite de la toxoplasmose nous manipule

Certains parasites perturbent le comportement de leurs hôtes d'une façon qui favorise leur propagation. C'est le cas de l'agent de la toxoplasmose, Toxoplasma  gondii, un protozoaire qui infecte de multiples espèces, mais ne peut accomplir son cycle de reproduction sexuée que chez les félins : une souris parasitée est attirée par l'urine de chat et s'expose davantage à son prédateur. Chez l'homme aussi, Toxoplasma gondii provoque divers changements de comportement, augmentant par exemple les temps de réaction. Mais pourquoi ? Peu de chances aujourd'hui que cela nous fasse dévorer par de grands félins...

Il faudrait alors remonter au temps où nous étions encore leurs proies de choix pour le comprendre. Des chercheurs du Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS UMR 5175), à Montpellier, ont ainsi montré que nos plus proches parents, les chimpanzés, sont attirés par l'urine de léopard quand ils sont parasités. Or ces félins sont leurs prédateurs naturels et profitent donc probablement de l'aubaine I Et lorsqu'ils croquent un chimpanzé infecté, le parasite en profite pour gagner un hôte où il peut se reproduire. Chez notre espèce, les modifications comportementales provoquées par Toxoplasma gondii seraient donc un vestige évolutif.

Guillaume Jacquemont, C. Poirotte et al., Current Biology, en ligne le 8 février 2016 

 

L’explication du pharmacien :

          La toxoplasmose est, en principe, très connue chez le commun des officinaux, sa recherche est en effet un examen biologique de routine pour toutes les femmes enceintes (avec la rubéole entre autres).

         Rappelons à toute fin utile que le toxoplasme de son vrai nom Toxoplasma gondii (un joli nom) est un beau protozoaire . Ces derniers sont une famille d’êtres vivants  qui sont tellement narcissiques qu’ils ne sont formés que par une seule cellule. L’encyclopédie gratuite IMAGO MUNDI  donne une bonne classification de ces protozoaires.

Le PRECIS DE PARASITOLOGIE MEDICALE (Pr Agoumi & Coll. Collection Medika aux Editions Horizons, 2003) dans sa page 88, offre une excellente description de ce parasite unicellulaire et de son cycle évolutif.

- En effet, le Toxoplasma gondii, égoïste qu’il est, a un cycle asexué se multipliant tout seul sans partenaire sexuel ! Ce cycle asexué se passe chez l’hôte intermédiaire : l’Homme, les animaux herbivores (moutons …) ou omnivores (Jerry … enfin la souris et autres)

- En passant chez l’hôte définitif – Tom … enfin le chat et autres félins – le Toxoplasma gondii s’offre en plus de la multiplication asexuée, les plaisirs charnels de la reproduction sexuée (sacré coquin ! avec des microgamètes males et des macrogamètes femelles qui font … euh ! … enfin, vous voyez ce que je veux dire).

La "popularité" du Toxoplasma gondii, vient du fait qu’il cause chez la femme enceinte non immunisée ce qu’on appelle une toxoplasmose congénitale  avec des anomalies fœtales.  

                       

           L’étude rapportée ici, a fait l’objet d’un communiqué de presse officiel du CNRS paru  le 08 Février 2016 intitulé : « Toxoplasmose : attraction mortelle du chimpanzé parasité pour le léopard »

On apprend ainsi que l’ingestion des sporocystes (plus exactement les oocystes) du Toxoplasma gondii par Jerry, lui font tourner la tête : imaginons la scène en mode bandes dessinées ! il  trouve subitement que les urines de Tom sentent le parfum N°5 de Chanel. En suivant ces odeurs, qui lui paraissent divines sous l’effet du coquin Toxoplasma gondii, il se retrouve nez à nez face à qui ? … à Tom qui ne fera de lui qu’une bouchée.

Sacré Toxoplasme grivois ! Il s’offre les plaisirs licencieux de la reproduction sexuée sur le dos du pauvre Jerry qui se fait dévorer, pauvre hôte intermédiaire.   

Ce qui est valable entre Tom & Jerry est valable entre le chimpanzé et le léopard, et serait aussi valable entre l’Homme et les grands félins. En principe un Homme infecté par le Toxoplasma ne verra dans le tigre du Bengale qu’un gros minou à l’odeur agréable. Heureusement que le temps où nous étions encore leurs proies de choix est révolu.

 

           C’est assez incroyable de constater que le comportement d’un animal aussi évolué qu’un chimpanzé puisse être modulé par un protozoaire.

Mieux encore dans un excellent article qu’on vous recommande , paru dans Le Monde  [La flore intestinale joue avec notre mental , LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 23.03.2012 • Mis à jour le 26.09.2012 | Par Marc Gozlan] le journal rapporte plusieurs études qui montrent l’interaction entre la flore intestinale et le cerveau.  « Les bactéries résidentes intestinales pourraient produire des substances actives sur le cerveau  ... » nous dit-on.

Cela montre de manière évidente la relation spectaculaire entre le comportement de l’Homme (sensé être maitre de ses actes) et son environnement microbiologique. L’impact du Toxoplasma gondii sur le comportement des mammifères est un summum en la matière.

Que l’Homme soit guidé par son instinct, c’est un fait établi, par ses hormones, c’est un secret de polichinelle ! mais courir à sa perte sous l’emprise d’un parasite, voilà qui est nouveau.

Rédigé en collaboration avec Dr Mouna (Pharmacienne officinale)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche