Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 11:36

Syndrome du Bébé Secoué SBS

Mise à jour du 10/11/08

 

Source :  

Titre : Traumatisme crânien du nourrisson : quand penser à une maltraitance ?

Auteurs : Dr Georges Dubois

Réf Internet : http://www.jim.fr/e-docs/00/01/95/F4/document_actu_med.phtml   05/11/2008

Réf bibliographique : Fujiwara T et coll. : Characteristics that distinguish abusive from nonabusive head trauma among young children who underwent head computed tomography in Japan. Pediatrics 2008 ; 122 : e841-e847

 

Dans un article qu'on eu le plaisir de co-écrire en janvier 2003 (déjà) avec Dr ALBAROUDI  on avait soulevé le problème du SBS. Le texte intégrale est disponible de ce même blog http://pharamster.over-blog.com/pages/NOTIONS_DE_SYNDROME_DU_BEBE_SECOUE-1059138.html

La plus part des articles sur lesquels on s’était basé étaient canadiens, cette fois-ci c’est un article japonais qui soulève le même problème vu à travers le prisme du traumatisme crânien       

Mise à part l’accident patent, un traumatisme crânien (TC) du nourrisson doit toujours
faire suspecter une maltraitance. Cette étude japonaise rétrospective rappelle cette règle, et pointe les marqueurs cliniques de sévices corporels.

Son matériel est constitué par les dossiers médico-sociaux de 260 enfants de 0 à 2 ans, ayant été explorés par scanner à rayons X pour un traumatisme crânien ou des signes faisant craindre une affection intracrânienne, après exclusion des observations de lésions autres que traumatiques.

Les traumatisme crânien ont été classés en « infligés » c'est-à-dire dus à des sévices corporels ou en « accidentels », par un groupe multidisciplinaire, d’après le mécanisme des lésions intracrâniennes et l’existence de lésions associées ; puis les deux groupes ont été comparés par les auteurs.

     Quatre marqueurs cliniques de sévices ont été dégagés :

                               l’absence de traumatisme déclaré,

                               des troubles neurologiques,

                              3° un hématome sous-dural et

                               des hémorragies rétiniennes.

      Résultats :

Ø       Les traumatismes crâniens infligés représentaient 11 % de la série (28/260).

Ø       Deux facteurs de risque de maltraitance ont été retrouvés : le sexe masculin et la naissance multiple (mais pas la prématurité).

Ø       L’âge, sa moyenne était inférieure à celle des traumatisme crânien accidentels et il existait un pic à 2-4 mois et un autre pic à 7-9 mois.

Ø       D’après les déclarations des personnes qui s’occupaient des enfants, 60,7 % des enfants avec traumatisme crânien infligés n’avaient eu aucun traumatisme auparavant (ils niaient en fait les sévices exercés sur le bébé) ,

Ø       Les sévices n’étaient admis ou n’avaient eu un témoin que dans 18 % des cas. L’absence d’antécédent de traumatisme avait une valeur prédictive positive de 65 % pour déceler des sévices dans cette série d’enfants passés au scanner.

Ø       Les troubles de la conscience, les convulsions et les paralysies étaient plus fréquents en cas de traumatisme crânien infligés, mais pas les vomissements ni les lésions du cuir chevelu.

Ø       Un hématome sous-dural ne se voyait au scanner que dans les traumatisme crânien infligés (18/28 ; p <0,001) et il faut le dire encore une fois c’est un signe capital dans le syndrome du bébé secoué 

Ø       Il en était de même pour les hémorragies rétiniennes constatées au fond d’oeil (p=0,05).

Dans l’ensemble, les enfants victimes de sévices avaient des lésions cérébrales plus sévères que les autres. Cependant, moins d’un tiers d’entre eux étaient retirés de leur famille par les services de protection de l’enfance.

Cet article rétrospectif n’apporte pas de notion véritablement nouvelle. Sous la dénomination de traumatismes crâniens infligés, il mélange en fait des enfants secoués, sans doute les plus nombreux, et des enfants battus. Il a cependant le double mérite de rappeler que les sévices aux nourrissons sont sous-estimés en fréquence et en gravité, et de montrer que, malheureusement, ils n’épargnent aucun pays.
Le 10/11/08

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche