Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 12:19

CAS D’OFFICINE  
Une cardiologie du pauvre !


Il y a quelques temps on a  reçu l’ordonnance suivante : 
 

*       Régime sans sel

 

*       Lasilix CP           (furosémide)                                    PPM 34.90 DH 

                        Le furosémide est un diurétique hypokaliémiant.

*       Aldactone 50 CP (spironolactone)                              PPM 83.90 DH

                         La spironolactone est un diurétique épargneur de potassium

*       Convertal 25 CP (captopril)                                        PPM 91.80 DH 

                         Le captopril est un inhibiteur de l’enzyme de conversion

*       Digoxine 0.25 CP (digoxine)                                       PPM 25.00 DH

                          La digoxine est un glucoside cardiotonique antiarythmique.

 

Le patient nous dit qu’il lui reste d’une ordonnance précédente les médicaments suivants :

                             LASILIX, DIGOXINE  Et DIFFU K.

Il n’aura donc besoin que du CONVERTAL et de l’ALDACTONE


Problème :
Le patient n’a pas les moyens d’acheter les deux produits, qui ont par ailleurs presque le même prix, il ne peu donc  acquérir qu’un seul produit.

 

Question:
Comment peut-on gérer ce cas au mieux pour le patient ?

 

       Là il s’agit  d’une véritable ordonnance croisée, avec à la verticale les données pharmacologiques et à l’horizontale la réalité du terrain qui est essentiellement caractérisé par la pauvreté et l’ignorance.

       Une première attitude, qui par ailleurs est logique, serait de dire au malade :
« je n’y peu rien, il faut absolument prendre votre ordonnance en totalité et débrouillez vous pour l’argent, car là, avec les crédits … je suis totalement débordé»    

Le risque avec cette attitude est de voir ce patient rejoindre le contingent des malades atteints de cardiopathies qui sont mal soignés et mal suivis et qui sont déjà fort nombreux dans notre pays.

        Une deuxième attitude serait d’essayer de gérer au mieux cette situation pour le patient ce qui consiste à lui proposer de prendre d’abords le CONVERTAL et ; en attendant d’acheter l’ALDACTONE … qui est un diurétique épargneur de potassium ; on lui laissera le LASILIX qui est lui aussi un diurétique mais qui crée une déplétion potassique et donc on doit obligatoirement le lui laisser avec le DIFFU K.

L’erreur à ne pas fair serait de le laisser prendre le LASILIX sans DIFFU K

Au final il prendra : CONVERTAL 25, DIGOXINE, LASILIX & DIFFU K ces trois derniers étant déjà achetés

 

        L’objectif de cette attitude, qui n’est pas dénouée de critiques, étant de respecter au mieux la logique et l’esprit de l’ordonnance avec les moyens du bord, c'est de la pharmacomarocolgie    

Ce genre de démarches oblige l’officinal à rafraîchir ses connaissances pharmacologiques oubliées au profit des connaissances fiscales et comptables qui sont certes importantes mais qui n’ont aucune valeur si elles ne sont pas le fruit des connaissances techniques

Partager cet article

Repost 0
Published by amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article

commentaires

Yassine Cheggour 10/02/2009 19:02

Bravo pour votre blog! je l'ai decouvert recement et c'est une petite merveille pour notre profession.
Bonne continuation

amster 10/02/2009 19:13


Merci, à travers ce blog on ne fait que relater une partie de notre vie professionelle  


Recherche