Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 11:50

CAS D’OFFICINE : CONDOMS & OVULES


Ayant reçu l’ordonnance suivante :

Note déontologique : les coordonnés du médecin traitant et le nom du patient on été expressément masqués. Cette image a été publiée à titre informatif afin de rapprocher le plus possible le lecteur de la réalité de notre exercice professionnel.       

                    
- CONDOM PROTEX

- PHARMATEX OVULES

 

A priori en regardant cette ordonnance on comprend que le médecin traitant ayant voulu augmenter l’efficacité contraceptive du spermicide PHARMATEX (BENZALKONIUM CHLORURE) il l’a associé avec l’utilisation d’un préservatif.

 

Avis du pharmacien :

      L’utilisation d’un condom en association avec une autre méthode contraceptive est souvent prescrite et c’est même un conseil officinal pertinent notamment en cas d’un oubli de plus de 12 heurs de la  prise d’un comprimé d’un contraceptif oral. Le condom permet en effet de pallier à une défaillance prévisible d’une méthode contraceptive déjà instaurée.

      Le problème posé par cette ordonnance est de deux ordres :

      - PHARMATEX  ovule est une contraception locale. Pourquoi alors lui associer une autre contraception locale d’autant plus que cette dernière est de loin largement efficace ? N’est-t-il pas plus logique de n’utiliser finalement que le condom ?

       - Sachant que la plus part des matières grasses dissolvent le latex des préservatifs, l’excipent des ovules PHARMATEX ne va-t-il pas détériorer le condom ?

Si je réserve la réponse à la 1ère question à l’appréciation de chacun, la 2ème question mérite un peu plus de précision :


Une 1ère réponse à ce sujet est trouvée dans un document daté d’avril 2004 intitulé « Consensus Canadien sur la contraception » [ Ref. 
http://www.sogc.org/guidelines/public/143F-CPG3-Avril2004.pdf ]
C'est un document PDF de 48 pages qui dans sa page 5 classe PHARMATEX ovule parmi les produits à ne pas utiliser avec les condoms.

Dans un autre document d’une institution affiliée à l’université JOHNS HOPKINS au MARYLAND USA spécialisée dans la santé reproductive [ Ref. http://www.reproline.jhu.edu/french/ ] et plus précisément dans un fichier PDF de 25 pages [ Ref. http://www.reproline.jhu.edu/french/6read/6multi/6tgwg/pdf/tgbm__f.pdf ] au niveau de la page 12 il est précisé ce qui suit : 

« Les autres produits qui abîment les condoms en latex sont certaines crèmes vaginales, les spermicides vaginaux et les lubrifiants sexuels. Voici certaines des marques qui ont été identifiées comme nuisant aux condoms:

- crèmes vaginales (Monistat, Estrace, Femstat, Vagisil et Premarin);

- spermicides vaginaux (Rendell's Cone et Pharmatex Ovule); et

- lubrifiants sexuels (Elbow Grease, Hot Elbow Grease et Shaft). »


En conclusion :

         Il est clair que le PHARMATEX ovule est incompatible avec l’utilisation d’un condom. Et que plus généralement une vigilance accrue de la part des pharmaciens est recommandée quant à l’utilisation concomitante des préservatifs avec des ovules gynécologiques ou d’autres pommades ou crème à usage gynécologique type CANESTENE, PEVARYL, MYCOLOG, COLPOTROPHINE CREME, etc.

Pour le cas précis de cette ordonnance la conduite à tenir adéquate en toute bonne foi serait :

- Rappeler poliment et avec beaucoup d’égard (car certains ne l’acceptent pas) le médecin traitant s’il a un n° de téléphone sachant que les ordonnances émanant des services publiques ne contiennent que très rarement les coordonnés du médecin traitant.  

- A défaut on préconisera l’utilisation du préservatif seul en attendant de revoir le médecin traitant.  

 

Note pour le grand public : Condom est le synonyme de préservatif

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article

commentaires

Recherche