Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 21:21

Les génériques au Maroc

 

 

Source : A. BELAÏCHE. Les médicaments génériques au Maroc : le prix en question. Espérance Médicale, Tome 16, N° 158, Pages 250-254, Mai 2009

 

              Un article fort intéressant, a été publié dans la revue Espérance Médicale du mois de Mai 2009, signé par le directeur d’une société de promotion médicale de la place, à propos des médicaments génériques. Ci-après les points les plus importants      


Définition du générique :

              Selon le nouveau code du médicament et de la pharmacie [1], une spécialité générique d'une spécialité de référence est une spécialité qui a la même composition qualitative et quantitative en principes actifs et la même forme pharmaceutique que la spécia­lité de référence et dont la bioéquivalence avec cette dernière a été démontrée par des études appropriées de biodisponibilité.
La spécialité de référence et la ou les spécialités qui en sont générique(s) constituent un groupe générique.

 

La part de marché des génériques :

 

Part de marché des génériques en volume

Projection à 2008 des données de l'IMS Health

Dans les appels d'offre de la santé publique

91 %

Maroc

Dans le secteur privé

 

27 %

Maroc

64 %

Royaume-Uni

63 %

USA

56 %

Allemagne

20 %

France

9 %

Espagne

4 %

Italie

 

          - La situation au Maroc est plus satisfaisante que celle de certains pays du Sud de l'Europe. Mais, compte tenu de la faiblesse du pouvoir d'achat moyen des marocains et de la faiblesse relative du taux de couverture de l'assurance maladie, les génériques devraient être normalement au moins à un niveau double de leur position actuelle selon l’auteur.

          - Il ajoute par ailleurs que l'évolution des génériques au Maroc reste faible malgré ce contexte socio-économique et l'encouragement des pouvoirs publics. La principale raison en est les préjugés négatifs dont sont victimes ces médicaments

          - Ceci n'a pas empêché les médicaments génériques de s'implanter en force, entre autres, dans les traitements des maladies chroniques, où leur utilisation n'est pas épisodique mais quotidienne et parfois à vie. L'évolution spectaculaire de ces génériques au niveau de ces segments du marché est une preuve de plus de leur efficacité [2]

 

Le prix des génériques :  Les prix bas des médicaments génériques s'expliquent par les raisons suivantes :

       1- la politique des prix du ministère de la santé qui fixe les niveaux des prix des médicaments génériques par rapport à leurs princeps;

       2- l'absence de frais de recherche à amortir;

       3- la nécessité de s'implanter face à une concurrence bien installée;

       4- la multiplication des fournisseurs de matières premières avec pour corol­laire d'importantes baisses des prix.

 

Economies en Dirham réalisées par les génériques

Au niveau de 4 familles thérapeutiques en 2003 et en 2008 [8]

 

 

2003

2008

EVO

Gain

Gain

Gain /

Dépenses

Gain

Gain /

Dépenses

Antihypertenseurs

15 544 455.00

5,8%

175 864 554.00

32,9%

1 031%

Antidiabétiques oraux

12 467 512.00

15,1%

30 550 294.00

20,3%

  145%

Hypolipemiants

730 957.00

2,6%

53 497 260.00

70,4%

7 219%

Antidépresseurs

7 686 026.00

7,6%

64 578 148.00

34,7%

  740%

 

Le ministère de la santé espère porter la différence de prix entre le premier générique et son princeps à 40%.

 
La prescription des génériques :

            En octobre 2008, une enquête a été réalisée au Maroc [3] par le Centre Marocain Anti-poison et de Pharmacovigilance, sur recommandations de l'OMS et avec son appui financier. L'objectif de cette enquê­te était d'analyser la prescription des médicaments et de l'automédication. Cette enquête a permis de montrer entre autres, les éléments suivants :

        - Les génériques sont plus présents au niveau de la prescription (31,5%) qu'au niveau de l'automédication (22,8%);

        - Les génériques sont plus prescrits par les généralistes (36,3%) que par les spécia­listes (27,1%). En revanche, les chirurgiens dentistes constituent une exception avec un taux de prescription de l'ordre de 46,0%

        - Il n'y a pas de différences significatives entre la prescription des médecins privés (31,4%) et celle du secteur public (32,3%)

        - La prescription des génériques au niveau de Casablanca et de Rabat (respec­tivement 28,0% et 28,7%) est plus faible que celles des autres villes : 37,7% à Fès, 34,2% à Tanger, 33,5% à Oujda et 33,0% à Marrakech;

        - Il n'y a pas de différences significatives entre la prescription des génériques dans le milieu rural (32,2%) et dans le milieu urbain (31,4%);

        - La prescription des médicaments géné­riques est plus importante pour les patients issus d'un milieu socioprofes­sionnel faible (34,8%) que ceux issus d'un milieu moyen (29,9%) ou élevé (28,6%)

 

Références :

1- Code du médicament et de la pharmacie : bulletin offi­ciel N°5480-15 Kaada 1427 (7-12-2006).

2- Belaiche A. La place des génériques dans les patholo­gies chroniques. Journées médicales de Meknès. 17 Février 2007.

3- Enquête nationale sur la prescription et l'automédica­tion Centre Marocain Anti-poisons et de Pharmacovigilance en collaboration avec l'OMS - Octobre 2008. Pré­sentée aux 2èmes  journées scientifiques de pharmacovigilance. 19/20 Décembre 2008. Rabat (en cours de publication).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche