Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 13:11

CAS D’OFFICINE : RANITIDINE & OMEPRAZOLE

 

On a reçu ce samedi 20/06/09 l’ordonnance suivante émanant d’un service de santé publique :


Rappels déontologiques : 
  - les coordonnés du médecin traitant et du patient on été expressément masqués. Cette image est publiée à titre strictement informatif afin de rapprocher le plus possible le lecteur de la réalité complexe de notre exercice professionnel.       
  - Loin de nous tout côté « donneur de leçons », Pharamster considère que ne nous détenons pas de vérité absolue, en fait toutes les analyses, présentées ici, sont rédigées de bonne foi en fonction des données scientifiques dont nous disposons. Face à toute imprécision, erreur ou omission éventuels, pharamster reste ouvert à toute remarque, critique ou rectification dans l’intérêt de tous et surtout dans l’intérêt du patient qui reste le cœur de notre métier à tous.


Le médecin traitant a prescrit donc à Mr Lahcen, 55 ans, qui se plaint de maux d’estomac les produits suivants :

     - PRAZOL 20 mg   1 CP x 2 / j

DCI Oméprazol : Antiulcéreux, antisécrétoire gastrique, inhibiteurs de la pompe à protons,  

     - EFITAC 300 mg    1 CP EFF / j

DCI Ranitidine : Antiulcéreux, antisécrétoire gastrique, antagoniste des récepteurs histaminiques H2

     - PERIDYS              1 CP x 3 / j  ½ heure avant les repas

DCI : Dompéridone : Antiémétique & prokinétique stimulant la motilité gastro-intestinale      


Analyse :
      L’utilisation d’un prokinétique en cas d’ulcère parait justifiée, par contre l’association de 2 antisécrétoires gastriques, même avec des mécanismes d’action différents, parait illogique sauf information dont on ne disposerait pas actuellement. [lire absolument le Post-scriptum du 30/06/09 à ce sujet] 


Notre conduite :

      En absence de moyens (Téléphone, Email) pour contacter le médecin traitant, on a expliqué au patient, touten évitant strictement toute invective à l’égard du médecin prescripteur*, et en toute bonne foi qu'il vaut mieux se limiter à un seul antisécrétoire en plus du prokinétique  


*  Toute invective à l’égard d’un prescripteur (soit entre médecin ou pire encore entre pharmacien et médecin) constitue une attitude catastrophique dont le patient en payera un lourd tribut et pour cause, ce comportement qui en plus d’être condamnable déontologiquement nuit à la relation patient - médecin et installe un climat de méfiance qui se répercute sur tout le corps médical. La grande victime de tout cela est malheureusement le patient  qui va multiplier les consultations inutiles et collectionner les effets secondaires voir retarder le diagnostique.         


Post-scriptum du 30/06/2009 :

De la part de K.S. qui nous a apporté la précision suivante :  

« La prescription d'un IPP associé à un anti-H2 est possible dans les cas suivants:
- Pour les patients qui ont besoin du maintien d'un PH gastrique elevé pendant la nuit difficile à obtenir avec un IPP seul à dose habituelle (oméprazole 20 mg) »
Réf: S. XUE, P. O. KATZ, P. BANERJEE, R. TUTUIAN & D. O. CASTELL - Bedtime H2 blockers improve nocturnal gastric acid control in GERD patients on proton pump inhibitors Aliment Pharmacol Ther 2001; 15: 1351±1356

Notre avis : Ce cas démontre que la formation continue porte parfaitement son nom, un grand merci à K.S. 

Post-scriptum du 04/07/2009 :

Aux dernières nouvelles Mr Lahcen, avait en fait une lithiase biliaire révélée suite à une simple échographie …, pour le moment il est dans l’attente d’une intervention.

En attendant, il faut faire attention dans ce cas aux produits contenant du sorbitol comme excipent (Exp. Phosphalugel) ou comme principe actif (Exp. Sorbhepatique) , Le sorbitol qui a un effet cholagogue va en effet exacerber les douleurs   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article

commentaires

K. S. 30/06/2009 11:16

Bonjour,La prescription d'un IPP associé à un anti-H2 est possible dans les cas suivants:- Pour les patients qui ont besoin du maintien d'un PH gastrique elevé pendant la nuit difficile à obtenir avec un IPP seul à dose habituelle (oméprazole 20 mg )Réf: S. XUE, P. O. KATZ, P. BANERJEE, R. TUTUIAN & D. O. CASTELL - Bedtime H2 blockers improve nocturnal gastric acid control in GERD patients on proton pump inhibitors Aliment Pharmacol Ther 2001; 15: 1351±1356

Amster 30/06/2009 11:37



Merci pour cette information bien référencée qu'on avait pas, je me presse de suite pour la diffusée.


Merci encore  


 



Recherche