Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:00

à propos d’un cas
de syphilis secondaire

 

       Il y a quelques jours, un de nos patients s’est présenté à nous pour information et conseil. IL nous a présenté d’abord 3 documents qui concernent sont neveu âgé de 30 ans qui présentait des « lésions » cutanées au niveau de la peau et en particulier au niveau de la paume des mains. Ces 3 documents comprenaient             

1er    document : Une demande d’analyse VDRL & TPHA
2ème document : Le résultat de cet analyse qui était positif, en plus de celui de l’hépatite C : négatif et du VIH négatif
3ème document : L’ordonnance du médecin traitant avec : la Pénicilline G  et une oxytetracycline en Cp.


Selon notre interlocuteur, le patient a très bien répondu au traitement.
Une première constatation s’impose, il s’agit visiblement d’une syphilis secondaire classique. Et notre interlocuteur ne s’avait visiblement pas la nature réelle de cette pathologie

       Mais ce qui amena en fait notre interlocuteur à s’informer, c’est que quelques mois après cet épisode, la sœur du patient a présenté les mêmes symptômes que son frère, et il se posait la question s’il fallait administrer le même traitement à la sœur ? 
Sur le coup on est resté très perplexe, s’agit-il d’une de ces histoires pas très catholiques de relation incestueuse …Notre attitude a été de deux niveaux : il fallait d’une part répondre honnêtement à notre interlocuteur (il y va de notre crédibilité) tout en ménageant les susceptibilités. Chaque mot devait être bien jugé et bien jaugé comme si on avançait sur un terrain miné. Mais avant cela il fallait bien s’informer nous-mêmes sur la contagiosité de la syphilis secondaire.

En effet la syphilis secondaire va s’exprimer entre autre par des syphilides qui sont de petites élevures brun rougeâtre infiltrées souvent macérées voire suintantes. Ces syphilides sont en effet très contagieuses d’autant plus qu’elles siégent le plus souvent au niveau du visage dans plantes des pieds et des paumes des mains. Si la syphilis est à 95 % de transmission vénérienne, il reste néanmoins 5 % de cas de transmission non vénérienne (cf. source n° 1 n° 2 et n° 3)     
Il est donc probable (à hauteur de 5 % des cas) que dans notre cas le mode de contagion ait été cutané ou plus vraisemblable cutanéo-muqueux  (sauf informations dont on ne dispose pas).
Nous avons donc pu expliquer dans la sérénité à notre interlocuteur la nature vénérienne de cette pathologie et son mode de transmission pourcentages à l’appui. Bien entendu il fallait impérativement pour le cas de  la sœur consulter le médecin traitant avant toute démarche.

Reste une question pourquoi en a arrivé au stade de syphilis secondaire ?



                                                                                  Un chancre

La syphilis est une infection sexuellement transmissible due à une bactérie le tréponème pâle. Les stades de la syphilis e
n bref : 
        - le stade primaire est caractérisé par l’apparition d’un chancre (petite ulcération de 3 à 5 mm le plus souvent indolore reposant sur une base ferme à la palpation). 
        - Cette syphilis male ou non traitée va évoluer vers la syphilis secondaire caractérisée par une éruption cutanée suivie quelque temps par les fameux syphilides de notre patient.
        - Ce stade non ou mal traité va évoluer vers la syphilis tertiaire caractérisée par les complications neurologiques extrêmement graves (dont on a eu à apprécier la gravité dans un autre cas réel dans notre quartier en souffrance encore jusqu'à aujourd’hui)       

La responsabilité du pharmacien :

Cette responsabilité est énorme vu que généralement l’officine est la première porte franchie en cas de lésion génitale. L’attitude de l’officinal sera déterminante et on la résumera en une phrase :

Face à toute lésion génitale il est irresponsable voire criminel de la part du pharmacien d’officine d’opter pour un quelconque traitement sauvage que ça soit par voie cutanée ou par voie orale et ce quelque soit les conditions matérielles ou autres du patient.  

Faire la différence entre un chancre mou, une balanite ou un simple eczéma est du ressort strict du médecin, tout traitement hasardeux d’une lésion génitale peu avoir des conséquences désastreuses sur le patient et son entourage comme on vient de le voir dans ce cas.

                   

 Source 1 :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Syphilis#Syphilis_secondaire

«  On retrouve des syphilides, au niveau du visage, des paumes des mains et des pieds, et en périorificiel, petites papules brun cuivrée, polymorphes, très contagieuses : un simple contact d'une muqueuse syphilitique ou d'une syphilide contre une peau ayant une forme de lésion quelconque (grattage, coupure, brûlure ou autre forme de plaies) suffit à être contaminant »

 Source 2 : http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/syphilide-4454.html

« La syphilis est particulièrement contagieuse pendant la phase primaire et secondaire. Étant donné que le tréponème peut traverser la peau qui n'est pas abîmée, son passage vers l'intérieur de l'organisme se fera par l'intermédiaire d'une muqueuse (couche de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'air et tout particulièrement la bouche le rectum) par l'intermédiaire des baisers ou des contacts corporels intimes) ou par l'intermédiaire d'une peau lésée. Une fois que le tréponème a pénétré à l'intérieur du corps il envahit le système lymphatique où on le retrouve dans les ganglions lymphatiques quelques heures après son inoculation (introduction dans l'organisme). À partir des ganglions lymphatiques, le tréponème va se répandre dans la circulation sanguine (voie hématogène). Dans plus de 95 % des cas, la transmission se fait par voie sexuelle. Néanmoins il est nécessaire que le microbe (spirochète) pénètre dans l'organisme par des écorchures des muqueuses. Le contact sexuel avec une personne infectée, quelquefois n'est pas contaminant si la muqueuse du partenaire est saine. »

 Source 3 : Treponema  http://www.microbe-edu.org/etudiant/Treponema.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans MEDECINE & SANTE
commenter cet article

commentaires

Recherche