Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 12:00

Analphabétisme, démocratie & religion
R é f l e x i o n 
clavier.jpg
 
    


Suite à la publication du taux d'analphabétisme au Maroc Chiffres & repères : Taux d’analphabétisme au Maroc



       La notion d’analphabétisme devrait être reconsidérée à notre sens, au vu des évolutions sociales et des impératifs technologiques. De notre point de vu? on peut recenser  globalement 4 niveaux :

 

      - L’analphabétisme de 1er niveau : l’incapacité de savoir lire et écrire.

      C’est le niveau basal qui constitue un handicap majeur non seulement pour la personne mais aussi pour l’ensemble de la société. C’est, en effet, un des éléments qui vont biaiser la démocratie.
Avec une population analphabète deux situations se posent, soit on mettra en place un système démocratique véritable et on se retrouvera avec des élus eux-mêmes analphabètes, soit on met en place un système « semi démocratique » et se retrouvera avec une élite dirigeante déconnectée de la réalité qui n’aura comme objectif que de pérenniser ses privilèges, alors que le train du progrès passe ailleurs. Se pose alors le dilemme faut-il privilégier l’application de la démocratie, décision moralement louable, mais au détriment du progrès ou bien rechercher d’abords les bases du progrès, bases qui sont à même de favoriser une démocratie.                          

     - L’analphabétisme de 2ème niveau : Ne pratiquer qu’une seule langue :

     Cela représente la difficulté de s’intégrer dans un monde globalisé ou les développements technologiques sont dominés par la langue de Shakespeare. Hassan II ne disait-il pas déjà « au 21ème siècle ceux qui ne maîtriserons qu’une seule langue serons des analphabètes » (là on a du chemin à faire). Et c’est d’autant plus important au Maroc où, non seulement la recherche technique (aussi maigre soit-elle) est indexée sur la France mais aussi toute l’économie qui est déjà transnationale et qui le sera de plus en plus dans le future. Le monolinguisme devient un frein catastrophique aux aspirations légitimes du citoyen.             

    - L’analphabétisme de 3ème niveau : Ne pas accéder, ou ne pas savoir, utiliser l’outil informatique :

    L’outil informatique n’est autre que la plus grande révolution de la représentation de l’alphabet depuis la création du livre et par la suite de l’imprimerie. Ce qui en fait l’outil de base pour accéder à l’information. Ce niveau 3 correspond à un analphabétisme strictement technologique         

    - L’analphabétisme de 4ème niveau : l'analphabétisme fonctionnel* ou l’incapacité de rechercher et d’analyser une information correctement :  

    Accéder à l’outil informatique oui, encore faut-il apprendre à rechercher de manière rapide et rationnelle l’information fiable et percutante. Il s’agit d’un analphabétisme fonctionnel* qui touche des pays démocratiques, économiquement très développés, avec de très bons indices, mais dont la population submergée d’informations a du mal à développer des analyses rationnelles optant parfois (pour ne pas dire souvent) pour des jugements populistes faciles sous l’influence de medias clairement subjectifs. Cet état de fait a pour conséquence l’émergence ici et là de leaders charismatiques sur mais qui sont aux antipodes du progrès social (il y a au moins 2 reconnaissables, l’un a été remplacé par un président noir, l’autre est encore en exercice, a subit il y a quelques semaines une agression physique).

La fragilité des capacités d’analyses du citoyen de base le rend à la merci des médias qui vont diligenter l’opinion publique ce qui va biaiser la démocratie. La fameuse « volonté populaire » est elle-même gérée par des groupes de pression via des techniques de marketing social de plus en plus affinées à l’encontre le plus souvent de l’intérêt de la majorité.         

               

Analphabétisme et religion

        En Islam le prophète est décrit comme analphabète jusqu'à l’avènement du premier versé (Iqraa). A ce sujet deux positions se contredisent, l’une décrivant l’analphabétisme du prophète comme une imposture historique, l’autre décrivant son analphabétisme et sa soudaine alphabétisation comme un miracle ce qui va intrinsèquement suggérer que l’analphabétisme dans les sociétés musulmanes est ressenti comme une donnée sans gravité.

Or il y a une autre manière de voir ce fait, l’analphabétisme du prophète et sa soudaine alphabétisation avec l’avènement du coran pourrait être penser comme une métaphore qui vise à montrer au citoyen que l’analphabétisme du prophète est intimement lié à la période antéislamique et que son alphabétisation marque avec force le début de l’ère islamique. De facto l’alphabétisation du citoyen aurait due devenir une « obligation » pour tout musulman.
Notons aussi que chez les chrétiens il y a la fameuse phrase « au début il y a le verbe » qui implique presque le même objectif sauf qu’en islam "Iqraa" est un ordre, c’est une injonction au prophète qui par extension vise tout musulman.                   

Bien entendu on est très loin de ce genre de lectures qui visent à faire de la religion un outil d’appoint pour le progrès au lieu d’être un outil au service des prérogatives des religieux et des intérêts des certains gouvernants. Le problème n’est pas dans les textes religieux, qui comme touts les grands textes de l’humanité se prêtent à des lectures plurielles, mais dans les objectifs qu’on leurs assène.    

* source :   ANALPHABETISME FONCTIONNEL   

  Autres textes sur la même thématique :

               -  LECTURE DE JOURNAUX AU MAROC   

               -  AÏD ALADHA ou FËTE DU MOUTON        

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans REFLEXIONS
commenter cet article

commentaires

Recherche