Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 21:12

L E S   B I O S S O N S   E N E R G I S A N T E S

PRENDRE D'ABORD DU ... RECULE ! 

 10-07-09-RED-BULL-copie-4.jpg

« Dynamise les neurones », « Stimule les fonctions vitales », « Gage de performance »… Que de belles choses que promettent les boissons énergisantes. Mais sous ces promesses de vitalité se cachent tout simplement du sucre, de la caféine et de la taurine !

Les principaux ingrédients des boissons dites énergisantes :

Outre des vitamines, des acides aminés de façades et du sucre on retrouve principalement dans ces boissons :    

     - La taurine (cliquer pour plus d’informations) ainsi dénommée parce qu'elle a été isolée initialement dans la bile de taureau. Sa structure se rapproche de celle du GABA.

C’est une petite molécule présente dans le cerveau où elle régule le volume des cellules et joue le rôle de neuromodulateur inhibiteur [elle bloque l'activité électrique des neurones].

Aucune application médicalement démontrée n’a été rapportée à ce jour pour cette molécule.

    - La caféine : c’est la principale substance active en fait de ces boissons; il y en a de 50 à 505 milligrammes par canette ou bouteille.

    - La guarana : c’est une plante originaire de l’Amazonie sous cette appellation on camoufle en réalité une autre source de caféine en plus. Vendue comme « naturelle », la guarana agit comme un stimulant. Et consommée en grande quantité, elle provoque les mêmes effets secondaires que la caféine : insomnie, maux de tête, irritabilité et nervosité

Analyse critique :

      - L’utilisation des boissons dites énergisantes 

> On consomme ces boissons pour tenter d'améliorer les fonctions cognitives et la concentration. A l’heure actuelle, on ignore si elles ont un effet réel sur ces aptitudes [1]

> On les consomme aussi pour améliorer les performances sportives ou pour bloquer les effets négatifs de l'intoxication alcoolique (lors des soirées arrosées). Mais les conséquences à court et à long termes de là consommation de ces boissons ne sont pas encore bien connues.[1]

Des études sérieuses ont montré que ces mêmes boissons en absence de sucre n’ont aucun effet sur les aptitudes sportives. Le sucre serait donc la seule source d'énergie de ces boissons [1]

       L’avis du pharmacien :

La mention boisson énergisante est donc elle-même en grande partie erronée. On devrait parler plutôt de « boissons surexcitantes » ou surstimulantes. C’est plus logique avec la nature de leur composition, qui en réalité masque au niveau du système nerveux central la perception de la fatigue qui constitue par elle-même le signal de la souffrance du corps. Masquer cette fatigue c’est exposer le corps à des dégâts parfois irréversibles. La notion d'énergie d'un aliment se réfère à sa teneur en Calories         

 

      - Les effets secondaires des boissons dites énergisantes 

Quand elles sont consommées seules, leur toxicité, n’est pas formellement démontrée. Cela dit selon un essai clinique mené par une équipe du Henry Ford Hospital, à Détroit [2] Ces boissons feraient augmenter la pression artérielle et le rythme cardiaque.

Méthode : 

    - Les chercheurs ont recruté 15 volontaires, âgés de 18 ans à 40 ans, qui se sont abstenus de toute forme de caféine pendant 48 heures.

    - Les sujets se sont ensuite présentés en clinique où ils ont ingéré 500 ml (deux canettes) d’une boisson énergisante.

    - Leur pression artérielle et leur rythme cardiaque ont été mesurés au cours des heures qui ont suivi. L’expérience a été répétée six jours plus tard.

Les résultats : 

Cette petite étude a démontré que 4 heures après la consommation de la boisson, le rythme cardiaque des volontaires avait augmenté de façon significative, soit de 5 à 7 battements par minute, en moyenne. La pression artérielle, quant à elle, avait fait un bond de 10 mmHg. Les chercheurs montrent du doigt la caféine et la taurine qu’on trouve dans les boissons énergisantes.

Selon James Kalus le chercheur principal de l’étude : « L’augmentation de la pression et du rythme cardiaque est négligeable pour les individus en bonne santé, mais peut s’avérer critique pour ceux qui souffrent d’hypertension, de maladies cardiaques et qui sont sous médications »

L’avis du pharmacien :

On regrette le très petit nombre de volontaires en particulier pour étudier un produit de grande consommation ! 

Globalement les principaux effets secondaires retenus se rapportent à ceux de la caféine à savoir : 

    - Augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle.

    - On a rapporté certains décès, par exemple la mort d’un jeune homme de 28 ans, coureur motocycliste qui avait consommé ce genre de boissons toute une journée[1]. Ce décès s’expliqureait par le fait que la combinaison de caféine et de taurine à haute concentration, associée à une activité physique intense, aurait engendré une ischémie du cœur et un arrêt cardiaque.

    - L’association de ces boissons et de l’alcool masque les effets délétères précoces de l’éthylisme engendrant ainsi une surenchère catastrophique dans la consommation d’alcool.    

    - En retrouve en outre, ici, les symptômes classiques de l'intoxication à la caféine qui sont multiples :

            - nervosité, anxiété, tremblements

            - agitation, insomnie

            - troubles gastro-intestinaux

    - Enfin et même si le sujet est controversé aujourd’hui, selon certains il existerait une éventuelle forme de dépendance à la caféine chez certaines personnes et l'apparition de symptômes de sevrage [type : maux de tête; fatigue; insomnie, dépression, nausées, irritabilité problèmes de concentration]

 

L’avis du pharmacien :

Les boissons énergisantes constituent un exemple type d’alicaments, lire à ce sujet sur ce blog : POUR UNE CLASSIFICATION GLOBALE DES PRODUITS DESTINES A LA CONSOMMATION HUMAINE .

Ce genre de produit est caractérisés par :

      - L’ampleur des intérêts économiques énorme impliqués dans ces produits  

      - Le flou législatif qui concerne cette classe de produits

      - Le manque de recule pour des produits fortement concentrés destinés à la grande consommation. Même si leur composition qualitative reste relativement banale et commune.  

       - Le manque d’argumentaires scientifiquement rigoureux à charge ou à décharge de ces produits. Autrement dit, trivialement, on est dans la logique « tant qu’il n’y a pas de catastrophe, pourquoi pas ? »

La réflexion de l’apothicaire :

L’erreur est inhérente à l’exercice de la réflexion qui ne peut être considérée comme la négation l’avis de l’autre. C’est un exercice libre et libéral à la fois.

 A défaut de textes de lois clairs et de précaution d’emplois légalement établies, on propose :

     - Suspendre l’appellation « Boisson énergisante » et la remplacé par « Boisson surexcitantes »

     - Ajouter en lettres claires sur ces boissons « ne pas associer ces boissons avec de l’alcool » comme cela se fait déjà au Canada.

     - Ne pas utiliser en cas d’activité physique intense

     - Ne pas utiliser chez les patients ayant ou susceptible de développer des maladies cardiovasculaires        

     - Ne pas utiliser chez l’enfant et la personne âgée

     - Produit à consommer avec modération

Moyennant ces précautions, la consommation de ces boissons surexcitantes peut être tolérée à défaut d’être supprimée par manque d’arguments scientifiques justifiants clairement leur dangerosité pour le grand public …

     Autres articles sur la même thématique :

      - IMPACT SUR LA SANTE DES BOISSONS GAZEUSES : OSTEOPOROSE & CANCER DU PANCREAS

      - LES ACIDES GRAS POLYINSATURES OMEGAS-3

      - LECTURES OFFICINALES : Le lait & cancer de la prostate

      - IMPACTE DES BOISSONS SUCREES SUR LE DIABETE & LE SYNDROME METABOLIQUE

      Sources :

1- Mickaël NAASSILA*. « Les boissons énergisantes sont-elles dangereuses ? », Revue Pour la Science - n°392 – page 20 – Juin 2010. *dirige l’équipe de recherche sur l’alcool et les dépendances de l’université de Picardie Jules Verne

2- Steinke L, et al, Effect of “Energy Drink” Consumption on Hemodynamic and Electrocardiographic Parameters in Healthy Young Adults, Annals of Pharmacotherapy, avril 2009, Vol. 43 (publié sur Internet avant impression).

3 - Lamarine RJ. Selected health and behavioral effects related to the use of caffeine. J Community Health 1994; 19(6): 449-66.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans MEDECINE & SANTE
commenter cet article

commentaires

Recherche