Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 13:50

CAS D’OFFICINE

 

Proposé et rédigé par notre consoeur Dr Mouna, illustration et mise en page PHARAMSTER

ASSOCIATION D'ANTIINFLAMMATOIRES NON STEROÏDIENS 

 

11 02 19 association d'ains 2

RAPPELS DEONTOLOGIQUES :

Ordonnance reconstituée sur la base de l’originale. Les coordonnés du médecin traitant et du patient sont purement fantaisistes, toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite. Cette image est publiée à titre strictement informatif afin de rapprocher le plus possible le lecteur de la réalité complexe de notre exercice professionnel. Loin de nous tout côté « donneur de leçons », PHARAMSTER considère que ne nous détenons pas de vérité absolue, en fait toutes les analyses, présentées ici, sont rédigées de bonne foi en fonction des données scientifiques dont nous disposons. Face à toute imprécision, erreur ou omission éventuels, pharamster reste ouvert à toute remarque, critique ou rectification dans l’intérêt de tous et surtout dans l’intérêt du patient qui reste le cœur de notre métier à tous. Note importante pour les patients : cet article est une discussion professionnelle, ne pas changer ni arrêter votre traitement sans l’avis de votre médecin, ce dernier connaît parfaitement votre cas. Par ailleurs les données scientifiques sont en perpétuelle évolution, il se peut que votre médecin traitant puisse se baser sur des données dont nous ne disposons pas

 

Contexte :

- Prescripteur, secteur libéral

- La patiente est ménopausée (la soixantaine bien affichée) et souffre d’une gonarthrose.

ORDONNANCE :

   PROFENID INJ : 1inj/j pdt 6j  utiliser seringue à usage unique

         DCI : kétoprofène : AINS du groupe des arylcarboxyliques

   MOBIC 15mg : 1cp à midi 

         DCI : méloxicam, AINS du groupe des oxicams

   XENID 100 : 1 suppo le soir

         DCI diclofénac, AINS du groupe des arylcarboxyliques

   STRUCTUM :1gélule 3x/j

         DCI : chondroitine, Polysaccharide principal constituant du cartilage

   VOLTARENE pommade : 2 application/j

         DCI : diclofénac

   OEDES 20 :1cps/j

         DCI : oméprazole, Inhibiteur de la pompe à protons

Analyse :

  - Association d’AINS

Il y a association de 4 AINS de 4 formes galéniques différentes :inj,cps,suppo et pommade ; cette association est déconseillée car elle majore le risque ulcérogène et hémorragique digestif.

  - L’oméprazol 

L’une des indications de l’oméprazole est le  traitement préventif des lésions gastro-duodénales induites par les anti-inflammatoires non stéroïdiens chez les patients à risque (notamment âge supérieur à 65 ans, antécédents d'ulcère gastro-duodénal) pour lesquels un traitement anti-inflammatoire est indispensable (RCP oméprazole) ; mais dans notre cas, sera-t-il suffisant en tant que protecteur de la muqueuse gastro-duodénale à contrecarrer l’effet synergique potentiellement hémorragique de l’association de 3 AINS systémiques ?

  - La chondroïtine : (cliquer sur les titres en bleu pour les références)

Une méta-analyse publiée dans Annals of Internal Medicine du 17 avril 2007 «  Meta-analysis: Chondroitin for Osteoarthritis of the Knee or Hip  » aboutit à la conclusion que l'effet bénéfique de la chondroïtine est faible ou inexistant et ne justifie pas son utilisation dans l'arthrose. Ce résultat corrobore celui d'une autre étude publiée en 2006 dans le NEJM. Une autre méta-analyse, publiée dernièrement dans le BMJ du 16 septembre 2010, faite à partir de 10 essais, confirme l'inefficacité de la glucosamine et de la chondroïtine  dans le traitement de l'arthrose de la hanche et du genou : par rapport au placebo, elles n'atténuent pas la douleur et ne préviennent pas le pincement de l'espace interarticulaire.

Pour l’avis de PHARAMSTER nous vous conseillons vivement de lire à ce sujet notre article : Les thérapeutiques de l’arthrose en question   

 Conclusion :

 A notre humble avis, il aurait été plus judicieux de prescrire cette ordonnance de la manière suivante :

Différer la prise orale (ou rectale) de l’AINS (un traitement relais) après la fin de du traitement par voie injectable

Remplacer le diclofénac (Xenid), par  du paracétamol en suppo à la dose de 1g 3x/j

Choisir, pour le traitement par AINS, entre la voie rectale ou orale mais pas les deux simultanément.

L’avis de PHARAMSTER :

- Quand on cherche à laver plus blanc que blanc on crée des associations forcément fantaisistes, qui n’obéissent à aucune logique pharmacologique.

- Par ailleurs le Vidal dans sa rubrique « Références Médicales Opposables » retrouvée à la fin des monographies des AINS on peut lire ce qui suit :    

« Thème 1 - Prescription des antiinflammatoires non stéroïdiens, paragraphe 1.8 : Il n' y a pas lieu d'associer deux AINS par voie générale, y compris l'aspirine (Sauf lorsque celle- ci est prescrite à visée antiagrégante à des doses < 500 mg). Cette recommandation concerne toute la classe des AINS, qu'ils soient prescrits comme antalgiques, antipyrétiques ou anti-inflammatoires »

- Au final, cette ordonnance est une illustration parfaite et concrète de notre article  Escapade entre associations médicamenteuses    

Autre cas similaire : Association de Liometacen et Ponstyl 

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article

commentaires

Recherche