Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 19:16

CHIFFRES & REPERES

CHUTE DE L’ACTIVITE DU SECTEUR PHARAMCEUTIQUE

AU 1ER TRIMESTRE 2013

 

13-05-06-Baisse-de-l-activite-pharmaceutique-au-1er-trimes.jpg

 

Au premier trimestre 2013 : 

      - l'industrie pharmaceutique a enregistré une chute de 26% en termes de volume (nombres de boites vendues). Soit une baisse de 7 millions d'unités entre janvier et mars.

      - Quant au chiffre d'affaires pour l'ensemble du secteur, il a baissé de 20%, passant de 847,8 millions de dirhams en janvier à 676,4 millions en mars. Ce qui représente une chute de 171 millions de dirhams.

      - Les derniers chiffres de l’IMS indiquent que la crise touche aussi bien le segment des princeps que celui des génériques. Le premier a perdu 120 millions de dirhams (-20%), tandis que second a régressé de 51 millions de dirhams (-19%), malgré une hausse de 9% en termes de volume.

Source : L’ECONOMISTE, n°4024, Rubrique De Bonne Sources, page 37, du 06/05/13

 

L’avis du pharmacien :

        Ces chiffres sont en complète inadéquation avec les attentes, puisqu’avec la mise en place du RAMED on s’attendait ce que l’activité soit boostée au moins au niveau industriel !

De plus la baisse des prix de certains médicaments aurait dû orienter à la hausse le nombre d’unités vendues, or ce n’est pas le cas !   

A notre avis cette chute d’activité, témoigne plus d’un environnement politico-économique globalement morose, sans réelle visibilité, que d’une quelconque spécificité du secteur pharmaceutique.

Au sujet de l’environnement politico-économique morose du pays, lire cet excellent  dossier de la revue TELQUEL « Décryptage : Au royaume des illusions » Ref. TELQUEL, pages 16 à 28, du 19 au 25 04/2013.    

         La baisse de la vente des médicaments, si elle est corrélée réellement à l’accès au soin de façon globlale, est un témoin gravissime de la détérioration de la situation économique des ménages marocains. L’accès au soin est un indicateur fort de la précarisation grandissante de la population.    

Cependant, il ne faut pas tirer des conclusions hâtives en parlant de crise, étant donné que cette baisse d’activité peut être tout à fait conjoncturelle (baisse ponctuelle des commandes publiques …), et on peut toujours escompter une reprise possible avant la fin de l’année 2013.

PS du 16/05/13

 Un nouvel article paru à la une du journal l’Economiste vient étayer le fait que la baisse de ventes de médicaments au premier trimestre 2013 fait partie d’un contingent d’indicateurs qui suivent tous un trend baissier.

 En effet, même la consommation des produits pétroliers est en repli durant ce même 1er trimestre, avec moins 13% pour l’essence et moins de 8% pour le gasoil. Dans ce même article on apprend aussi que les crédits bancaires suivent la même évolution. Toutes ces données montrent bien que la baisse des ventes des produits médicamenteux n’est pas une liée à une quelconque spécificité du secteur pharmaceutique, elle fait partie d’une évolution globale de l’économie marocaine de l’après « printemps arabe » et de toutes ses diverses conséquences.

 Source :  Ilham BOUMNADE «    Produits pétroliers: Un repli historique », L’Economiste, Édition N° 4032 du 2013/05/16, pages 10.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche