Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 19:02

Cas d’officine

Dermocorticoïde & nourrisson

 

           Après avoir cité le Mycolog dans une perle de comptoir du 06/10/10, et surtout vous avoir fait part d’un incident marquant qu’on a eu avec ce dermocrticoïde, le hasard des prescriptions a fait que quelques jours après on reçoit une ordonnance qui concerne exactement ce sujet.

 10 10 22 Cas d'of dermocrticoide chez un BB Modifiée

 

Rappels déontologiques de base :

  - Les coordonnés du médecin traitant et du patient on été expressément masqués. Cette image est publiée à titre strictement informatif afin de rapprocher le plus possible le lecteur de la réalité complexe de notre exercice professionnel.        

  - Loin de nous tout côté « donneur de leçons », PharHamster considère que ne nous détenons pas de vérité absolue, en fait toutes les analyses, présentées ici, sont rédigées de bonne foi en fonction des données scientifiques dont nous disposons. Face à toute imprécision, erreur ou omission éventuels, pharHamster reste ouvert à toute remarque, critique ou rectification dans l’intérêt de tous et surtout dans l’intérêt du patient qui reste le cœur de notre métier à tous

- Note importante pour les patients : cet article est une discussion inter-professionnelle, ne pas changer ni arrêter votre traitement sans l’avis de votre médecin, ce dernier connaît parfaitement votre cas. Par ailleurs les données scientifiques sont en perpétuelle évolution, il se peut que votre médecin traitant puisse se baser sur des données dont nous ne disposons pas.

 

Contexte :

- Le patient : Bébé Ismail âgé de 55 jours 

- Le Père : Modeste ouvrier agricole

- La Mère : Sans revenu fixe

 

Ordonnance :

           - Actitrans sirop : ½ càc x 3 par jour

           C’est un complément alimentaire (donc sans AMM) à base de jus de figue, de pruneau, d’artichaut, de tamarin et de rhubarbe, qui selon l’emballage « favorisent la digestion, lutte contre la paresse intestinale et aide votre enfant à retrouver le bien-être digestif » à 89.00 DH les 125 ml.   

Nous évitons sciemment d’émettre un quelconque avis là-dessus, laissant à tout un chacun d’apprécier, ou non, en fonction de son sens critique. Et pour cause, en matière de jus d’artichaut, nos références en matière de pharmacologie ne donnent, sauf erreur de notre part, aucune information. 

          - Neofortan 40 mg CP effervescents : ½ Cp 2 x par jour

            DCI : Phloroglucinol, antispasmodique musculotrope, il lève le spasme des fibres musculaires lisses et calme la douleur. (RCP AFSSAPS)  

          - Baycuten crème : 2 applications par jour

            C'est une une association d’un corticoïde la dexamethasone  et de clotrimazole un antifongique imidazolé (comme l’éconazol). C’est une association, bien entendu,  pharmacologiquement très … discutable. Pour l’argumentaire nous vous invitons à consulter les deux articles suivants :

- L’association corticoïde & antibiotique n’aura plus lieu d’être au MAROC  

- RIFODERM vs RIFASONE : ANALYSE CRITIQUE

Par ailleurs, le Baycuten, n’est nullement commercialisée en Europe, c’est, sauf erreur de notre part, un produit plutôt adapté aux « spécificités » du tiers monde. (Ici c’est rédigé de la manière la plus soft possible. Ce qui donne une phrase qui, sans qu’elle soit fausse, vous comprenez aisément qu’elle n’est pas forcement juste.)

Le clotrimazole on le retrouve non associé dans le Canestèn et son générique le Clomiter. Non associé le clotrimazole est, bien sur, disponible en Europe, c’est un bon antifongique.        

          - Cristal Supp : 1 Supp par jour

           C’est un laxatif à base de glycérine qui provoque une évacuation rapide du rectosigmoïde en déclanchant le réflexe de la défécation. Celle-ci se produit dans un délai de 5 à 30 minutes après la prise. La glycérine stimule les mouvements péristaltiques et diminue la résorption d'eau grâce à son pouvoir osmotique et hygroscopique, et à son effet irritant local.

Comme tout laxatif, ce médicament ne doit pas être utilisé de façon prolongée. Chez le nourrisson en particulier, son usage doit rester exceptionnel ; il risque de bloquer le réflexe naturel  d'expulsion des selles, provoquant une forme d’accoutumance.

 

Analyse :

Rappel : L’erreur est inhérente à l’exercice de la réflexion qui ne peut être considérée comme la négation l’avis de l’autre. C’est un exercice libre et libéral à la fois. Nous ne  détenons en aucun cas  de vérité absolue

 

           Le problème le plus important qui est posé par cette prescription reste le dermocorticoïde. A travers cette prescription on peut aisément imaginé le tableau classique d’un bébé de 55 jours avec des maux bénins type : troubles du transite et érythème fessier.   

      - Ballonnements et troubles du transite : en dehors des erreurs nutritionnelles très fréquentes dans les milieux modestes et qu’il faut absolument corrigé, ou d’une éventuelle et rare anomalie constitutionnelle, ce sont des troubles le plus souvent transitoires, amplifiés par le stress des parents et qui n’ont besoin d’aucune médication. Eventuellement la trimébutine (Inductan, Spasmyl ou autre) 

      - Constipation : là aussi, avant toute médication, il nous semble, sauf erreur de notre part, nécessaire de corriger d’abord les erreurs nutritionnelles et d’écarter une éventuelle anomalie constitutionnelle (avec occlusion intestinale). S’il faut un médicament, le Cristal étant un laxatif irritant, il vaut mieux commencer par du lactulose (Duphalac, Lactulax ou autre). Le Cristal devrait rester, à notre humble avis, un produit d’appoint momentané. Autrement dit, si avec une seule administration le bébé retrouve un rythme d’évacuation naturel, il n’y a plus de raison de le réadministrer.

       - L’érythème fessier, c’est ce qu’il y a de plus classique chez un nourrisson, on préconise d’abord des mesures d’hygiène simples et une protection avec des crèmes à base d’oxyde de zinc (Kenta ou autre). Si l’érythème se complique avec une mycose, un antimycosique s’impose. L’utilisation dans ce cas d’un dermocrticoïde est une aberration dangereuse amplifiée par l’usage des couches qui se comportent alors comme des pansements occlusifs démultipliant l’impact général du corticoïde.

Le prescripteur, cherchait certainement un antimycosique efficace, malheureusement en minorant les danger des dermocorticoides, « on » incite implicitement le médecin à opter pour des prescriptions à haut risque (sauf erreur de notre part).

 

A u   f i n a l  :

          Cette ordonnance illustre de manière parfaite le problème posé par l’usage des dermocoticoïdes chez le nourrisson. Elle montre aussi un cas parmi tant d’autres d’un complément alimentaire qui sans être dangereux ne sont pas forcement utiles, au vu du maigre budget alloué aux dépenses de la santé par les familles marocaines les plus modestes. C’est en tout cas, notre appréciation globale de cette ordonnance qui n’est pas forcément juste à 100%, mais qui a au moins l’avantage de poser, comme d’habitude, un certain nombre de questions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article

commentaires

Recherche