Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 13:16
                                           J'ose espérer   



        




       J’
ose espérer que les officinaux puissent se départir de leur immobilisme légendaire de leur passivité intellectuelle au Maroc et malheureusement même en France. Se contentant, le plus souvent, de congrès futiles lieux de rencontres mondaines et de menus marchandages mercantiles.          

         J’ose espérer que le patient devient le cœur de métier de l’officinal. Et que ce patient puisse voir dans son pharmacien son conseillé son allier et sa sécurité, au lieu d’y voir, au mieux ,un simple distributeur de médicament et, au pire, une sangsue se gavant sur le dos de sa santé et des comptes de la sécurité sociale.

         J’ose espérer que l’industriel puisse voir dans l’officinal un véritable partenaire intellectuel, une force de proposition et un contrepoids positif (contrairement à l’avis de mes amis de la « revue prescrire »). Au lieu qu’il ne soit traité que comme un vulgaire détaillant / délivreur de remèdes sans aucun avis critique, ni même aucun avis tout court.

         J’ose espérer que le politique puisse reconnaître dans l’officinal non pas le crétin de service que tout un chacun attaque à sa guise - une fois c’est le patron d’une chaîne de supermarché, une autre fois c’est un intellectuel de gauche imaginant sauver la croissance sur le dos de ces apothicaires, ou encore au Maroc cette fois-ci le patron de la CNOPS qui voudrait équilibrer ses finances de la même sorte, ou encore il y a quelques mois un rapport interne au ministère de la santé publique qui voulait alléger les finances du pauvre citoyen …- non j’ose espérer que le politique puisse reconnaître dans l’officinal à travers ses instances représentatives un allier privilégié et un think tank à même d’intégrer les doléances légitimes du patient, les intérêts économiques vitaux et les objectifs de santé publique.

         J’ose espérer, j’ose espér…, j’ose esp…, j’ose es…, j’ose euh ! Face à l’état affligeant de médiocrité intellectuelle de ma profession j’ai du mal à retrouver le sens de certains mots, alors que nos maux sont eux réels, j’ose quand même ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans REFLEXIONS
commenter cet article

commentaires

Recherche