Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 20:35

E S C A P A D E

GAGNER UN AMOUR & PERDRE DEUX AMIS

Falling in love costs you friends

 

            Non ce n’est pas la dernière comédie Hugh Grant (4 Mariages & 1 enterrement), ni le titre d’une pièce de théâtre d’Oscar Wild et encore moins celle de Sacha Guitry. Il s’agit en fait d’une étude tout à fait sérieuse d’une équipe du département de sociologie l’université d’Oxford menée par Dr Robin Dunbar, anthropologiste. Comme quoi, les universitaires d’Oxford ne traitent pas que d’hypogonadisme induit par les opiacés mais peuvent traiter aussi, d’une certaine façon, des ménages à trois. Comme dans les pièces de théâtre classiques : l’amant, la femme & le mari

Remarque, il n’y a pas que ces « volages » de français ou ces « perfides » britanniques qui traitent le sujet des amours compliqués, les marocains ne sont pas en reste et cette fois à travers la patte, enfin la plume de AASSID le caricaturiste du Soir :

10-09-27-Escapade-gagner-un-amour-et-perdre-2-amis.jpg

Source : LE SOIR n°630, du 05/08/2010              

                Allons Messieurs, un peu de sérieux, SVP. Avant de présenter cette étude, adoptons tous le flegme britannique à la manière Hugh Grant, en évitant le plus possible ses accointances avec les péripatéticiennes, enfin … le corps a ses raisons qui lui font perdre la raison, mais pas au point de ne pas utiliser de condoms, il y a des limites.           

 

Revenons à notre étude !

  Il s’agit d’une étude rapportée par la vénérable BBC, qui a été reprise par le sérieux site francophone Slate.fr.

Sources :

- Falling in love costs you friends, BBC Science & Environment

- Gagner un amour, c'est perdre deux amis, Slate.fr : http://www.slate.fr/lien/27477/tomber-amoureux-vous-coute-deux-amis

               Méthode :

- Les chercheurs ont interrogé 540 personnes de plus de 18 ans sur leurs amitiés et ce qui leur arrivait quand une relation romantique débutait.

- En moyenne les personnes interrogées avaient 5 amis

              Résultats : 

- «Les gens qui sont dans des relations amoureuses –au lieu d'avoir les typiques cinq amis qu'on trouve en moyenne, ont seulement quatre personnes dans leurs proches. Et comme l'un de ces quatre proches est la personne qui vient de rentrer dans votre vie, cela veut dire que vous avez du en délaisser deux autres.» déclaration du Dr Robin Dunbar

- Ces deux personnes qui disparaissent du cercle le plus proche sont généralement un membre de sa famille et un ami

- Les hommes ont tendance à avoir quatre ou cinq amis très proches, contre cinq ou six pour les femmes, mais les deux sexes ont autant tendance à abandonner deux de ces amis lorsqu'ils tombent amoureux

- L'amour n'est pas le seul danger pour ce cercle d'intimes, puisque avoir un enfant ou acheter un chien peuvent avoir le même effet ! D'après le professeur Dunbar

 

L’avis du pharmacien : (ah il en faut un)

L’équation non cartésienne suivante {gagner un amour} = {perdre deux amis} est à nuancer. En effet, mathématiquement deux cas se posent :

      - Soit {l’amour gagné} se révèle être un navet complet, l’opération susmentionnée est alors un fiasco total, {perdre deux amis} pour un navet parait excessivement onéreux et injustifiable. Vous avez beau ajouté, par votre aveuglement, des actifs positifs : il n’y a rien à faire, votre bilan mentionnera toujours une perte sèche.

       - Soit {l’amour gagné} se révèle être un canon, ah ! Là les amis on s’en fiche. Le corps prend alors ses droits. Des droits que les amis, s’ils le sont, ne peuvent y accéder. L’opération est à enregistrer en tant que bénéfice net sur votre bilan. Un tel bénéfice est assujetti, comme il se doit, à des impôts, au début c’est restaurant cinéma mais après, les dits impôts, deviennent  trop invasifs type enfants, maison, crédits …

Ceci étant dit tous ces effets collatéraux délétères s’estompent, si et seulement si, le canon reste un canon et votre arme intime reste au garde à vous lors des moments opportuns, ce qui avec le temps n’est pas non plus chose garantie.

 

Conclusion de l’apothicaire du coin, le philosophe du comptoir, l’éminence grise des analphabètes : Oh mes enfants, si {l’amour gagné} est un canon, profitez-en ! Et ne vous souciez surtout pas du reste.

Bon week-end

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans ESCAPADE
commenter cet article

commentaires

Recherche