Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 22:20

Tabac 

la distribution libéralisée depuis le 1er janvier 2011

Copie de Tabagisme

  Source image : HAMED MASOUMI  (Flickr)

Retraitée par PHARAMSTER avec Photoshop &  Paint

L’info brute :

      « La distribution des tabacs est libéralisée depuis début janvier. La mesure programmée depuis la reprise de la Régis des Tabacs par Atladis en 2002. Une loi prévue à cet effet avait permis de libéraliser graduellement la culture du tabac en 2004 puis sa production en 2006 pour ouvrir les portes aux géants de l’industrie, dont Japan Tobacco ou British-American Tobacco »  Source : Le Soir Echos, n°737, page 15, du 07 au 09 janvier 2011

 

L’avis du pharmacien :      qui a dit que le Maroc était un pays schizo ?

      Il s’agit là d’une petite information insérée dans le cadre des brèves économiques, comme n’importe quelle autre information. Sauf que … ayant rédigé quelques articles au sujet du tabac sur ce même blog, ça ne pouvait pas passer inaperçue à nos yeux.

A la date du  31/01/2009 : La cigarette une pharmacologie de la mort

                Le 12/05/2009 : La campagne nationale anti-tabac

                Le 09/04/2010 : Les statistiques du cancer au Maroc

                Le 05/06/2010 : Les chiffres catastrophiques du tabagisme au Maroc

      N’étant pas économiste de formation, l’erreur dans ce genre d’analyse est possible. Cela étant dit, l’objectif de toute libéralisation d’un secteur donné obéit, sauf erreur de notre part, globalement à deux objectifs :                     

      Pour l’Etat : renflouer les caisses de la trésorerie nationale, toute en se débarrassant des gâchis qui sont liés à la gestion étatique et en améliorant « les services » rendus aux citoyens. Théoriquement, c’est louable et on ne peut que s’en félicité.

      Pour l’entreprise qui a acheté la société privatisée, l’objectif est de rationaliser la gestion de l’entreprise acquise et d’augmenter « le chiffre d’affaire ». Par ailleurs en ouvrant le marché à la concurrence on pousse les entreprises à plus d’agressivité commerciale (ce qui est légitime) avec des offres de plus en plus alléchantes.

Là aussi c’est louable, le hic c’est qu’il ne s’agit pas là de vendre des téléphones ou des voyages low cost, mais de vendre un produit reconnu universellement comme cancérigène : le tabac !

De fait, on est en droit de se poser légitimement des questions sur la politique de lutte contre le cancer au Maroc ; deux possibilités se posent :

   - Soit les structures de l’Etat sont totalement cloisonnées ; le ministère des finances n’ayant aucune idée de ce qui se passe au niveau du ministère de la santé ni des efforts énormes que déploie l’Association Lalla Salma de Lutte contre le cancer, dans ce cas l’Etat est profondément schizophrène comme, du reste, notre société.

   - Soit les structures de l’Etat communiquent normalement entre elles, la gestion du cancer par les structures étatiques pourrait être alors qualifiée de gestion hypocrite (le mot est fort, peut être, désolé mais on n’en a pas trouvé d’autres).

En tout état de cause, il paraît clairement que touts les efforts de la société civile, et à leurs têtes l’Association Lalla Salma de Lutte contre le cancer, sont vains, du moins nous semble-t-il.

Pendant ce temps là …ailleurs, pas très loin d’ici, en Espagne une loi anti-tabac est entrée en vigueur ce premier janvier 2011, qualifiée par les observateurs comme l’une des plus répressives d’Europe dans un pays où la fiesta est légendaire. Ce ne sont pas 14 km qui nous séparent de l’Europe, ce sont en fait des siècles …   

Pensez-vous un seul instant, qu’en attirant ainsi les grands (prédateurs) groupes industriels du tabac on favorisera la réduction de sa consommation ? Pire encore, en libéralisant la culture du tabac on crée de toute pièce un problème social, avec des agriculteurs et leurs familles, qui se greffera sur le problème sanitaire de base alors qu’on a encore du mal avec la culture du kif depuis plus de 50 ans !                    

En tant que simple apothicaire de base, en contacte quotidien et permanent avec les miséreux de notre pays, comment comprendre que des hauts responsables de l’Etat puissent prendre de tels engagements ? Décidemment, il y a des termes qui n’ont pas la même signification ici et ailleurs particulièrement le mot « responsable ».            

De tout cœur, on espère sérieusement s’être tromper sur cette analyse, pour la souffrance de nos patients, pour la santé de  nos enfants mais aussi pour nos finances, car au final qui financera le déficit des systèmes d’assurance maladie (en grande partie dû aux pathologies lourdes et chroniques) ? Oui ce sont les cotisations sociales, autant celles des salariés que celles relatives aux charges patronales, autrement dit c’est toute la collectivité qui va payer le renflouage conjoncturel des caisses de l’Etat (conjoncturel, car la trésorerie de l’Etat est en réalité un puits sans fin, creusé par la dilapidation permanente des deniers publics), mais le pire c’est qu’on va payer pour que la grande industrie du tabac puisse se faire des bénéfices colossaux  au détriment des centaines de milliers de morts et surtout de leurs corollaires en souffrances incommensurables. On espère réellement s’être tromper ... ! 

 


Sans transition :

Ce billet était, à la base, destiné à être un post-scriptum qu’on envoi habituellement à nos fidèles abonnés (c’est gratuit et sans spams, nos newsletters sont utilisés uniquement dans le but d’informer nos fidèles lecteurs sur les modifications apportées aux articles antérieurs), comme le sujet parait fort intéressant on a décidé d’en informé le maximum d’internautes.

Post-scriptum de notre article : LA LUTTE CONTRE LE SIDA AU MAROC ENTRE PRIORITE MEDIATIQUE & EPIDEMIOLOGIQUE

Séropositif marocain à visage découvert : un tabou ridicule enfin brisé

Source : Les séropositifs n’ont pas peur de témoigner  Le Soir Echos, n°737, page 06, du 07 au 09 janvier 2011

Dans cet article du journal Le Soir, Mohamed Mardy, coordinateur national du Groupe communautaire des personnes vivant avec le VIH au Maroc, revient sur l’absence de séropositifs marocains des plateaux de télévision lors du dernier Sidaction.

On notera au passage deux éléments : les critiques de Mohamed Mardy touchent la chaîne 2M et évitent consciencieusement d’attaquer l’ALCS et donc Pr. Hakima Himmich, alors qu’elle était largement impliquée dans le Sidaction et qu’elle a affirmé n’avoir trouver aucun séropositif pour témoigner !

Deuxième élément : en tout état de cause, l’intervention de Mohamed Mardy permet d’humaniser (comme disent les spécialiste de la com.) la personne séropositive, du moins pour ceux qui lisent les journaux (…lire :  LECTURE DE JOURNAUX AU MAROC  )      

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans MEDECINE & SANTE
commenter cet article

commentaires

Recherche