Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 17:14

L E C T U R E   O F F I C I N A L E

LE POINT SUR L’UTILITÉ

DE L’APPENDICE ILÉO-CÆCAL

 

10-06-17-L-appendice-ileocaecal.jpg

Source : Jean-Pierre BADER* «L’appendice ne sert-il vraiment à rien ? », Revue Pour La Science, n°390, Page 20, avril 2010. * Professeur émérite et ancien directeur scientifique de l'INSERM

 

        Un chiffre : 360 000 personnes subissent une appendicectomie chaque année en France suite à une crise d’appendicite, c’est suffisamment important pour se demander : à quoi sert l’appendice iléo-cæcal ? En arabe AL MASRANA AZAIDA.

C’est à cette question que J.P. BADER, professeur émérite, a tenté de mettre au clair dans une page parue dans l’excellente revue Pour la Science, le versant francophone de la revue américaine « Américan Science ».

 

L’appendice iléo-cæcal ou vermiculaire : carte de visite

   - L'appendice est un petit tube cylindrique de 5 à 12 centimètres de long,

   - Présentant une cavité centrale de 3 à 7 millimètres de diamètre, liée au cæcum, au point de jonction entre l'intestin grêle et le gros intestin.

   - Ses parois sont tapissées de cellules lymphoïdes du système de défense contre les infections.

 

L’utilité de l’appendice iléo-cæcal ?

     Ce petit organe est proche des germes bactériens peuplant le gros intestin, notamment des bactéries non pathogènes utiles à la digestion.

L’appendice peut s'infecter quand des germes pathogènes apparaissent. Si l'appendicite n'est pas rapidement prise en charge, les risques sont multiples: abcès, péritonite, voire décès.

Après des siècles d'impuissance face à ce fléau, on a trouvé le remède pour soulager les malades. Les chirurgiens pratiquent l'appendicectomie, un acte chirurgical de routine qui consiste à retirer l'appendice obstrué.

     Quand une appendicite est diagnostiquée, le rapport bénéfice - risque  lors d'une appendicectomie est si élevé, que certains chirurgiens sont enclins à proposer des appendicectomies dites préventives sur appendice sain dans quelques rares situations. C'est le cas pour des individus devant vivre pendant longtemps dans un grand isolement, loin de tout recours chirurgical urgent, à l'occasion de longues croisières hauturières, d'expéditions polaires, de vols spatiaux, etc.

     Mais les ablations préventives d'appendices sains sont-elles toujours justifiées? Autrement dit quels sont les arguments en faveur ou en défaveur de ce genre d'opérations ? 

 

            Les arguments en faveur de l’inutilité physiologique de l’appendice : 

 - Selon les partisans des appendicectomies préventives, il est souhaitable d'être débarrassé d'un organe susceptible de causer de graves ennuis de santé.

- Beaucoup considèrent que l'appendice n'est qu'un vestige évolutif qui a dû jouer un rôle chez nos lointains ancêtres, rôle à présent révolu. On ne l'observe d'ailleurs plus chez nombre de mammifères, à l'exception des herbivores.

- Un autre argument retenu pour douter de l'utilité de cet appendice est que ses cellules lymphoïdes ne sont pas présentes toute la vie. Leur nombre est maximal à l'âge adulte, puis elles s'atrophient et disparaissent après 70 ans.

           Les arguments en faveur d’une éventuelle utilité physiologique :

- Les détracteurs des appendicectomies blanches dénoncent la facilité avec laquelle on les prescrit parfois chez des sujets qui n'en ont a priori pas besoin. Après tout, rien ne nous dit que cette pratique chirurgicale ne nous prive pas d'un organe sain utile !

- Des études contradictoires reviennent régulièrement sur le devant de la scène. En 1964, est parue une étude statistique portant sur une cohorte de 914 sujets morts d'un cancer du côlon, dont 18 pour cent avaient subi une appendicectomie, proportion plus élevée que celle de la population générale (dix pour cent seulement). On en concluait que l'appendice pouvait jouer un rôle protecteur vis-à-vis de ce cancer. Mais une étude ultérieure a infirmé ce résultat.

- Plus récemment, aux Etats-Unis, William Parkes, de l’Université de Duke, aurait montré que l'appendice serait en fait un précieux réservoir de la flore bactérienne pouvant protéger l'intestin en cas d'infection.

 

           Au final, conclu l’article de J. P. BADER, au point où on en est : on a des hypothèses, des résultats préliminaires et aucune certitude sur l'intérêt que nous avons à conserver le plus longtemps possible ce petit bout d'organe.

 

L’avis du pharmacien :

L’étude de William Parkes, de l’Université de Duke (cliquer pour visualiser l'étude) est tout à fait intéressante, car elle tant à démontrer que la fameuse appendice iléo-cæcal est en quelque sorte un réservoir de probiotiques. Cela dit cette étude reste à confirmer et ce n’est pas tout fait gagné.

L’article de la revue Pour la Science se termine par une conclusion absolument scientifique c’est de dire, qu’au sujet du rôle l’appendice iléo-cæcal, on ne sait pas grand-chose. Et c’est tout à l’honneur de son auteur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche