Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 18:26

Le prix des médicaments au Maroc

L’argumentaire des industriels

 

Sources :

- K. Skalli. L’AMIP rejette les « accusations » des parlementaires. Le Soir Echos. N°449, page 8, du 24/11/09  
- Intervention du président de l’AMIP sur Radio Atlantic http://www.atlanticradio.ma/ le 26/11/09  à 7h45 du matin répondant aux questions de Loubna Moussali dans « L’invité d’Atlantic »   

 

Après les articles déjà publiés sur ce même Blog :
               - PRIX DES MEDICAMENTS : LE SCANDALE 
               - PRIX DES MEDICAMENTS : ENQUÊTE PARLEMENTAIRE 
               - PRIX DU MEDICAMENT : NOUVELLES CONFIRMATIONS  

Le devoir d’équité et l’honnêteté intellectuelle nous imposent de vous présenter l’argumentaire des industriels. On s’attendait à cette réplique, elle arrive le 23/11/09, 20 jours après la publication de l’enquête parlementaire, avec comme arguments :

- L’enquête parlementaire est subjective, selon le président de l’AMIP elle est à charge. 

- Les prix bas des médicaments en Tunisie sont soutenus par l’intervention de l’Etat

- Cette enquête n’a englobé qu’une partie des médicaments.

- L’industrie pharmaceutique au Maroc, est une industrie citoyenne, elle est en contact permanent avec le ministère de la santé pour rendre accessible le médicament.  

 On vous rapporte aussi les déclarations du président de l’AMIP : « Nous contestons l’analyse faite par la mission parlementaire qui s’est basée uniquement sur un  échantillon très restreint de produits médicaux. L’étude n’a pas couvert tous les médicaments existant sur le marché national. Ce qui ne permet pas d’avoir une appréciation et une vision globale de la problématique du médicament dans le pays »

Autres déclarations : « Nous prenons acte de ce rapport et nous somme ouvert au dialogue et au débat pour aboutir à des mesures satisfaisantes pour toute les parties »

D’autre part, face aux questions, ce matin même, de l’excellente journaliste Loubna Moussali de Radio Atalantic, qui lui demandait à 3 reprises de développer des argumentaires solides, le président de l’AMIP a répété inlassablement les mêmes arguments qui visiblement n’étaient assez convaincants.

Face à la question précise «  que pensez-vous du constat des parlementaires qui affirment que le prix des médicaments peut être largement abaissé sans toucher à la marge des pharmaciens » le président de l’AMIP est resté évasif en évoquant que le prix du médicament n’est pas le seul en cause et que c’est le système de santé qui doit être repensé en mettant sur la table tous les intervenants (comprenez les pharmaciens d’officines et leurs maigre pécule)

 

L’avis du pharmacien :

         On s’attendait de la part de l’AMIP, au vu des compétences et des moyens dont elle dispose, à un argumentaire très bien aiguisé. Malheureusement, après 20 jours, elle arrive avec des jugements de valeurs (la notion de subjectivité) très peu convaincants et pour cause :

         - Oui pour le cas tunisien, mais pourquoi les médicaments en France sont 70 % moins chère qu’au Maroc ? (Là silence radio) 

Post-scriptum du 30/11/09 :
- Dans une intervention sur Radio 2M, le président de l’AMIP a expliqué cette différence par la taille du marché marocain. Oui c’est vrai pour 5 % ou 10 % mais avec 70 % la pilule est difficile à avaler.        
         Source : Radio 2M le 30/11/09, 7h45, émission « Face à l’’actu » Ouadiaa DADA.

- D’un autre côté le président de l’association Maroc innovation Santé C. Goulet, qui représente les intérêts des multinationales du médicament au Maroc a affirmé « Nous somme étonnés par certaines conclusions et recommandations du rapport visant  uniquement l’industrie pharmaceutique qui ne représente que 58% du prix du médicament. Certaines recommandations du rapport nous laissent perplexes» là aussi c’est vrai, sauf qu’il y a un détail,  les 58% du PPM sont engrangés par une poignée d’industriels qui se font des marges hyper confortables, alors que les 44 % du PPM est distribué sur des milliers et des milliers de petits officinaux dont plus 70 % sont en situation financière précaire. La perplexité du président de Maroc Innovation ne tient pas debout.  

        Source : K. SKALLI « Médicaments : Quel avenir pour le rapport parlementaire ? » Le Soir N°452, du 27 au 29/11/2009, page 8.         

       
       - L’argument à charge selon lequel cette enquête n’a pas pris en compte la totalité des médicaments disponible ne tient pas debout. Si elle avait tenue compte de la totalité des spécialités, elle serait devenue redondante et les informations les plus importantes seraient noyées dans le flot des données superflues, au contraire cette enquête a été menée intelligemment en prenant en compte les éléments les plus importants qui sont explicités avec une iconographie parfaite. Ce qui est avancé par l’AMIP comme négatif est en fait un point positif. D’ailleurs sur ce blog on essaye d’avoir la même ligne rédactionnelle à savoir :

- Eviter de « réciter » le VIDAL, comme le font souvent les pharmaciens inutilement              
- Aller droit au problème à traiter
- Proposer des idées claires, sans se soucier des tabous et des non-dits, en restant rationnel et en mentionnant à chaque fois les sources ou la bibliographie.

A ce titre cette enquête, malgré les affirmations de nos confrères de l’AMIP, est une référence capitale et un diagnostic réfléchi sur la situation actuelle du marché du médicament au Maroc.

Et après :

          La suite sera généralement marquée par un rapport de force entre le lobby hyper puissant des industriels du médicament et quelques parlementaires valeureux, 
          Le ministère de la santé lui est généralement dominé la léthargie bureautique et  par la force de frappe du pouvoir de l’argent restera en ballottage.
          Et les pharmaciens d’officine, ah !  … pff ! Ils brillent par leurs absences de tout débat, et par la médiocrité de leurs argumentaires. Alors que le métier de l’officinal est un des métiers les plus stimulants pour la réflexion intellectuelle, c’est aussi l’un des plus exigeants par la multiplicité des disciplines qu’il touche. C’est en soi la raison d’être même de ce blog                              

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article

commentaires

yassine cheggour 01/12/2009 00:47








Recherche