Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 14:00


Traduction :
PULMO-FLUIDE un sirop antitussif à base de codéine, un des produits phares de l’automédication au Maroc.
Ici, c'est un véritable croisement entre le liquide pour vaisselle PALMOLIVE et le médicament PULMO-FLUIDE. Mais après tout rien ne ressemble à un « u » qu’un « a » 

On peut facilement imaginer que c’est un croisement entre une liste pour l’épicier du coin et une liste pour l’apothicaire du coin. C’est d’autant plus normal au vu du comportement d’un bon nombre d’officinaux qui se contentent d’être des distributeurs délivreurs de médicaments sans aucun avis critique.      

Ah ! Il arrive des fois dans PharHamster qu’une perle en cache une autre et celle là, elle est à 100 % pharmaceutique, voyons ... 

 

PULMO-FLUIDE ADULTE

Composition pour 100 ml de sirop

TERPINE            

250 mg

Expectorant

EUCALYPTOL   

10 mg

Antiseptique pulmonaire

BENZOATE DE NA   

2000 mg

Antiseptique, Expectorant

GUAIFENESINE       

200 mg

Expectorant

CODEINE

48 mg

Antitussif, Analgésique, Sédatif

TEINTURE D’IPECA

1000 mg

Expectorant

 

1ère Remarque : 

C’est un mélange de produits à visée expectorantes et d’un antitussif, la codéine, cette formulation n’a plus de sens depuis des années et pour cause :
- Soit la toux est productive avec des expectorations et donc l’antitussif n’a pas lieu d’être.
- Soit la toux est sèche et on a besoin que de l’antitussif, l’expectorant alors n’a pas lieu d’être     

2ème Remarque : 

C’est à propos de la teinture d’ipéca, on peut lire texto dans le DORVAULT ce qui suit :
« cette teinture servait à préparer le sirop d’ipécacuanha employé surtout comme vomitif. Ce sirop d’ipéca préparé avec la teinture n’est plus légal (en France bien sur) depuis 1980. Le sirop d’ipéca doit maintenant être préparer avec l’extrait fluide d’ipéca » sic  DORVAULT 23ème édition (année 1995), pages 1754 et 1755. Là, on est plein dans l’Histoire, je vous laisse volontiers le commentaire …

En conclusion : 
                      Il s’agit d’un « fossile vivant » de la pharmacie des années 1970, qui vie encore dans nos rayons grâce à l’atonie intellectuelle légendaires des officinaux. La faute n’est pas vraiment à l’industriel qui ne trouve comme partenaire aucune force de proposition ou juste de réflexion, et qui comme tout investisseur travail en fonction de son environnement à savoir :

- Les lois en vigueur et leur applicabilité : chez nous c’est l’inadéquation complète qui frôle la schizophrénie.
- L’administration et sa mentalité : ah ! chez nous elle est légendaire, et ce sujet me fait toujours penser à un certain film Midnight Express …   
- Organisations professionnelles et leur niveau de compétence : chez nous c’est une hécatombe  
- Société civile et son degré de vigilance : elle bouge, elle bouge mais elle a tellement de chats à fouetter que le pauvre patient consommateur est laisser pour compte, pour le moment.        

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche