Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 21:58

L E C T U R E   O F F I C I N A L E

L E S   S A R T A N S

DE NOUVEAUX RISQUES SE PRECISENT

 

LES ANTAGONISTES de l'angiotensinogène II en question 

        Cette lecture fait suite à notre article sur les sartans : LE LOSARTAN & LES SARTANS  et comme relevé dans le commentaire d’un de nos lecteurs, les sartans sont de plus en plus cités dans des effets secondaires relativement importants qui concernent actuellement surtout l’olmesartan [OLMETEC] et le telmisartan [MICRADIS] 

 

1er cas : le telmisartan [MICRADIS] et cancer :

Source :   I Sipahi , S M Debanne, D Y Rowland, D I Simon, J C Fang. “Angiotensin-receptor blockade and risk of cancer: meta-analysis of randomised controlled trials”, The Lancet Oncology, Volume 11, Issue 7, Pages 627 - 636, July 2010.

              Une étude publiée ce mois de juillet dans The Lancet Oncology intitulée « Les inhibiteurs des récepteur de l'angiotensine et le risque de cancer: une méta-analyse d'essais contrôlés randomisés »

A la base de cette méta-analyse la publication d’études expérimentales impliquant le système rénine-angiotensine, en particulier l'angiotensine II et les récepteurs AT1 et AT2, dans

         - la régulation de la prolifération cellulaire,

         - l'angiogenèse

         - et la progression tumorale.

L’objectif de cette étude est d’évaluer l’incidence des sartans sur la fréquence du cancer avec une méta-analyse d'essais contrôlés randomisés de ces médicaments.

       Méthode :

Les chercheurs ont scruté les bases de données : Medline, Scopus, le registre central Cochrane des essais contrôlés, Cochrane Database of Systematic Reviews, et la US Food and Drug Administration site pour les études publiées avant Novembre 2009, qui comprenait l'un des sept sartans actuellement disponibles aux USA.

       Resultats :

C’est le telmisartan qui a été le plus souvent cité en particulier pour le cancer du poumon. Utilisé pendant au moins 1 an, il a augmenté, par rapport au placebo, le risque de cancer, certes très faiblement mais d'une manière statistiquement significative.

Les auteurs concluent que « compte tenu des données limitées, il n'est pas possible de tirer des conclusions sur le risque exact de cancer associés à chaque médicament en particulier »

 

 

2e cas : Olmésartan [OLMETEC au Maroc, BENICAR au USA] et mortalité cardiovasculaire

Source :  FDA Drug Safety Communication: Ongoing safety review of Benicar [Olmesartan] and cardiovascular events. Updated: 11/06/2010 (cliquer sur le titre) 

 

              Dans une note d’information daté du 11/06/2010, la FDA rapporte 2  deux essais cliniques appelés ROADMAP et ORIENT* destinés à évaluer les effets cardiovasculaires de l'olmésartan versus placebo chez des diabétiques de type 2 et qui ont conduit à des résultats opposés à ceux qui étaient attendus, c'est-à-dire à une augmentation de la mortalité d'origine cardiovasculaire

ROADMAP et ORIENT  sont les deux essais cliniques à long terme. Dans les deux essais, les patients diabétiques de type 2 ont reçu soit un placebo ou de l’olmésartan avec pour objectif de déterminer si le traitement par ce dernier pourrait ralentir la progression de la maladie rénale.

Or une découverte inattendue observée dans les deux essais est apparue : en effet il y a eu un plus grand nombre de décès dus à une cause cardiovasculaire (infarctus du myocarde, mort subite, d'accident vasculaire cérébral) chez les patients traités par l’olmésartan par rapport au placebo !
La FDA conclu :

    - « FDA estime que les avantages de Benicar (Olmésartan) chez les patients souffrant d'hypertension artérielle continuera à l'emporter sur les risques potentiels. »
    - « L'Agence prévoit d’examiner les données primaires des deux études, ROADMAP et ORIENT, et envisage d'autres moyens d'évaluer les effets cardiovasculaires du Benicar. »

 

L’avis du pharmacien :

     A l’heure actuelle et en fonction des données disponibles, et si on suit les conclusions de la FDA il n’y a pas actuellement de grosses inquiétudes.

     Cela dit, ces deux cas montrent la nécessité de prendre du recul par rapport à une classe chimique dont certaines molécules (olmésartan et telmisartan) nécessitent de plus amples études de pharmacovigilance.

     D’autre part la  prescription préventive de ces molécules contre des « facteurs » de risque plus ou moins bien établis mérite d'être pesée.

     Si on désire absolument un antagoniste de l’angiotensine II, à notre avis, il vaut mieux en rester à la molécule de référence le losartan. La multiplicité des molécules « mee-too » n’apporte aucun plus en terme pharmacologique, par contre elle peut favoriser l’émergence d’effets secondaires inattendus. L’objectif premier des molécules « mee-too », qui sont pratiquement toutes basées une structure bipényle substituée par un noyau tétrazole, n’est autre que de partager le marcher du 1er sartan commercialisé : le losartan.

 

*I n f o r m a t i o n s   c o m p l é m e n t a i r e s  :

     - ROADMAP : Randomized Olmesartan and Diabetes Microalbuminuria Prevention Study

C’est une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo, multicentrique, menée en Europe.

L'essai comprenait 4447 patients atteints de diabète de type 2 et au moins un facteur supplémentaire de risque cardiovasculaire, mais sans preuves manifestes de la néphropathie.

Les patients ont été randomisés pour recevoir soit 40 mg d'olmésartan soit du placebo.

L'objectif principal était d'évaluer si olmésartan pourrait retarder l'apparition de la microalbuminurie. La majorité des patients avaient 3 à 5 facteurs de risque cardiovasculaire et 80% des patients ont recours à d'autres antihypertenseurs. La durée moyenne d'exposition à olmésartan était de 39 mois.

Les patients ont été autorisés à recevoir d'autres classes de médicaments antihypertenseurs

    - ORIENT : Olmesartan Reducing Incidence of End Stage Renal Disease in Diabetic Nephropathy Trial              

C’est une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo, multicentrique, menée au Japon et à Hong Kong.

L'essai comprenait 566 diabétiques de type 2 et de néphropathie avérée, ont été randomisés pour recevoir soit l’olmésartan 10 mg à 40 mg par jour soit du placebo.

Les patients ont été autorisés à recevoir d'autres classes de médicaments antihypertenseurs. Le critère composite d'évaluation principal a été le doublement de la créatininémie, l’insuffisance rénale terminale, et toutes autres causes de mort

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article

commentaires

samani joseph 28/01/2011 18:52



en un mot comme en cent peut on continuer a prendre MICARDIS 80



Amster 29/01/2011 12:12



Primo c'est au medecin traitant d'apprecier ou non le risque en fonction de chaque (c'est une question capitale de déontologie, Internet est pour nous un outil de refelxion interactive et non un
substitutif de l'ordonnance du médecin). Notre avis, qui ne peut en aucun cas être pris comme une référence (c'est un simple effort personnel) est le suivant : Si on désire absolument un
antagoniste de l'angiotensine II, il vaut en rester à la molécule de base le losartan. Désoler de ne pas répondre de façon directive à votre question, car on n'a ni la
prétention ni le souhait de se substituer au médecin traitant. Merci  


 



Bocquet Alain 26/07/2010 09:02



Bonjour à vous,


 


Je vous lis toujours avec beaucoup d'attention et vous félicite pour cette recherche d'objectivité, de formation continue, d'honnêteté intellectuelle.


Comme vous le précisez dans votre article, aujourd'hui si nous devions faire un choix vers un sartan nous irions tout naturellement vers un losartan qui a fait ses preuves sur
les chiffres et sur les preuves cliniques. N'oublions pas toutefois que dans le choix de l'antihypertenseur, le sartan est loin d'être un premier choix...


Un bon petit diurétique (peu coûteux), un antagoniste Ca (une amlodipine reste d'une efficacité redoutable sur les chiffres) et éventuellement un IEC voire un sartan spécialement pour le
diabétique, la protection rénale.


Aujourd'hui nous savons par expérience que la plupart des patients hypertendus ne peuvent arriver aux valeurs cibles...qu'avec en moyenne 2 à 3 antihypertenseurs...imaginez le travail à faire au
Maroc (un 5 Millions d'hypertendus et seulement 400.000 traités sans pour autant être normalisés) et le marché à prendre...les firmes génériques vont foncer...


D'où l'embarras des pharmaciens (nombre de copies !) et des médecins...ils vont tous plongés sur la cardio...HTA et cholestérol...


Merck (ex MSD) vient de perdre son brevet losartan et Novartis se prépare à perdre le brevet valsartan (Diovan/Tareg)...Sanofi (Approvel) suivra....


 


Dans un souci constructif, fraternel et sachant que la FMC vous est chère....j'insiste sur le fait qu'un sel ne prend jamais de majuscule...il s'agit d'un nom commun...donc telmisartan,
olmésartan, losartan....seul le nom de la marque en prend une...


Je suis étonné de retrouver cette "confusion" régulièrement au Maroc y compris dans les FIRMES PHARMAS (génériques)!!!! ce qui en soit est plus inquiétant...lol


Pourquoi insister sur ce fait...quel est l'intérêt futur ? La prescription future en DCI....et le droit de substitution....en effet dès qu'il y a majuscule sur la prescription...une
marque....donc on délivre la marque.


Pas de majuscule...le sel....amlodipine....le pharmacien choisit l'amlodipine en stock.....(Amep, Dipicor, Amovas,....). 


Si l'on veut être correct jusqu'au bout...une majuscule ne pourrait se concevoir qu'en début de phrase...Olmésartan est.....


Mais dans mes cours et formations...je parlerai....L'olmésartan, L'amlodipine...donc le problème ne se pose jamais...car il s'agit bien du principe actif...normalement accompagné du sel....


Peu de personnes dans la pharma...savent par exemple que si l'Amlor est du bésylate d'amlodipine....les génériques sont pour la plupart de sels différents (mésilate).


C'est pourquoi le test de biodisponibilité est important...pour démontrer une réelle équivalence (avec fourchette des 80/125%)...puisqu'il s'agit de génériques équivalents...et non pas identiques
!  D'où le mauvais débat souvent entendu au Maroc....Un générique n'est pas un princeps...il est équivalent selon la loi.


Pour votre information le telmisartan est connu sous le nom Micardis....représenté (normalement) par Bottu (propriétaire Boehringer Ing.) et l'olmésartan (Olmetec) c'est Cooper (propriétaire
Daiichi Sankyo).


Avez-vous découvert une news étonnante...un générique au Maroc de Nexium...donc l'ésoméprazole...j'ai été très surpris....plus protégé par brevet ? ou autre sel pour contourner le brevet...


Vous avez le cas avec le Divarius (sel différent de paroxétine, Deroxat) et comme par hasard...le même importateur....Promopharm (dans le cas du Divarius, laboratoire Chiesi)...à suivre. Je pense
que le nom commercial c'est Efac ou Efag.


Pour conclure...news sur suite et fin du DiAntalvic....donc plus d'association prochaine avec DXP (le Maroc devra suivre je suppose...) et FDA a pris position sur molécule à risques...la
rosiglitazone (Avandia) de GSK...procès aus States.


 


J'ai été bavard...sourire. J'espère ne pas vous avoir ennuyé.


Nous sommes des passionnés de la pharma....


Bien à vous et encore félicitations pour ce travail !


Alain


 


 



Amster 26/07/2010 11:43


Merci pour ces informations précieuses, on en prend acte. Bonne journée


Recherche