Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 20:10

 

10-10-06-Perle-Mycolog.jpg

 

Une jolie perle toute fraîche d’aujourd’hui :

                                                           Traduction : MYCOLOG

Sur la forme : remarquez l’accent sur le « e » qui dénote le souci de la précision, médicament oblige !

Sur le fond : Le Mycolog est une association qui contient

- un corticoïde d'activité modérée, l' acétonide de triamcinolone,

- un antibiotique de la famille des aminosides, la néomycine,

- un anticandidosique, la nystatine.

C’est une association pharmacologiquement très discutable, pour l’argumentaire nous vous invitons à consulter les deux articles suivants :

- L’association corticoïde & antibiotique n’aura plus lieu d’être au MAROC  

- RIFODERM vs RIFASONE : ANALYSE CRITIQUE

 

Cette perle nous permis de se remémorer un incident majeur, il y a une dizaine d’année, qui nous a beaucoup marqué. Les faits :

         - C’est un nouveau-né, une petite fille de deux mois, qui devait avoir un eczéma atopique, et au pire cela  aurait été une ichtyose héréditaire, a qui un médecin a prescrit le Mycolog.

Au vu des résultats spectaculaires et transitoires du dermocrticoïde sur la peau du bébé, la maman a généralisé l’application sur toute la peau.

          - Au bout d’une semaine on a appris que le bébé est mort. Mais pour la mère, et avec un fatalisme écœurant, il est décédé d’une mort « naturelle ». Bien entendu elle n’arrivait pas faire le lien entre l’application répétée et généralisée du dermocrticoide et la mort du bébé.

Nous soupçonnons, vu que personne ne pourrait le démontrer, l’implication du Mycolog dans cette mort injustifiée et absurde, probablement en rapport avec un problème au niveau de la corticosurrénale.     

Nous devons rappeler ici que la peau de bébé est une barrière non encore étanche, elle se comporte plutôt  comme un tamis qui laisse passer un grand nombre de molécules toxiques, cette caractéristique est amplifiée par les couches qui se comportent comme des pansements occlusifs. Tout produit destiné à la peau de bébé doit répondre d’une innocuité parfaite.

Les leçons que nous avons tiré de cet incident :

          - Ne pas délivrer de democorticoide chez un bébé, même prescrits par un médecin, sauf s’ils sont fortement dilués (dans de la vaseline). Quitte à dire « qu’on en a pas »    

          - En cas de peau sèche de bébé, conseiller d’abord d’éviter les savons agressifs et utiliser des émollients simples : huile d’amande douce, vaseline ou éventuellement des crèmes hydratantes non parfumées adaptées à la peau de bébé.      

          - Bien entendu, l’utilisation chez la femme du Mycolog pour un prurit ou pour une mycose vaginale est totalement injustifiée.        

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche