Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 20:28

R H U F E N E

Pseudoéphédrine & Ibuprofène

 

 

Nom commercial : RHUFENE
DCI : [Pseudoéphédrine 30 mg & Ibuprofène 200 mg] par CP
Présentation : Boite de 20 CP
PPM : 23.00 DH

  

        Il s’agit d’une nouvelle spécialité siglée anti-rhume sans somnolence, autrement dit sans antihitaminique, sauf qu’on remplacé dans la formulation le paracétamol par un AINS l’ibuprofène.

        RHUFENE se place directement comme concurrent du DOLIRHUME [Pseudoéphédrine 50 mg & Parcétamol 500 mg, boite 16 CP, PPM 18.35 DH] et du RHUMAGRIP [Pseudoéphédrine 50 mg & Parcétamol 500 mg, boite 16 CP, PPM 17.00 DH].
        En fait, l’essentiel des principaux effets secondaires de cette catégorie de produits est dû, non pas au paracétamol ou à l’ibuprofène, mais à la présence de Pseudoéphédrine un puissant vasoconstricteur aux effets particulièrement marqués sur le système cardiovasculaire, comme on l’avait déjà expliqué dans un précédent article (cliquer sur le lien) : LES MEDICAMENTS ANTI-RHUME

Ces effets secondaires doivent interpeller tout prescripteur devant des patients développant ou susceptibles de développer des affections cardiovasculaires (hypertension, angine de poitrine, etc …)

 

Rappels sur la Pseudoéphedrine 

- C'est un vasoconstricteur sympathomimétique, comme la phenylephrine, mais contrairement à cette dernière elle agit de manière indirecte en libérant la noradrénaline des terminaisons nerveuses adrénergiques. [ http://www.biam2.org/www/Sub1443.html ]

- Retrouvée avec le même dosage unitaire de 50 mg dans Actifed et l'Ephedryl alors que dans Humex elle est à 60 mg.  
- Dans le Dolirhume, Rhumagrip et Rhufene elle est à 30 mg par cp.

- Elle possède les mêmes effets cardiovasculaires que la noradrénaline, moins marquées certes mais plus prolongées : hypertension artérielle

- Parmi les autres effets secondaires on a : tachycardie, palpitations, vertiges, tremblement, dysurie et faiblesse musculaire.  

- Contre-indiqué en cas de grossesse et de glaucome à angle fermé

- C'est un analeptique respiratoire par action bronchodilatatricre et stimulation des centres respiratoires bulbaires.

- La pseudoephedrine se caractérise aussi par des phénomènes de  tachyphylaxie*.  

- Dans les formulations « anti-rhume » on recherche surtout son effet vasoconstricteur. Mais cela, comme pour la phenylephrine, ne doit pas faire oublier au praticien ses autres effets.      

- A noter que c'est aussi une substance dopante chez les sportifs

 

* Phénomène de tolérance rapide de l'organisme vis-à-vis d'un médicament dont l'efficacité décroît au fur et à mesure des prises, obligeant à en augmenter les doses. Cf. Larousse Médical   

 

D i s c u s s i o n  :

En remplaçant le paracétamol par l’ibuprofène, on pourrait penser qu’on cherche à donner une activité anti-inflammatoire à cette spécialité, cependant :

- A 200 mg par CP l’ibuprofène n’a qu’un antalgique et antipyrétique son activité anti-inflammatoire ne débute qu’à partir de 400 mg par dose.

- Aux doses préconisées dans le RHUFENE c’est donc un antalgique et antipyrétique aux effets similaires à ceux du paracétamol, tout en conservant les effets secondaires gastriques des AINS.

En claire, on a remplacé une molécule par une autre aux effets bénéfiques similaires et aux effets secondaires accentués, la balance bénéfice / risque penche logiquement au profit des produits à base de paracétamol.

On peut se demander pourquoi le laboratoire n’a pas mis 400 mg d’ibuprofène par cp, la raison à notre avis est que cette spécialité est positionnée comme "médication familiale et de conseil", à 400 mg elle serait devenu d’abord un produit de prescription (donc un marché plus restreint)     

Q u e l q u e s  p i s t e s  d e   r é f l e x i o n   : 

       - Pour retrouver un effet anti-inflammatoire à cette spécialité, tout en conservant son positionnement, il aurait été plus astucieux de diviser la quantité de pseudoéphedrine par deux, et de proposer cette spécialité avec deux posologies, une à caractère «médication familiale » à la posologie de 1 cp X 3 par jour volontairement sous dosée en pseudoéphedrine, et l’autre à caractère anti-inflammatoire à 2 cp x 3 par jour visant d’abord la prescription.

       - Autre piste, au lieu de s’attaquer au marché du DOLURHUME et du RHUMAGRIP, il aurait été souhaitable de s’attaquer directement aux formulations contenant des antihistaminiques (ACTIFED, EPHEDRYL, RUPTON, Etc…) en proposant dans la formule un antihistaminique de nouvelle génération donnant moins de somnolence type loratadine, dont le prix a littéralement chuter ces derniers temps (CLARYTINE, CLARTEC, LORACTYNE Etc. … à retenir surtout ZIFAR pour son PPM de 15,00 DH).
Il est tout à fait possible d’imaginer une telle spécialité, sachant qu’il existe déjà une association Pseudoéphédrine 60 mg & Loratadine 05 mg dans le CLARYNASE, elle aura alors donc comme formule théorique par CP :

Pseudoéphédrine 50 mg, Parcétamol 500 mg & Loratadine 10 mg 

A noter que le prescripteur, lui est déjà possible d’utiliser cette association avec un coût raisonnable en prescrivant :

RHUMAGRIP  à la posologie de 1 CP x 3 par jour       PPM 17.00 DH

ZIFAR            à la posologie de  1 CP      le soir         PPM 15.00 DH

                                                                        Coût total 32.00 DH

Ce mode de prescription, donner ici à titre de réflexion théorique, a l’avantage de donner plus de flexibilité au prescripteur au niveau de la posologie et de la durée du traitement pour chaque molécule. En réduisant par exemple la durée de traitement avec le RHUMAGRIP au strict nécessaire (2 à 3 jours) tout en continuant la loratadine           

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article

commentaires

Recherche