Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 20:30

LE FORUM DE DAVOS ET NOUS !

 

       Quand Klaus SCHWAB, fondateur et executive chairman du Forum de Davos, intervient on pourrait s’attendre à deux cas, au mieux  un discoure lissé comme ceux des patrons de grandes banques centrales où il faut y chercher  les prodromes des politiques économiques futures, au pire c’est un discoure ultralibéral qui fait froid au dos, particulièrement celui des pays les plus fragiles.

       Pourtant dans une excellente tribune publiée dans le journal marocain LE SOIR ECHOS, on retrouve un discoure simple, réaliste et reconnaissons-le tourné réellement vers le progrès.  

 

PHARHAMSTER  vous livre non pas une lecture, mais quelques  phrases marquantes qu’on a retenues, charge à chacun de faire sa propre opinion.

Source : Klaus SCHWAB, LE SOIR ECHOS, n°494, du 27/01/2010, page 07

 Klaus_Schwab_WEF_2008.jpg

    " La récente crise économique & financière a mis en exergue le fait qu’après avoir découvert les joies de « la mondialisation des opportunités » nous faisons face actuellement à « une mondialisation des problèmes »"

 
     " En limitant notre action uniquement sur la gestion de la crise nous ferons qu’alimenter la spirale descendante. Le déni de certaines vérités gênantes ou politiquement dérangeantes nous a incité à nous reposer sur des systèmes irréalistes et intenables dés le départ. Il est certain que les périodes de crise sont l’occasion de mettre en œuvre des idées plus efficaces et de modifier le système mondial dans le bon sens, en s’appuyant sur la participation des principaux acteurs de l’ensemble de la société à l’échelle universelle " 

 
      " Repenser notre système de valeurs requiert de multiples conditions préalables : d’une part la garantie d’un ancrage à la responsabilité sociale et au développement environnemental durable, mais également une assurance à la réduction des inégalités. Ceci nous permettrait d’instituer les fondations qui adapteraient nos structures internationales aux besoins de la société 21ème siècle. "

 
       " Pour reconstruire le monde après la crise, il nous est possible de recourir à de nouveaux concepts qui se fondent sur une plus grande participation citoyenne et des partenariats engagés entre les instances publiques et les acteurs non gouvernementaux. … Nous devons aussi accentuer le recours aux réseaux sociaux en tant qu’outil de renforcement de la responsabilisation, puiser plus efficacement dans notre capital numérique, et être plus à l’écoute de la génération avenir. "    

Klaus SCHWAB, fondateur et executive chairman du Forum de Davos   
       

Repost 0
Published by Amster - dans REFLEXIONS
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 18:18

Phloroglucinol effervescent Vs Phloroglucinol Lyoc

Mise au Point au sujet de l’intérêt de la forme effervescente    

 

       C’est avec un grand honneur qu’on a reçu une réaction des Laboratoires LAPROPHAN qui, pour ceux qui connaissent un peu l’histoire, est une institution pour beaucoup de pharmaciens au Maroc. Et ce suite à notre article intitulé  CAS D'OFFICINE ASSOCIATION LIOMETACEN & PONSTYL

        Par humilité, nous avons masqué le premier paragraphe, où ils nous citent avec des mots élogieux que nous estimons ne pas mérité réellement. PHARHAMSTER est un blog personnel qui pose plus de questions qu’il n’y répond. On est, tout sauf  une référence.

        C’est pour nous un honneur aussi, car certains laboratoires ne donnent pas cher des questions des officinaux. Il faut dire, pour être honnête, que les pharmaciens ne posent pas non plus de questions à part celles qui concernent le PPM, la marge et les gratuités (…). A ce sujet, et comme on est sur un Blog, il y a quelques années on avait contacté un laboratoire (une multinationale) au sujet de la classification d’un de leurs dermocrticoïdes, le jour d’après on a reçu un téléphone aimable de la directrice de communication qui était ébahie qu’un officinal pose une question de pharmacologie ? (Elle devait croire qu’il s’agissait d’un E.T.).

En outre, cette réaction nous permet de mettre en pratique nos propres règles déontologiques à savoir :

 

- PharHamster considère que ne nous détenons pas de vérité absolue, toutes les analyses, présentées ici, sont rédigées de bonne foi en fonction des données scientifiques dont nous disposons. Face à toute imprécision, erreur ou omission éventuels, pharHamster reste ouvert à toute remarque, critique ou rectification dans l’intérêt de tous et surtout dans l’intérêt du patient qui reste le cœur de notre métier à tous.
- Les données présentées ont été établi par nos soin de bonne foi, sauf erreur ou omission
- Loin de nous toute stigmatisation de n’importe qu’elle spécialité, l’objectif étant de clarifier une situation afin favoriser l’émergence d’une concurrence saine à même de consolider notre industrie qui sera poussée à plus de rigueur et d’efficience managériale ce qui ne manquera d’être un atout considérable dans son expansion sur le marché international.     

Laprophan-1-copie-1.jpg 

 

 Laprophan-2.jpg



En conclusion, selon le tableau présenté, il apparaît que la forme effervescente est prés de 44 % plus efficace que la forme Lyoc (en sublingual) et presque aussi efficace que la forme IM.       

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 20:08

CAS D’OFFICINE

SALBUTAMOL ATTENTION A LA POSOLOGIE chez le nourrisson

 

Là on vous un cas d’officine typique qui démontre qu’exprimer les posologies en cuillère peut induire en erreur le médecin prescripteur et engendrer de possibles surdosages. LIRE : CUILLERE A CAFE & CUILLERE A SOUPE

 Cas-d-officine-ventoline.jpg

 

Rappels déontologiques :  

  - les coordonnés du médecin traitant et du patient on été expressément masqués. Cette image est publiée à titre strictement informatif afin de rapprocher le plus possible le lecteur de la réalité complexe de notre exercice professionnel.        
  - Loin de nous tout côté « donneur de leçons », PharHamster considère que ne nous détenons pas de vérité absolue, en fait toutes les analyses, présentées ici, sont rédigées de bonne foi en fonction des données scientifiques dont nous disposons. Face à toute imprécision, erreur ou omission éventuels, pharHamster reste ouvert à toute remarque, critique ou rectification dans l’intérêt de tous et surtout dans l’intérêt du patient qui reste le cœur de notre métier à tous.


Il s’agit d’un nourrisson de 10 kg avec :

Augmentin  Enf   : 1 dose 10 kg x 3 par pendant 8 j
      Amoxicilline / Acide clavulanique rapport 1/8

Celestène gtte     :      100 gouttes le matin pendant 5 j
      Betamethasone : Corticoïde

Ventoline sp        :       1 càc 2 x par jour pendant 7 j 
       Salbutamol : Broncho-dilatateur βêta-2-mimètique  

Doliprane 150 sup : 1 supp x 3 par jour 
       Paracétamol


     - Remarquez d’abord que le prescripteur a utilisé intelligemment l’Augmentin Enfant et il a absolument raison car la forme dite « Nourrisson » est identique à la forme dite « Enfant » la seule différence c’est la contenance du premier est à 30 ml et le second est à 60 ml, autrement dit on est face au petit et au grand model du même produit. La terminologie« Nourrisson » n’a pas de sens, pour la posologie seul compte le poids.

     - La posologie du salbutamol (ventoline) pose réellement un problème :

La posologie préconisée en pédiatrie (source : Vidal) est de 0.20 à 0.30 mg / kg / j,
En optant pour 0.30 mg / kg / j, et pour un bébé de 10 kg, la dose journalière (0.30 x 10) est 3 mg par jour.
Sachant qu’une càc (5 ml) du Ventoline sp contient 2 mg de salbutamol et si on utilise la posologie prescrite on arrive à une dose de 4 mg par jour ce qui représente 25 % de plus que la dose usuelle maximale.
Il y a risque sérieux, de notre point de vu, de surdosage qui implique dans ce cas tremblements, tachycardie, modifications tensionnelles, sueurs, risque d'hypokaliémie.

 

       - L’alternative : c’est une posologie calculée en ml, dans ce cas précis pour 10 kg : le maximum usuel est 3 mg (sachant que 5 ml de ventoline sp contient 2 mg de salbutamol) cette dose sera administrée via une seringue de 2.5 ml (coûtant 2.25 DH maximum) à la posologie de 2.5 ml x 2 par jour.

 

Conclusion :
Ce cas simple montre les écueils auxquels fait face le médecin avec des posologies exprimées en cuillère à café. Cela montre aussi que l’écriture d’une ordonnance est un travail qui nécessite du temps, pour ce faire un prescripteur ne peut pas, humainement, faire la consultation d’un  nombre colossal de patients. Comme c’est le cas dans certaines structures de santé publique.

En attendant de meilleures conditions de travail pour les médecins (…), l’officinal doit être extrêmement vigilent particulièrement  face aux posologies pédiatriques qui ne sont pas faciles à mettre en œuvre.

Rappel déontologique : Stigmatiser un confrère, en s’octroyant de droit de le juger devant le patient, est une absurdité monumentale qui a un impacte négatif sur l’ensemble du corps médical et dont le patient est la première victime.

A charge à chacun (Pharmacien ou médecin en cas d’une 2ème consultation) de gérer ce genre de situation de manière rationnelle et subtile dans l’intérêt d’abord du patient.     

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 12:01

La problématique
de La conduite à tenir 
devant les hyperpigmentations cutanées

 

 

         Nous allons abordé ce sujet à travers, d’abords, une « lecture officinale » d’un récent article qui vient d’être publié dans la revue marocaine « ESPERANCE MEDICALE » au sujet des mélasmas, suivit d’une discussion de cette publication. Ce texte est suivi, en deuxième partie, par un article intitulé :   Hyperpigmentation cutanée & Esthétique rationnelle de la peau  

Le mélasma ou chloasma appelé communément masque de grossesse est un des sujets qui à la base est source

- de beaucoup de conseils erronés, voir dangereux, en officine
- de beaucoup d’approximations, voir d’improvisation, en dermatologie.
- de beaucoup de produits cosmétiques aux indications largement non démontrées et aux prix qui varient d’une dizaine de dirhams à des centaines de dirhams    

 melasma.jpg

Lecture officinale : conduite à tenir devant les hyperpigmentations cutanées

Source : B. HASSAM et coll. Conduite à tenir devant un mélasma, Espérance Médicale. Tome 16. N°164. Pages 574-576. Décembre 2009

          L’article de l’équipe du Pr. B. Hassam chef de service de dermatologie au CHU Avicenne de Rabat, établit un état des lieux des traitements disponibles. A la lecture de cet article un premier constat s’impose au niveau des molécules à visée curative c’est qu’il n’y a rien de nouveau sur le plan strictement médical, autrement dit les nouveaux produits mis sur le marcher de temps à autre n’apportent aucune innovation réelle à ce sujet à part l’imagination des équipes marketing.       

          L’article désigne le mélasma comme une hyperpigmentation acquise touchant les parties exposées du visage de manière le plus souvent symétrique et bilatérale. Dans cet article les auteurs, malheureusement, ne donnent pas de précisions détaillées sur l’étiologie et la physiopathologie du mélasma.    
Bien que cette dermatose soit bénigne, elle a un impact psychologique considérable qui doit être pris en compte.        
Les traitements proposés sont de 2 types les méthodes limitantes et les méthodes curatives :

Les méthodes limitantes : Elles permettent de limiter l’extension de l’hyperpigmentation elles reposent sur :
         - Les écrans solaires à haut indice de protection 
         - La suppression des facteurs étiologiques à savoir :

Reconsidérer la méthode contraceptive, éviter les irritations par frottement ou par démaquillage trop appuyé, rechercher une utilisation abusive de dermocorticoïdes et enfin l’utilisation de cosmétiques approximatives farfelus voir dangereux.

Les méthodes curatives :

      Les   topiques   dépigmentants 

               - L’hydroquinone : un inhibiteur de la tyrosinase, avec des effets secondaires très marqués, autorisé à hauteur de 2%  
               - L’acide rétinoïque : le mécanisme d’action est mal connu, les effets secondaires sont tellement important que le rapport bénéfice risque est largement défavorable à notre avis.   
               - L’acide azélaïque : c’est un acide dicarboxylique qui inhibe in vitro la tyrosinase, il a une activité antiproliférative et cytotoxique et cytotoxique sur les mélanocytes hyperactifs et anormaux. En réalité la seule indication démontrée de cet acide est l’acné   
               - L’acide lupoïque : cité dans l’article sans plus de détails
               - L’acide kojique : cité dans l’article sans plus de détails

     Les   méthodes   physiques

               - Les peeling : (là je reconnais j’apprend des choses) ils sont indiqués dans les mélasmas résistants chez les phototypes claires. Ils consistent en une destruction de l’épiderme (et plus ou moins le derme) pour éliminer la mélanine. Le décapage est plus ou moins profond selon l’agent utilisé et sa concentration (sic).
On distingue les peelings superficiels légers (avec l'alpha hydroxyacide 30 à 70% ou l’acide tricholoracétique 10 à 20%) ou moyens (avec l’acide tricholoracétique 20 à 25% associé ou non à l’acide salicylique).
Les peelings moyens profonds : à base ou l’acide tricholoracétique 25 à 35% après application d’acide glycolique à 50% ou du phénol.
Les effets secondaires : irritation (ça c’est prévisible), hyperpigmentation réactionnelle, dépigmentation définitive et enfin cicatrice hypertrophique.  

              - Les lasers et lampes flash pulsées : divers types de lasers et lampes flash ont été utilisées sans efficacité démontrée et avec des effets secondaires type atrophie, cicatrice hypertrophique, hyperpigmentation ou dépigmentation.

L’article propose au final le protocole suivant : 
       - Pour un  mélasma épidermique ou mixte : le traitement est chimique
       - Pour un mélasma réfractaire chez un sujet à peau claire : on propose un peeling du superficiel au profond avec des semaines d’intervalle
       - Pour un mélasma dermique : les traitements précités ne sont pas efficaces, on a recours au maquillage de camouflage.

    

D i s c u s s i o n  :

        Notre intérêt va se concentrer sur les méthodes curatives chimiques, car pour les méthodes dites physiques l’article précise d'emblé qu’elles n’ont pas d’efficacité démontrée avec des effets secondaires marqués.
En consultant le site de l’AFSSAPS au sujet des molécules citées dans l’article on retrouve deux cas :  
     - Soit ce sont des molécules qui existent dans la nomenclature de l’AFFSSAPS mais qui n’on aucune indication légale dans les mélasmas :

> L’acide rétinoïque, DCI TRETINOINE est un anti-acnéique keratolytique retrouvé entre autre dans le RETACNYL. Son utilisation dans les hyperpigmentations proviendrait d’une formule désuète « le trio dépigmentant de Kligman » sur la base d’une publication [4] datée de 1975 jamais confirmée depuis.   
> L’acide azélaïque est aussi un anti-acnéique keratolytique, en France il est disponible (sous la marque FINACEA 15 % gel) mais sans indication dans les mélasmas. Son utilisation proviendrait, nous semble-t-il, d’une volonté d’apporter une alternative à l’acide rétinoïque !    

      - Soit ce sont des molécules qui n’existent pas dans la nomenclature de l’AFFSSAPS, ce ne sont pas des médicaments, ils n’ont pas d’AMM, ils tombent plus ou moins dans le domaine des produits cosmétiques avec des indications le plus souvent aléatoires et des effets secondaires qui peuvent être très marqués particulièrement pour l’hydroquinone. Outre l'hydroquinine on retrouve dans la même série : l’acide lupoïque et l’acide kojique  avec de faibles références bibliographiques y compris dans celles rapportées par l’article précité.

         
A noter qu’il existe un médicament non remboursé, qui n’a pas été cité dans l’article, avec A.M.M. (au Maroc et en France) à base d’un dérivé de l’hydroquinone il s’agit du monométhyl éther de l’hydroquinone ou paraméthyl oxyphénol ou encore en D.C.I. le méquinol  (Leucodinine B® à 10 %) qui est commercialisé (au prix de 18.00 DH) dans les hyperpigmentations cutanées.
Dans le BIAM cette indication est accompagnée avec avec la mention « à confirmer ». Le site de l’AFSSAPS ne donne aucun détail sur ce produit.

Pour être complet, et vu que l’hydroquinone est d'une part largement utilisée et d'autre part elle est peu référencé sérieusement, on vous propose sa formule, ses caractéristiques, et une liste non exhaustives des produits à base d’hydroquinone en plus d’une bibliographie issue de notre propre documentation

Hydroquinone.jpg 


L’hydroquinone c’est le 1,4-dihydroxybenzène et on l'obtient par réduction de la benzoquinone. 

Masse molaire : 110.11, Point de fusion : 173.17 °C, Point d’ébullition : 287 °C, Densité : 1.33

 

Liste non exhaustive des spécialités à base d’hydroquinone : 

L’hydroquinone est souvent associée à d’autres molécules type vitamine C, alpha hydroxy acides, urée etc. ou encore à des écrans. La concentration utilisée la plus part du temps est 2 %

Clermine®                         : 2 % d’hydroquinone
Clarskine®                         : 2 %       "
Trio D®                              : 2 %       "
Orfine éclaircissante ®        : 2 %       "
Neostrata bionic skin®        : 2 %       "
Neostrata neocentical ®      : 2 %       "

 

Bibliographie :

1) C. MAUTRAIT, R. RAOULT. Guide pratique des dermatoses, 101-101, Ed. Masson 1994
2) Direction générale de la santé Service de protection de la consommation Genève RAPPORT ANNUEL 2003 : CAMPAGNE DE DOSAGE DE L'HYDROQUINONE DANS LES PRODUITS COSMETIQUES
3) INRS. Hydroquinone fiche toxicologique n°159. Edition 1992
4) KLIGMAN AM, WILLIS I. A new Formula for depigmenting human skin. Arch Dermatol 1975 ; 11 : 40-8
5) L. MAROT. L’approche médicale de la dermato-cosmétologie. Louvain Med. 117 :S116-S120, 1998
6) Ph.DOROSZ, Guide pratique des médicaments. 21ème édition. Ed Maloine. 2001
7) VINGT-QUATRIÈME DIRECTIVE 2000/6/CE DE LA COMMISSION EURPEENNE du 29 février 2000
8) VIDAL 2001

Repost 0
Published by Amster - dans MEDECINE & SANTE
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 12:00

Hyperpigmentation cutanée

Pour une esthétique rationnelle de la peau

 
Cet article constitut en fait la 2ème partie de : CONDUITE A TENIRE DEVANT UNE HYPERMPIGMENTAION CUTANEE
Danse-01.jpg
L ’ a s p e c t   t h é r a p e u t i q u e   :

            Aucun des traitements actuels des hyperpigmentations cutanées n’est réellement prouvé. Dans l’état actuel des connaissances il vaut mieux, de loin, insister sur la prévention par des écrans solaires adaptés. En cas d’hyperpigmentation avérée, il nous semble préférable d’informer le patient honnêtement et proposer des cosmétiques aux indications, certes non prouvées, mais avec le minimum d’effets secondaires.        

 

L ’ a s p e c t   s o c i a l  :  L e s  d é r i v e s ! 

            Le traitement des hyperpigmentations cutanées engendre par essence des dérives dangereuses qui proposent de « blanchir » la peau. C’est là un comportement souvent dangereux pharmacologiquement  et condamnable déontologiquement car il fait appel à des relents à caractère racial sur lesquels surf un certains nombre de produits. Faire de la peau blanche une panacée est absurdité dangereuse.

 

L ’ a l t e r n a t i v e   :

           Se pose alors  la question de savoir quels sont les objectifs esthétiques médicalement souhaitables pour la peau ? On peut tenter modestement d’y répondre en toute simplicité en 3 points : d’abords l’hygiène de la peau, la protection de la peau et enfin la nutrition la peau

         L’hygiène de la peau
         Elle se base sur un nettoyage régulier, au moins une fois par jour, avec un lait de toilette (le moins cher) et un rinçage soigneux avec une eau potable ( oui celle du robinet car les lotions et autres sont superflues pour enlever le lait). Le lait étant une émulsion d’une phase huileuse dispersée, par l’intermédiaire d’un agent de surface, dans une phase aqueuse, le mécanisme d’action du lait se fait par solubilisation des impuretés lipophiles dans la phase huileuse et les impuretés hydrophiles dans la phase aqueuse, le lait sera appliqué avec la main pour éviter toute irritation de la peau. Contrairement au savon, qui est lui-même un agent de surface anionique, et qui agit en formant des micelles avec les salissures, qui restent ainsi en suspension dans l'eau qui va être rincée, c’est un effet détergent qui peut être relativement agressif sur une peau de visage fragile.
Au final pour une bonne hygiène, en fonction de la nature de la peau, un savon ou un lait de toilette le plus simple possible suivi d’un rinçage soigneux. 

         La protection de la peau :

         Elle est simplement basée sur une protection solaire adaptée et une hydratation régulière des couches superficielles de l’épiderme. 

         La nutrition de la peau :

         Appliquer des crèmes à base de vitamines et de divers nutriments en se disant que cela va nourrir la peau est une absurdité monumentale, car une peau saine est une barrière efficace qui ne laisse passer ni virus ni bactéries ni même pas l’eau qui n’arrive que difficilement au niveau des couches superficielles de l’épiderme (comme c’est à chaque fois mentionné sur les publicités des crèmes hydratantes, en France, en petits caractères bien sur marketing oblige). De là à faire passer des vitamines à travers la peau il faut être un alchimiste du marketing pour arriver à en persuader la population. En réalité, les vitamines utilisées dans les crèmes sont souvent utilisées comme conservateurs (évitent le noircissement des crèmes …)
Pour nourrir la peau il est plus logique d’opter pour 3 idées (encore 3)  
         - Un apport alimentaire équilibré
         - Une hygiène de vie : c'est-à-dire éviter les conduites à risques qui détruisent la peau : éviter les addictions type tabac et alcool, le stress, et avoir un rythme de vie physiologiquement compatible.     
         - Une activité physique régulière, et là pour la beauté de la peau c’est fondamentale et cela mérite une petite explication. Le sport rend (de façon triviale) la peau rouge ce qui correspond en fait à une vasodilatation (dilatation des vaisseaux) qui a pour objectif d’évacuer l’excèdent de chaleur produit par le métabolisme lié au mouvement, cette vasodilatation va être extrêmement bénéfique pour la peau et les phanères qui vont être mieux irrigués (l’effet inverse du stress). Associé à une alimentation équilibrée cette vasodilatation va apporter vers la peau touts les nutriments dont elle a besoin et en quantités largement suffisantes.

 

           Au final le meilleur soin de beauté pour la femme et pour l’homme ne réside pas dans les crèmes qui constituent une solution de facilité onéreuse d’appoint aux effets largement aléatoires, mais bien dans le sport,
On parle ici de la pratique d’une activité physique modérée à intense, non stressante (contrairement au sport de haut niveau), et surtout régulière. Les effets ne sont tangibles que sur des mois et des mois d’entraînement et de pratique associé à un apport alimentaire équilibré, à un nettoyage soigneux et  à une hygiène de vie saine, relativement, car il ne s’agit pas de devenir un ascète non plus.

Profiter de la vie en évitant le plus possible les conduites à risque paraît une attitude raisonnable et logique pour avoir, entre autre, une belle peau qui représente, en elle-même, une interface extraordinaire autant physique que psychique entre l’intérieur de l’être humain et son environnement.                                              

Repost 0
Published by Amster - dans MEDECINE & SANTE
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 19:37

L'OMS fait son mea culpa concernant
La gestion de la grippe A/H1N1

 
Source : Le Soir Echos du jeudi 21 janvier 2010, n°490, page 1

              L’Organisation mondiale de la Santé a reconnu des erreurs de gestion de la pandémie grippale. Sa directrice générale, Margaret Chan, a affirmé, lors d'une conférence de presse, avoir «surestimé l'impact du virus A H1N1». Cette déclaration fait suite aux accusations des députés du Conseil de l'Europe qui ont exigé l'ouverture d'une enquête. Mme Chan a justifié son excès de prudence : «Nous préférons tous voir une pandémie modérée avec un surplus de vaccins qu'une pandémie sévère avec une quantité insuffisante de doses».

L’avis de l’apothicaire :

              Le minimum d’exigence requis pour des postes type directeur de l’OMS est d’être rigoureux et non impulsif.  La pilule va être difficile à avaler pour des millions et des millions de gens a travers le Monde, si pour les pays les plus riches le coût des vaccins perdus peut être rapidement amortissable (et encore), pour les autres pays dont le Maroc cela ressemble une gabegie aux conséquences désastreuses sur le reste des programmes fondamentaux de santé publique.
Nous préférons en rester là sans aller vers des supputations hasardeuses concernant d’éventuelles collusions entre les « experts » de l’OMS et l’industrie pharmaceutique.

LIRE AUSSI :
                - GRIPPE A H1N1 & LA PROBLEMATIQUE DE LA GESTION DU RISQUE SANITAIRE
                - CHIFFRES & REPERES : GRIPPE A/H1N1 L'AVIS DE LA REVUE PRESCRIRE
                - LA VACCINATION CONTRE LA GRIPPE H1N1 AU MAROC 
                - GRIPPE A H1N1 vs ACCIDENTS DE LA ROUTE AU MAROC


POST-SCRIPTUM du 01 /02 /2010 :  Wolfgang Wodard enfonce le clou

Sources :   - LE SOIR ECHOS, n°497, page 10, du 01/02/10 

                - AUFAIT, n°675, page 04, du 04/02/10 
         
Les attaques les plus abouties sont venues de l'épidémiologiste allemand, et non des moindres, Wolfgang Wodard, ancien président de la sous-commission de la santé de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).
          Fort de l'appui de nombreux chercheurs et politiques, cet expert est catégorique. Il accuse l'OMS d'avoir exagéré la menace de la grippe «sous la pression des laboratoires», leur faisant bénéficier de marchés juteux en
lançant, sans bases scientifiques suffisantes, le spectre d’une pandémie dangereuse pour l’humanité.
« Nos enfants ont été vacciné in utilement, l’OMS a fait une erreur grave et ne mérite pas notre confiance » sic    
          Ces accusations graves et sérieuses ont incité le conseil de l’Europe à lancer une procédure pour clarifier la situation, en invitant l’OMS à répondre à ces accusations lors d’une audition publique qui s’est tenue le 26/01/2010. Critiqué sur le manque de transparence le n°2 de l’OMS, Mr Keiji Fukuda, s’est défendu lors de cette audition sans convaincre, arguant que certaines données n’étaient pas publiables conformément à la loi.            

 

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 18:00

Perle-Baralgin.jpg


          Là avouons le, c’est compliqué, à 1ère vue j’ai cru lire le mot « mandarin » comme on n’a pas encore commencé à vendre l’alphabet chinois, j’ai du me rabattre sur BARALGIN. pour ce faire il fallait se baser non pas sur la retranscription arabe (en bas de ce billet) car elle ressemble elle-même à du mandarin en lettres sémitiques, mais sur la rime et l’harmonie. Eh oui en pharmacomarocologie il faut être aussi un peu poète, un peu musicien mais, là, la seule partition que PHARHAMSTER peu vous offrir au sujet du BARALGIN c’est cet article : NOVALGINE / BARALGIN REINTRODUCTION SUR LE MARCHE MAROCAIN A défaut des belles harmonies d’un Jean-Sébastien Bach, qu’on adore, on peut toujours se consoler avec ce modeste article. 

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 12:01

HAÏTI LE DILEMME  

 

 Haiti-le-dilemme.jpg


Source : « Saïd », journal marocain AUFAIT n°662 du 18/01/10 page 2   

        Remarquable de bon sens cette caricature par « Saïd » parue aujourd’hui même dans la journal gratuit marocain (là on peut en être fière) au sujet de la catastrophe du séisme de Haïti.
Elle pose une question cruciale à notre avis : face à une telle catastrophe faut-il privilégier la mise en œuvre d’abord de la logistique, qui n’intéresse généralement pas les caméras, ou l’aide physique proprement dite qu’on aime exhiber avec son corollaire d’images violentes
        Mieux encore qui dit logistique, dit non seulement les infrastructures de base mais aussi la sécurité et  l’ordre (...). A titre personnel, j’ai été choqué il y a quelques années par l’envoi de militaires dans les zones de catastrophes, non pas pour aider, mais faire respecter la loi. Après réflexion on se rend compte que l’anarchie, l’insécurité, le manque d’éducation, la panique et les mouvements de foules peuvent causer souvent plus de morts que la cause originelle des catastrophes.
 
Il y a une profonde dualité entre une aide humanitaire rationnelle et efficiente qui prend en compte les réalités sociales mais qui est peu médiatique car elle s’inscrit dans la durée ; et une aide humaniste à caractère philanthropique qui s’inscrit dans l’immédiat et qui donne aux médias la matière 1ère des histoires à raconter dans les journaux télévisés.

Cela me fait penser à une phrase terrible, mais oh combien rationnelle, attribuée si mes informations sont justes au prophète Mohammed : « al fitnato achdo mina al katle » qu’on pourrait globalement traduire par « la panique et l’anarchie sont pires que la mort » c’est un sujet de dissertation d’une modernité incroyable à une époque de profusion, à tous les niveaux, et de la violence et des discoures moralisateursà connotation souvent religieuse.  


       
.
Repost 0
Published by Amster - dans ESCAPADE
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 13:24

Taux d’analphabétisme au Maroc


Source : Rapport 2009 de la direction de l’alphabétisation du ministère de l’éducation nationale, in le journal LE SOIR du 13/01/10, page 8
  

Le taux d’analphabétisme

au Maroc en 2009 est

32% 

En 2006 il était de 38%

36% des analphabètes sont des personnes actives

59% travaillent dans l’agriculture

33% travaillent dans la pêche

22% dans la fonction publique

 

L’avis du pharmacien :
- Cela reste un taux honteux pour notre pays
- Au niveau de la santé, l’analphabétisme constitue un handicape majeur pour l’éducation de la population et la transmission d’informations. Or c’est justement ces deux actions qui constituent l’ossature de toute pratique médicale sérieuse honnête et efficiente

Lire aussi sur ce même blog : ANALPHABETISME, DÉMOCRATIE & RELIGION  

Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 12:00

Analphabétisme, démocratie & religion
R é f l e x i o n 
clavier.jpg
 
    


Suite à la publication du taux d'analphabétisme au Maroc Chiffres & repères : Taux d’analphabétisme au Maroc



       La notion d’analphabétisme devrait être reconsidérée à notre sens, au vu des évolutions sociales et des impératifs technologiques. De notre point de vu? on peut recenser  globalement 4 niveaux :

 

      - L’analphabétisme de 1er niveau : l’incapacité de savoir lire et écrire.

      C’est le niveau basal qui constitue un handicap majeur non seulement pour la personne mais aussi pour l’ensemble de la société. C’est, en effet, un des éléments qui vont biaiser la démocratie.
Avec une population analphabète deux situations se posent, soit on mettra en place un système démocratique véritable et on se retrouvera avec des élus eux-mêmes analphabètes, soit on met en place un système « semi démocratique » et se retrouvera avec une élite dirigeante déconnectée de la réalité qui n’aura comme objectif que de pérenniser ses privilèges, alors que le train du progrès passe ailleurs. Se pose alors le dilemme faut-il privilégier l’application de la démocratie, décision moralement louable, mais au détriment du progrès ou bien rechercher d’abords les bases du progrès, bases qui sont à même de favoriser une démocratie.                          

     - L’analphabétisme de 2ème niveau : Ne pratiquer qu’une seule langue :

     Cela représente la difficulté de s’intégrer dans un monde globalisé ou les développements technologiques sont dominés par la langue de Shakespeare. Hassan II ne disait-il pas déjà « au 21ème siècle ceux qui ne maîtriserons qu’une seule langue serons des analphabètes » (là on a du chemin à faire). Et c’est d’autant plus important au Maroc où, non seulement la recherche technique (aussi maigre soit-elle) est indexée sur la France mais aussi toute l’économie qui est déjà transnationale et qui le sera de plus en plus dans le future. Le monolinguisme devient un frein catastrophique aux aspirations légitimes du citoyen.             

    - L’analphabétisme de 3ème niveau : Ne pas accéder, ou ne pas savoir, utiliser l’outil informatique :

    L’outil informatique n’est autre que la plus grande révolution de la représentation de l’alphabet depuis la création du livre et par la suite de l’imprimerie. Ce qui en fait l’outil de base pour accéder à l’information. Ce niveau 3 correspond à un analphabétisme strictement technologique         

    - L’analphabétisme de 4ème niveau : l'analphabétisme fonctionnel* ou l’incapacité de rechercher et d’analyser une information correctement :  

    Accéder à l’outil informatique oui, encore faut-il apprendre à rechercher de manière rapide et rationnelle l’information fiable et percutante. Il s’agit d’un analphabétisme fonctionnel* qui touche des pays démocratiques, économiquement très développés, avec de très bons indices, mais dont la population submergée d’informations a du mal à développer des analyses rationnelles optant parfois (pour ne pas dire souvent) pour des jugements populistes faciles sous l’influence de medias clairement subjectifs. Cet état de fait a pour conséquence l’émergence ici et là de leaders charismatiques sur mais qui sont aux antipodes du progrès social (il y a au moins 2 reconnaissables, l’un a été remplacé par un président noir, l’autre est encore en exercice, a subit il y a quelques semaines une agression physique).

La fragilité des capacités d’analyses du citoyen de base le rend à la merci des médias qui vont diligenter l’opinion publique ce qui va biaiser la démocratie. La fameuse « volonté populaire » est elle-même gérée par des groupes de pression via des techniques de marketing social de plus en plus affinées à l’encontre le plus souvent de l’intérêt de la majorité.         

               

Analphabétisme et religion

        En Islam le prophète est décrit comme analphabète jusqu'à l’avènement du premier versé (Iqraa). A ce sujet deux positions se contredisent, l’une décrivant l’analphabétisme du prophète comme une imposture historique, l’autre décrivant son analphabétisme et sa soudaine alphabétisation comme un miracle ce qui va intrinsèquement suggérer que l’analphabétisme dans les sociétés musulmanes est ressenti comme une donnée sans gravité.

Or il y a une autre manière de voir ce fait, l’analphabétisme du prophète et sa soudaine alphabétisation avec l’avènement du coran pourrait être penser comme une métaphore qui vise à montrer au citoyen que l’analphabétisme du prophète est intimement lié à la période antéislamique et que son alphabétisation marque avec force le début de l’ère islamique. De facto l’alphabétisation du citoyen aurait due devenir une « obligation » pour tout musulman.
Notons aussi que chez les chrétiens il y a la fameuse phrase « au début il y a le verbe » qui implique presque le même objectif sauf qu’en islam "Iqraa" est un ordre, c’est une injonction au prophète qui par extension vise tout musulman.                   

Bien entendu on est très loin de ce genre de lectures qui visent à faire de la religion un outil d’appoint pour le progrès au lieu d’être un outil au service des prérogatives des religieux et des intérêts des certains gouvernants. Le problème n’est pas dans les textes religieux, qui comme touts les grands textes de l’humanité se prêtent à des lectures plurielles, mais dans les objectifs qu’on leurs assène.    

* source :   ANALPHABETISME FONCTIONNEL   

  Autres textes sur la même thématique :

               -  LECTURE DE JOURNAUX AU MAROC   

               -  AÏD ALADHA ou FËTE DU MOUTON        

 

Repost 0
Published by Amster - dans REFLEXIONS
commenter cet article

Recherche