Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 22:52

 

 

Traduction : ANTINOREX DCI Cyproheptadine un antihistaminique sédatif qui dans la pharmacomarocologie est utilisé d’abords comme orexigène  
Notez la jolie retranscription du « X » en « KS 

Les perles du comptoir à voir …

Repost 0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 19:26

 

arrêt de commercialisation des spécialités
BARALGIN & NOVALGINE

 

               Attention lire à propos de ce sujet la mise à jour du 07/08/2009

                   "Remise sur le marché marocain des spécialités NOVALGINE & BARALGIN"

Le site Pharmacie.ma à annoncé l’arrêt de commercialisation des spécialités à base de NORAMIDOPYRINE à savoir toutes formes comprises : BARALGIN & NOVALGINE

 

L’avis du pharmacien :

Ce n’est pas trop tôt, cette décision devait être prise il y a une dizaine d’années, mais face à la démission des officinaux de tout débat scientifique, se contentant seulement des mièvreries mondaines, cela a traîné des années durant, exposant des centaines de milliers de nos concitoyens à des agranulocytoses mortelles qui passent le plus souvent en silence.


Certes on n’aime pas sur pharamster tirer sur les épaves néanmoins en juin 2005, déjà, on avait rédigé un petit texte sur les pyrazolés vendus au Maroc. Un texte qualifié de dérangeant transgressif et donc impubliable. Désolé pour les âmes politiquement correctes, voici ce texte qui met en évidence la démission intellectuelle des officinaux de toute démarche scientifique et ce depuis des années et des années. Laissant à d’autre le droit de réfléchir et de décider sans qu’ils aient le moindre avis se contentant d’être de simple livreurs (ou délivreurs) de médicaments.           

 
Auparavant, on peut se poser la question à qui la faute si les pyrazolés ont continué à exister sur nos rayons en 2009 ?  
Paradoxalement cette situation n’est pas due uniquement aux industriels car ces derniers travaillent en toute légalité avec des textes bien établis, par contre ils ne trouvent en face d’eux aucune forme de contrepoids ni force de proposition scientifique à même de mieux recadrer leur activité dans l’intérêt du patient.
Redéfinir les stratégies industrielles sur la base des besoins réels du patient, garantit à long terme une meilleure qualité des produits, des argumentaires pharmacologiques solides et enfin des prix compétitifs. Tout cela consolidera la position de notre industrie au niveau national et international  

Etre une force de proposition c’est un des rôles majeurs du pharmacien d’officine, dans l’intérêt de nos patients mais aussi dans l’intérêt, à long terme, de notre industrie donc de la filaire du médicament toute entière       

      


 

Les pyrazolés  vendus au Maroc

                                                                            Juin 2005


Les pyrazolés sont vendus au Maroc sous la dénomination de 3 spécialités : BARALGIN, NOVALGINE & BUTAZILIDINE  

 

           - BUTAZOLIDINE  DCI  phenylbutazone un des derniers anti-inflammatoires rescapés de la famille des pyrazolés.  

            - La composition du BARALGIN et du NOVALGINE est strictement la même. Il s’agit du métamizol sodique (DCI) qui n’est autre que la noramidopyrine méthane sulfonate sodique. Il s’agit d’un analgésique antipyrétique dérivé des pyrazolones. Ces deux spécialités sont produites par le même laboratoire   

            - Le dénominateur commun, le plus remarquable, de ces trois produits n’est autre que leurs effets hématologiques représentés essentiellement par une agranulocytose complète mortelle dans 10 % des cas. Effets qui sont évoqués en cas d’apparition de fièvre et/ou d’angine et/ou d’ulcérations buccales et/ou de purpura et qui imposent l’arrêt immédiat du traitement et l’orientation du patient en urgence vers une structure hospitalière

En fait le BARALGIN et le NOVALGINE ne différent que par les mentions portées sur leur packaging :
En effet si sur la boite du NOVALGINE on a mis la mention analgésique antipyrétique, sur celle du BARALGIN on retrouvera la mention antispasmodique analgésique

 

Il est fort utile de nuancer l’effet "antispasmodique" de la noramidopyrine effet qui est loin d’être clairement établi. Heureusement que le fabriquant se rattrape sur le prospectus où il n’est plus question d’effet antispasmodique mais d’effet sur « la douleur spasmodique » ce qui revient à un effet antalgique, l’effet antispasmodique n’étant absolument pas établi. Moralité le packaging (ou l’habit) ne fait pas le moine. 

 

Pour comprendre pourquoi la mention « antispasmodique » a été portée sur le BARALGIN M il faut revenir au Vidal édition de 1994. En effet la composition du BARALGIN M qui en France s’appelait «BARALGINE A LA NORAMIDOPYRINE » est la suivante par comprimé :

             ► Métamisol sodique (DCI)

                 ou noramidopyrine méthane sulfonate (DCF)       ………………… 500    mg

             ► Pitofénone chlorhydrate (DCI)                           …………………     5    mg

             ► Fenpiverinium Bromure (DCI)                            …………………     0,1 mg

Les véritables antispasmodiques de cette formule sont en effet : le pitofénone antispasmodique papavérinique et le fenpiverinium antispasmodique atropinique ces deux composants ont été supprimé du BARALGIN M tout en conservant sur le packaging la mention antispasmodique. Rien de grave, c’est juste un « petit oubli »

La mention « à la noramidopyrine » qui est obligatoire, en France, sur tout emballage de médicament contenant cette molécule n’a pas lieu d’être dans notre pays

   

 

 

 

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 15:25

                                                          UN COXIB EN QUESTION


Le site
Pharmacie.ma a récemment mis en ligne une analyse officinale critique française d’une ordonnance, analyse intitulée :  

Rôle potentiel du pharmacien, de conseil et d’information, sur la prescription d’un coxib en continu chez une patiente de 73 ans

 

  -  Il s’agit d’un cas extrême, mais c’est un bon début. En effet les officinaux commencent enfin et après tant d’années de mutisme absurde à s’exprimer timidement sur les ordonnances qu’ils délivrent.


 
 -
 Dommage, cette analyse est présentée de manière trop compliquée, comme si l’auteur avait peur d’oublier le moindre petit un détail, comme s’il fallait réciter le VIDAL pour montrer sa compétence. En fait trop d’informations nuit à l’information.    
Il me semble qu’il y a un complexe typique de l’officinal caractérisé par un manque de confiance effarant dans ses propres capacités d’analyse et de jugement. 

   - L’auteur se limite strictement aux subtilités de l’ordonnance sans s’attaquer à la critique du médicament lui-même. Dommage car l’officinal, même en France, reste timoré et a du mal à donner clairement son avis sur des produits avec lesquels il est en contact quotidiennement. On se contorsionne pour dire sans vraiment le dire que les COXIB apportent plus d’effets secondaires que de bénéfice aux patients               

   Le cas des COXIB est fort intéressant car à la base l’inhibition spécifique de la cyclo-oxygénase 2 est une idée brillantissime, elle permet théoriquement d’attaquer l’inflammation sans effets gastriques, théoriquement seulement, car au fur et à mesure des études les COXIB ont montré leur limites : avec des effets gastriques loin d’être négligeables, des effets cardio-vasculaires importants et un prix excessif.
    


Être un entrepreneur, c’est d’abord investir, prendre des risques et donc par conséquent admettre la possibilité de perdre de l’argent. L’idée des COXIB est techniquement géniale, elle a engloutie de grandes sommes d’argent en recherche et développement, sauf que le résultat final post commercialisation n’a pas été à la hauteur  des espoirs en terme d’effets bénéfique pour les patients. L’acharnement à poursuivre la commercialisation des COXIB répond, à mon avis, au besoin de récupérer un maximum des sommes investies, c’est ne pas admettre pour un entrepreneur la possibilité de perdre de l’argent, quitte à mettre en péril la vie des centaines de milliers de patients.

Si à ne pas douter le model libéral permet l’émulation des Hommes, il n’en demeure pas moins qu’il nécessite la mise en place de contrepoids efficients à travers la société civile qu’elle soit à caractère associatif pure ou à caractère professionnelle. Et ce afin d’éviter les dérives qu’on vit actuellement, dérivent menant inéluctablement à l’autodafé du model libéral lui même et à l’émergence des totalitarismes à caractère populistes ou religieux.

Les COXIB ne sont en fait qu’un exemple très édulcoré, subtile et silencieux de ces dérives.  
On a publié un cas similaire sur ce blog au sujet de l’ARCOXIA un autre coxib          

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 23:02

Petite escapade ministérielle


« Je suis guérie, et je suis prête à jouer au foot avec vous »

Souce : Touria Jabrane Krytef Ministre de la culture dans Al Ahdate Al Maghribia du 21/04/09


Vous connaissez l’adage qui dit : La culture c’est comme la confiture* … dans ce cas précis il vaut mieux ne pas s’y étaler.


* La culture c’est comme la confiture moins on en a et plus on l’étale  

Repost 0
Published by Amster - dans ESCAPADE
commenter cet article
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 22:58

Industrie pharmaceutique :
4 conventions signéeS
& UN LABORATOIRE NATIONAL CERTIFIE BPF 



Quatre conventions signées : 

Les 2e Assises nationales de l’industrie pharmaceutique du 29 mai prochain verront la signature de quatre conventions.

-  La première, signée avec l’OFPPT, portera sur la création d’un cycle professionnel diplômant.

-  La deuxième, avec la faculté de pharmacie, mettra en place un diplôme spécialisé dans l’industrie de la pharmacie.

-  La troisième convention sera conclue avec l’Anapec

-  La quatirème avec le ministère de la Santé.

Source : le journal l’Économiste du 21/04/09 n° 3008


De toutes ces conventions celle qui apparaît intéressante à notre avis c’est celle qui sera conclue avec la faculté de pharmacie 
Sujet similaire

Laprophan certifié BPF ou GMP

Le laboratoire marocain Laprophan vien­t de décrocher le prestigieux cer­tificat européen de «Bonnes Pratiques de Fabrication» (BPF), une distinction lui permettant de commercialiser ses produits en Europe. Cette homologa­tion, accordée par l'Agence Française de Sécurité Sanitaire pour les Produits de Santé (AFSSAPS), constitue une re­connaissance internationale pour la qualité de fabrication. Ce certificat a été délivré par l'Agence française après un long et complexe processus de contrôle de qualité.

Il s’agit d’une bonne nouvelle non seulement pour les exportations marocaines, mais une reconnaissance intrinsèque de la qualité des génériques marocains.

Il faut dire aussi,  que souvent l’industriel marocain est obligé d’aller chercher une reconnaissance en France et en Europe pour consolider son statut au niveau national.   

Source : la revue DOCTINEWS n°9 page 13 mars 2009


PS : Avec cette nouvelle, si on était en France on aurai dit cocorico, mais comme on est au Maroc alors ça sera couscousrico

 

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 15:12

La catastrophe des sacs en plastique au Maroc
Un regard officinal sur un problème environnemental




Le secrétariat d’état chargé de l’eau et de l’environnement lance une compagne nationale de collecte et d’élimination des sacs en plastique avec comme slogan « Mobilisons-nous tous pour l’élimination des sachets en plastique et pour leur utilisation de façon rationnelle »  
Source : Le soir Echo n°299 page 9 du 20/04/09

 

Cette compagne sonne une compilation de vœux pieux sans impact réels sur l’environnement, alors que le sujet des sacs plastique est une réelle plaie sur le biotope au Maroc, pour ne pas dire une honte dans nos paysages, qui touche aussi bien le milieu terrestre que le milieu marin. Ce sujet ne peut être traité par des slogans et des compagnes de communications, l’approche doit être en fait multisectorielle impliquant

-     Des alternatives industrielles,

-     Des réponses réglementaires courageuses

-     Et enfin une responsabilisation individuelle   

 

Les 8500 officines constituent, entre autre, un des points noirs de diffusion de ces poisons retrouvé aussi bien dans l’antre des bovins et des ovins que dans celui des poissons.

J’ai eu à titre personnel la mauvaise surprise en en faisant une plongée en méditerranée, c’est un véritable spectacle de désolation dans un site dit touristique. Il faut savoir que les gens se baignent pour certains et pêchent leur poissons pour d’autres dans de véritables décharges sous-marines c’est tout simplement lamentable !       

A défaut de programme gouvernemental sérieux et à défaut d’attitude collective au niveau de notre corporation, PHARHAMSTER  prie tout officinal à titre individuel de limiter l’utilisation de ces sachets
     -    En supprimant catégoriquement les sachets dits minis qui permettent d’emballer bêtement une ou deux boites d’aspirine.

     -     D’informer et mieux encore, si l’officinal a de l’aura, d’éduquer la population par rapport à une utilisation absurde et extrêmement néfaste de ces emballages.En expliquant par exemple, comme on fait souvent ici, qu’un sachet gratuit en plastique peut vous faire perdre une boeuf  de 30 000,00 DH, cela parle mieux qu’un long discoure. A chacun de trouver des arguments en fonction de la structure socioculturelle où baigne son officine.   

     -     A noter aussi que sachets noir ou sachet blanc ou même celui dit de qualité alimentaire, c’est la même catastrophe pour notre environnement et donc pour notre santé.   


Post-scriptum du 02/05/09
:
  

Je viens ce jour même le 02/05/2009, en parlant avec un pêcheur du coin qui me confirma les dommages catastrophiques causés par les sacs plastiques sur la faune marine de la région.    
 
Post-scriptum du 14/09/09

Un arrêté vient d’enter en vigueur ce 4 septembre rendant obligatoire la norme NM 11.4050 interdisant les sacs plastiques noirs au Maroc. Un début très timide, et qui n’aura pas d’impact réel si on ne s’attaque pas au circuit informel. Il s'agit d'une initiative de l’association marocaine de la plasturgie

Ailleurs :
En France : depuis 2003 en Corse interdiction complète des sacs plastiques non biodégradables, et à partir de 2010 interdiction sur tout le territoire Français 
Au Taiwan : Interdiction complète depuis 2003
En Algérie : Depuis 2005 interdiction des sacs plastiques noirs, cette timide interdiction est biaisée par le circuit informel   

Autres infos : Source « L’ECONOMISTE » du 15/09/2009
- Le secteur de la plasturgie compte plus de 270 unités de production, dont plus de 50% produisent des sacs en plastique
- C’est une profession qui est cannibalisée par l’informel
- Les sachets noirs contiennent un noyau benzénique qui leur confère des propriétés cancérigènes
- Un kilo coûte de 20 à 25 DH et est vendu à 4 centimes l’unité chez les grossistes.
- En 2003, un Marocain utilisait annuellement 5 kg de plastique. En 2007 ce chiffre a dépassé les  9 kg Oh la belle performance!
- Les cimentiers ont signé en juillet 2008 un arrangement avec le secrétariat à l’Environnement. Une «campagne de collecte et d’élimination des sachets a été lancée le 17 avril 2009 dans la préfecture de Skhirat-Témara», selon le SEE. L’opération a débouché sur soixante tonnes de sacs destinées aux fours des cimentiers.
- Le Rwanda a été le premier pays africain à bannir les sachets en plastique. Le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda lui ont emboîté le pas.

 

  

Repost 0
Published by Amster - dans REFLEXIONS
commenter cet article
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 22:32

ALFACEFAL & clorotir
deux autres copies De cefaclor
 

 après le CLORACEF & l'alfatil 

 

Suite à la récente mise sur le marché marocain de 2 nouvelles copies (oui deux à la fois) d’ALFATIL (DCI cefaclor), un tableau comparatif entre les 4 spécialités est nécessaire pour faire la part des choses.    

 

PRESENTATIONS

ALFATIL

CLOROTIR

ALFACEFAL

CLORACEF

125 MG FLACON

60 ML

65,50 DH

53,00 DH

        -19,0 %

45,00 DH

             -31,3 %

47,90 DH

            -26.9 %*

250 MG FLACON

60 ML

107,60 DH

80,00 DH

                -25,7 %

76,00 DH

                -29.4 %

76,50 DH

            -28.9 %

500 MG BOITE

12 CP ou 12 Gélules

 

 

145,00 DH

               -13.4 %

130,00 DH

-22.4 %**

500 MG BOITE

12 CP Dispersibles

167,50 DH

 

 

135,00 DH

               -19.4 %

500 MG BOITE

10 Gélules

 

137,00 DH

              -2,1 %***

 

 

LABORATOIRE

SOTHEMA

S/Licence

LILLY

NOVARTIS

PHARMA 5

SOTHEMA

 


*  Les variations de prix en PPM susmentionnées sont calculées par rapport au prix de la molécule mère (ALFATIL) sauf erreur ou omission.     

** Il s’agit d’une variation par rapport à la forme 500 mg boite de 12 cp dispesibles de l’ALFATIL puisque la forme cp simple de cette spécialité n’est pas disponible au Maroc à notre connaissance 

*** Cette variation est calculée sur la base du prix de la dose unitaire entre ALFATIL 500 et CLOROTIR 500

 


Analyse comparative :

   

   - Toutes présentations confondues l’ALFATIL  reste produit le plus cher du marché marocain.  

   - Le CLOROTIR c’est le nom avec lequel NOVARTIS commercialise le cefaclor en au Canada et au USA. On peut estimer, au vu  du prix de sa mise sur marché, que sa commercialisation au Maroc obéit plus à des considérations de politique commerciale à l’échelle internationale de NOVARTIS qu’a répondre réellement aux besoins spécifiques du marché domestique marocain.       

    - Ce tableau montre que SOTHEMA, en s’affranchissant des royalties de la licence LILLY, a pu réduire de manière très significative le prix du cefaclor avec sa spécialité CLORACEF et c’est tant mieux pour nos patients.

ALFATIL et CLORACEF sont en fait des spécialités « utérines » puisqu’elles sont issues de la même usine voir de la même chaîne de fabrication. [Autre exemple classique de spécialités utérines avec le DIMAZOL et le NEOMERCAZOL]

     - Sur les présentations pédiatriques, l’ALFACEFAL n’apporte pas de bénéfice significatif par rapport au CLORACEF ; soit 2,90 DH et 0,50 DH respectivement pour la forme 125 et 250 en sirop.

Sur la présentation pour adulte, et c’est une curiosité pour une spécialité nouvellement mise sur le marché, l’ALFACEFAL est plus onéreux (+ de 11.5 %) que le CLORACEF. Sauf changement ultérieur

 

Conclusion

   - Dans la présentation adulte il est clair qu’il vaut mieux rester sur le CLORCEF

   - Sur les présentations pédiatriques, le choix entre le COLRACEF et l’ALFACEFAL n’est pas déterminant pour l’intérêt du patient.

   - Le CLOROTIR et l’ALFACEFAL représenteront, pour le pharmacien d’officine, une immobilisation à supporter et un surstock en plus à gérer avec un intérêt très limité, voir nul, pour le patient sauf changements ultérieurs éventuels. 

   - Pour finir on retiendra par ordre décroissant en terme de prix les spécialités suivantes

ALFATIL >>> CLOROTIR >>> ALFACEFAL >>> CLORACEF

   - Il est entendu que la décision finale de prescrire telle ou telle spécialité est laissée à la stricte appréciation du médecin traitant.              

  
Rappel des principales propriétés pharmacologiques du cefaclor :

Le cefaclor est un antibiotique classe des betalactamines c’est une céphalosporine de 1ère génération

Spectre antibactérien des espèces habituellement sensibles déterminé par la commission d'AMM :
         Streptocoques, Streptococcus pneumoniae peni-S, Branhamella catarrhalis, Neisseria gonorrhoeae, pasteurella, Corynebacterium diphteriae, Propionebacterium acnes, Hemophilus influenzae bêtalactamase négatif.
Mécanismes d'action

          Inhibiteur de la synthèse des mucopeptides de la paroi bactérienne par blocage de la carboxypeptidase.
Indications Thérapeutiques

          - Angine  
          - Infections urinaires basses.
          - Broncho-pneumopathies 
Contre-indications

          - Allergie à la pénicilline et aux cephalosporines  

 Source BIAM  

   
Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 20:13

Petit changement dans
le detensiel 10 mg CP (bisoprolol)

 

Un petit changement a été opéré dans le détensiel en terme de prix et de nombre de comprimés par boite, voici donc les détails   

 

 

Présentation

PPM

Prix par cp

Détensiel

Ancienne présentations

Boite 28 cp

69,70 DH

2,489 DH

Détensiel

Nouvelle présentations

Boite 30 cp

72,00 DH

2,400 DH

 

Ce petit changement implique une petite diminution du prix par comprimé


Des avis partagés sur l’intérêt du bisoprolol

  

« Le bisoprolol est moins bien évalué que d’autres bêtabloquants dans l’hypertension artérielle et l’angor chronique stable. »

Source : Rev. Prescrire Tome 24, N°256, Page 830-832, Déc. 2004

 

« Parmi les bêtabloquants, seul l’atenolol (tenormine …) metoprolol (lopressor)  l’oxiprenolol (trasicor) le pindolol (Visken) et le propranolol (avlocardyl) ont une efficacité clinique préventive prouvée chez les hypertendus, avec réduction des accidents vasculaires cérébraux dans plusieurs essais, sans réduction de la mortalité. Pour les autres bêtabloquants tels que le céliprolol et le bisoprolol, une efficacité similaire est vraisemblable, par extrapolation mais nullement certaine »

                             Source : Rev. Prescrire Tome 22, N°225, Page 156, Fév. 2002

Suivi Post-rédactionnel
du 14/05/2009

        On vient de s’apercevoir qu’il y a une autre copie de Bisoprolol, il s’agit du CARDENSIEL dosé à 2,5 mg et à 5 mg. Le DETENSIEL est dosé lui à 10 mg

        Ce qui est étonnant c’est que le CARDENSIEL étant sous dosé on s’attend à ce son prix soit inférieur au DETENSIEL, alors que c’est tout le contraire. A dosage constant, le CARDENSIEL 6 fois plus cher que le DETENSIEL !!!

        On pouvait « comprendre » cette différence de prix par le fait que ça soit 2 laboratoires différents qui fabriquent ces deux spécialités. Ce n’est absolument  pas le cas, CARDENSIEL et DETENSIEL sont fabriqués par le même fabriquant allemand dans la même usine de Darmstadt, et plus étonnant encore ils sont distribués au Maroc par le même distributeur.

        Alors, à quoi est due cette différence de prix ? En toute bonne foi je n’ai aucune réponse                      

  

 

Présentation

PPM

Prix par cp

Détensiel 10 MG

Ancienne présentations

Boite 28 cp

69,70 DH

2,489 DH

Détensiel 10 mg

Nouvelle présentations

Boite 30 cp

72,00 DH

2,400 DH

CARDENSIEL 5,0  MG

Boite 30 cp

250.00 DH

8.333 DH

CARDENSIEL 2,5 MG

Boite 30 cp

250.00 DH

8,333 DH

  

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 16:11

Cas d’officine : Prométhazine et mort subite de l’enfant

Phénergan une utilisation à TRES haut risque

 

Il y a quelques jours, j’ai reçu une jeune maman avec une ordonnance émanant d’un dispensaire avec les produits classiques suivants :


Phénergan sirop
            1 càc par jour

Utra-Levure sachet        1 sachet par jour

          
En lisant la posologie de l’Ultra-Levure j’ai eu le réflexe de demander l’age du patient, la maman me répondis que c’était pour son fils Ali de 10 mois. Je m’apprêtais à faire mon travail d’officinal, qui de plus avais modestement publié un article intitulé « Prométhazine et mort subite de l’enfant » …, en expliquant qu’on ne doit pas donner le Phénergan pour des nourrissons de moins de 2 ans. Et pour étayer mes dires j’allais montrer ce qui est écrit sur la boite même du produit et là je suis resté incrédule ne sachant plus quoi dire …

En effet sur la boite du Phénergan on peu lire clairement le texte suivant :
                          « POSOLOGIE : 
                            A / ENFANTS : 
                            avant de 2 ans : ½ cuillèrée à café / jour
…. »


Comment on peut accepter qu’on écrive des posologies qui peuvent mettre en péril la vie de Ali de milliers d'enfants dans l’indifférence affligeante des pharmaciens ?
 

Doit-on rejeter la responsabilité sur le médecin prescripteur ? Absolument pas, c’est fondamentalement le rôle du pharmacien d’officine qui est la dernière barrière avant l’utilisation d’un médicament et qui doit avoir le courage intellectuel de présenter publiquement et à titre collectif (via ses instances représentatives oh combien absentes!) des analyses rigoureuses et impartiales des produits qu’il délivre mettant par là le patient au cœur de son métier.

Ce n’est pas au médecin d’aller chercher les similitudes chimiques frappantes entre la prométhazine et les psychotropes, désolé, mais c’est le rôle du pharmacien de mettre en exergue une lecture critique transversale des médicaments.    

Malheureusement, ce dernier cantonne dans un rôle de commercial mercantile sans avis scientifique ni courage intellectuel ni éthique. Dommage et mille fois dommage pour la déperdition d’un métier fabuleux à tous les niveaux scientifique, relationnel et humain.   

 

Article à lire : 
          Prométhazine et mort subite de l’enfant http://pharamster.over-blog.com/article-30369948.html

          Le rôle du pharmacien : http://pharamster.over-blog.com/pages/LE_ROLE_DU_PHARMACIEN-1059084.html

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 15:12

Une voiture contre la fièvre ? Pourquoi pas encore faut-il être concessionnaire de la marque.

 


Traduction : RHINOFEBRAL

C’est quoi les perles du comptoir ? : http://pharamster.over-blog.com/article-27572742.html

Les médicaments du rhume (c'est plus serieux) :  http://pharamster.over-blog.com/article-27396139.html

Repost 0

Recherche