Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 21:13

 Association amoxicilline ac. Clavulanique 
la confusion des formes 1/4 et 1/8



Ce sujet a été déjà traité dans un article du 05/02/2009   http://pharamster.over-blog.com/article-27596698.html


       Voici un exemple récent d’une ordonnance reçue aujourd’hui, émanant d’un CHU, pour le petit Oussama 4 ans, qui démontre la confusion dans l’esprit des prescripteurs entre le rapport 1/4 et 1/8 de l’association amoxicilline ac. Clavulanique 



          - AUGMENTIN 250 mg            Dose poids x 3 / jour pendant 8 jours

          - PRIMALAN SIROP               1 càm x 2 / jour pendant 5 jours

          - DOLIPRANE 200 SUPPO     1 suppo / 8 h

 

          Le problème se pose au niveau de l’AUGMENTIN : l’appellation 250 mg sirop correspond à l’association amoxicilline ac. Clavulanique  avec un rapport ¼ (qui n’existe plus pour l’AUGMENTIN depuis 2001) alors que la posologie prescrite est fonction du poids c’est plutôt celle du rapport 1/8 (dit pipette !). Voir détail dans l'article précité 

 

A qui la faute ?

     - Au médecin prescripteur qui, face à la pléthore de présentations, ne peut pas avoir en tête toutes les formes ?

     - Ou à la défaillance intellectuelle et scientifiques des pharmaciens d’officine, à titre individuel et collectif, qui ont toute la latitude pour faire des analyses comparatives horizontales entre différentes présentations.

C’est là un des rôles des plus important de l’officinal qui malheureusement délègue, par pure paresse, son indépendance et son intégrité scientifique à tout types d’intervenants, sauf à sa conscience professionnelle.   

L’avis du pharmacien d’officine est capital pour cadrer la prescription et l’utilisation des médicaments dans l’intérêt du patient certes, mais aussi dans l’intérêt de l’industriel, même si ce n’est pas évident de premier abord, en poussant ce dernier à assurer et la qualité et la pertinence pharmacologique et galénique des produits qu’il commercialise. Ce qui aura pour effet un nivellement global de l’industrie vers le haut, améliorant par la même occasion sa compétitivité.
Encore faut-il que l’officinal se dote des moyens intellectuels, voir du courage, nécessaires pour donner son avis à titre individuel et surtout à titre collectif via ses instances représentatives.               

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 19:04

Article suspendu pour le moment pour une réevaluation globale

THALAMAG & CELEBREX GM
Nouveaux produits 
 

 


Une remarque générale sur le terme

"NATUREL"


Le terme "naturel" est un terme évasif en pharmacologie, qui n’est en aucun cas synonyme ni d’innocuité ni d’efficacité ou de sécurité.

En effet il n’y a pas plus naturel que la Belladone ou le Datura Stramonium (en arabe CHDAK JMAL) un poison mortel « naturel » ou encore le papaver somniferum qui vous procure une mort par dépression respiratoire « naturelle ». L’arsenic est aussi un produit « naturel ».
Le terme « naturel » n’a pas lieu d’être dans des métiers de la santé qui se respectent, même si cela est difficile à concevoir pour le grand public.

Dans nos métiers
                           - on parle « D’étude randomisée en double aveugle » 
                           - on parle de « statistique fiable et de biométrie »
et quand tout cela est probant on passe à 
                           - la « pharmacovigilance » et à la veille sanitaire.

 
Introduire le terme "naturel" pour décrire un  médicament ou un produit supposé l’être, n’est autre qu’un argument strictement marketing à même d’induire en erreur sur les indications réelles et les effets secondaires, de désinformer le grand public voir, malheureusement, des pharmaciens et des médecins chevronnés qui se laissent convaincre par un halo d’approximations et d’incertitudes.

J’ose espérer que les professionnels de la santé puissent inscrire en lettres grasses dans leur mode de pensée que :
                              Naturel # Innocuité     Naturel # Efficacité

 

 


                     

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 18:44

 


Traduction :

               - Adepal

               - Topsyne

En écrivant Topsyne il faut comprendre Topsyne gel un dermo-corticoïde classe II. D’autre part il faut savoir qu’en matière pharmacomarocologie, topsyne est considérée comme un produit « cosmétique »   

Repost 0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 16:30

ANTI - SPA
Une quatrième copie de mébeverine



             ANTI-SPA c’est la nouvelle copie de mébéverine récemment mise sur le marché marocain par les laboratoires SOTHEMA, et en matière de nom, ce n'est pas trés original, ils ne sont pas aller chercher loin ( comme le NO-SPA, on peu se demander à quand le prochain XX - SPA ? )    
En analysant le tableau comparatif on remarque d’emblée que SOTHEMA s’est simplement délesté du poids des royalties du belge TRENKER offrant par la même occasion la mébéverine la moins chère de marché marocain, tant mieux pour nos patients indigents       

La mébéverine est un antispasmodique musculotrope dérivé du pavot, et comme produits similaires il y a : drotaverine (NO-SPA), papavérine (ACTICARBINE en ass avec le charbon) et aléverine (METEOSPASMYL en ass avec siméticone)         

 

 

Tableau comparatif des spécialités du marché marocain
 à base de mébéverine 200 mg / CP

Sauf erreur ou omission

NOM

MEBEVERINE FORTE 200

DUSPATALIN 200

SPASMOPRIV 200

BEVIRAN F 200

ANTI-SPA 200

LABO

TRENKER

SOTHEMA

SOLVAY

MAPHAR

IREX

SANOFI

 

GELENICA

 

SOTHEMA

PRIX

54.75 DH

54.05 DH

44.90 DH

44.00 DH

40.00 DH

VARIAT°

100 %

-1.27 %

-17.99 %

- 19.63 %

- 26.94 %

 

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 20:49

Place du nefopam injectable Acupan®
dans l’arsenal des thérapeutiques antidouleur

Avis & discussion  

 

Pharmacodynamie :

- Antalgique palier 2 : comme la noramidopyrine, codéine, dextropropoxyphène

- Dérivé de la benzoxacine, avec une puissance d'action antalgique faible par rapport à la morphine (1 amp de 20 mg correspond à 0,5 mg de morphine).

- Mécanisme d’action non élucidé il s’agirait probablement d’une action dépressive centrale

- Pas d’accoutumance pas de dépendance, pas d’épuisement thérapeutique, pas d’effet anti-inflammatoire ni d’effet antipyrétique.

- Faible activité anticholinergique avec une augmentation (certes transitoire) de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle.

- Pas d’activité anti-spasmodique avérée.

 

Structure chimique :

Le nefopam possède a structure chimique non apparentée à celles des analgésiques actuellement connus : pas de relation avec les opiacés ni les salicylés, ni paracetamol.   


Indication :   analgésique réservé à l’adulte

Effets secondaires : ils sont dus aux effets antcholinergiques et favorisés par une injection trop rapide 

Nausées, des vomissements, vertiges, sueurs, sècheresse buccale, somnolence et céphalées. Augmentation de la fréquence cardiaque et +/- la tension artérielle

Rétention urinaire : attention à l’hypertension artérielle, les troubles urétroprostatiques eux sont CI

Excitabilité, irritabilité : les convulsions et les antécédents de troubles convulsifs sont CI

Troubles ophtalmiques : le glaucome par fermeture d’angle est une CI

La grossesse et l’allaitement :
est une contre-indication par prudence  

 

Discussion et avis :

      1 ) « Le néfopam tient peu de place en médecine d'urgence préhospitalière, sans doute en raison d'une efficacité limitée, d'effets indésirables significatifs, et de l'existence d'autres produits plus adaptés.»

Source :  Patrick HERTGEN Université Henri Poincaré, NANCY 1 1995 Thèse N° 95 NAN 1.209 :

http://www.hertgen.com/actu/these42.html    

 
      2 ) « Les arrêts de traitement pour effet indésirable sont fréquents, de l’ordre de 15% ». 
Source : le Bulletin d'information du Département de Pharmacologie du CHU de Bordeaux
 
http://www.centres-pharmacovigilance.net/bordeaux/bulletin43/

 

       3 ) « Le néfopam est un analgésique central non morphinique ; 20 mg de néfopam ont un effet comparable à l'injection de 10 mg de morphine et le délai d'action est de l'ordre de 15 min. Ses effets secondaires peuvent être gênants, car si le néfopam n'est pas à l'origine d'une dépression respiratoire, il provoque fréquemment des nausées, des vomissements et des réactions cutanées. Son utilisation en médecine préhospitalière et en urgence reste à évaluer. »
Source : F. Lenfant : Détresse respiratoire aiguë : analgésie Médecine d'urgence 2002, p. 29-36. © 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS, et Sfar.

 

        4 ) « Il ne provoque pas de dépression respiratoire, mais il est à l'origine de nausées et de vomissements chez 10 à 30 % des patients, ainsi que de sueurs, de vertiges, de rash cutanés et de douleurs à l'injection. L'épilepsie est une contre-indication à son emploi. Il y a très peu d'études concernant l'emploi du néfopam pour l'analgésie postopératoire, mais son profil pharmacologique est favorable à cette indication. »
Source : Attitude pratique pour la prise en charge de la douleur postopératoire  http://www.sfar.org/douleurpratique.html

 

         5 ) « Plusieurs observations de dépendance à l’Acupan* (néfopam) ont été décrites, avec une consommation journalière pouvant varier de 10 à 90 ampoules IM ou IV par jour.
La littérature mentionne des cas d’abus chronique, accoutumance et dépendance à cette molécule.  Mécanismes évoqués :
  
  - Le néfopam possède une analogie structurale avec les anticholinergiques (orphénadrine), les antihistaminiques (diphénydramine) et les antidépresseurs tricycliques.

  - Plusieurs effets pharmacologiques ont été décrits : inhibition de la recapture de la dopamine, de la sérotonine, de la noradrénaline

  - Le néfopam exercerait un effet " amphétamine-like " procurant euphorie et détente

On retrouve, dans un certain nombre de cas, un profil psychologique particulier et une polydépendance à des analgésiques ou psychotropes. »

Source : Centre Régional de Pharmacovigilance et d’Information sur le Médicament Hôpital Pasteur - BP 69 - 06002 Nice Cedex. Rédaction : Drs. B. Baldin, C. Bonnet, R.M. Chichmanian, C. Kouji, A. Spreux N° 124– MARS - AVRIL 2003

 http://www.centres-pharmacovigilance.net/nice/bulletin124/#8  

        
         6 ) « Le néfopam (Acupan*, Biocodex) permet une épargne morphinique significative après une chirurgie prothétique de la hanche, avec un bénéfice d'autant plus net que la douleur pré-opératoire est importante »
:

Source : Samu de France http://www.samu-de-france.com/default_zone/fr/html/page-552.asp

 

         7 ) « Le traitement de la douleur après une césarienne est assez bien codifié. Il dépend en partie du type d'anesthésie effectuée : au cours d'une anesthésie locorégionale, les morphiniques injectés en périmédullaire poursuivent leur action antalgique en postopératoire. Lors d'une rachianesthésie réalisée avec de la morphine (< 0.2mg) associée à de la bupivacaïne (Marcaïne®), la durée de l’analgésie est de près de 24h lorsque y est associée par voie parentérale une bi thérapie telle que propacétamol (Prodafalgan®) - kétoprofène (Profénid®) ou propacétamol - néfopam (Acupan®). »
Source : Vèmes Journées Scientifiques du Réseau Sécurité Naissance dans les Pays de la Loire La Baule, Atlantia Vendredi 9 & Samedi 10 Novembre 2001
http://www.reseau-naissance.com/rsn_journee_scientifique_01.html

 

En conclusion :

       - Les effets secondaires du nefopam paraissent assez importants

       - Du fait de l’originalité de la molécule, de la voie d’administration, et du manque de recul, la place du nefopam dans l’arsenal thérapeutique de la douleur est discutable. La consultation,  par exemple, des archives de la revue prescrire n’a pas donné grand-chose.

       - Son utilisation en médecine de ville est problématique du fait qu’une grande part des algies rencontrées sont dues à des inflammations ou à des spasmes. Le cas du Codenfan® sirop à base de codéine est plus ou moins semblable.

 

Au final le choix du nefopam reste strictement lié aux appréciations du médecin prescripteur qui est vivement invité à consulter un maximum de publications avant de l’intégrer le nefopam dans sa pratique quotidienne.    

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 12:08

Suppression de produits  

Produits retirés de facto du marché marocain

Sans confirmation ou infirmation des laboratoires

                  NOM

    CLASSE

       REMARQUES

VIRLIX CP  

Antiallergique

Normal il y a tellement de génériques dans cette classe …  

YADALAN  OV

Contraceptif

Un spermicide locale, il avait l’inconvénient de dégager une odeur désagréable. Il reste comme alternative à ce produit sur le marché marocain le PHARMATEX ovule    

GENTAMYCINE COLLYRE

&

POMMADE OPHTALMIQUE

Antibiotique

Bonne nouvelle, car l’effet de la gentamycine par voie locale, autant en dermato qu’en ophtalmo  n’a jamais été percutant. Cet aminoside reste parfaitement d’actualité en injectable.  

APAISYL CREME

Antiallergique

Dommage à 9,10 DH c’est un antiprurigineux appréciable, il reste commercialisé en France. C’est certainement temporaire à suivre      

SYSTRAL SIROP  

Antiallergique

Un vieux antiallergique  en fin de vie certainement  

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 17:39

Le premier pas ...

Repost 0
Published by Amster - dans ESCAPADE
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 20:48

Suppression de produits  

 

En absence de toute transparence de la part des laboratoires nous vous livrons ci-dessous une liste de produits qui sont, sauf erreur ou omission, supprimés de facto du marché marocain.   

Cette liste a pour objectif la mise à jour et l’allégement de votre base de données  

Travail réalisé par mes collaborateurs

 

Produits retirés de facto du marché marocain

Sans confirmation ou infirmation des laboratoires

                  NOM

    CLASSE

       REMARQUES

NEOMOX 250 CP  BT 24

Antibiotique

 

NEOMOX 250 CP BT 12

Antibiotique

 

PENAMOX 250 CP BT 12

Antibiotique

 

PNEUMOCCID 500 GELULE

Antibiotique

 

STREPTOCID 500 GELULE

Antibiotique

 

MODOPAR 125 CP

Anti-parkinsoniens

 

DOLMAX FT 500 CP

Paracétamol

 

DOLMAX FT 250 CP

Paracétamol

 

CLARITYNE SP GM & PM

Antiallergique

Effet des génériques

CALRINASE CP

Anti-rhume

Effet des génériques

TELFAST 120 & 180 MG

Antiallergique

 

ACTIFED SP

Anti-rhume

Logique car contre-indiquer chez l’enfant de moins de 12 ans

POLYDEXA NASALE

Topique nasal

Conforme aux recommandations de l’AFSSAPS concernant l’usage des ATB par voie nasale

SURGAM 150 MG SUPP ENF
SURGAM 300 MG SUPP ADU

 AINS

 

 

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 20:50

Procès ACHRAF DIWAN contre GLAXOSMITHKLINE

L’ENGERIX B en question


 Source le quotidien marocain LE SOIR n° 258 du 19/02/09 page une



Le drame du petit Achraf remonte à l'année 2000. Alors âgé de 19 mois, il s'était vu administrer un vaccin contre l'hépatite B dans un dispensaire, acheté à la pharmacie. Au troisième jour après l'injection, l'enfant présentait les premiers symptômes d'une paralysie. Après trois mois dans le coma, il est sorti de l'hôpital avec une paralysie totale. Aujourd'hui à un peu plus de 8 ans, il est grabataire, ses membres se sont atrophiés et il ne peut plus se nourrir qu'avec des alitements liquides. «II ne parle pas, il souffre en silence», affirme son père. La famille a intenté un procès au laboratoire GLAXOSMITHKLINE. En novem­bre 2005 ce dernier a été condamné à lui verser un dédommagement de 3 millions de DH. La défense du labo­ratoire a fait appel. Cette longue pro­cédure judiciaire devrait prendre fin le 3 mars.


L'affaire fait jurisprudence dans les annales de la justice marocaine. C'est en effet la première fois que cette dernière établit un lien de cause à effet entre l'administration d'un vaccin, l'Engérix B dans ce cas, et un cas de paralysie, celle du petit Achraf


Dans son jugement rendu début novembre 2005 dans lequel le tribunal de première instance de Casa­blanca a ordonné le paiement par le laboratoire d'un dédommagement de trois millions de DH à la famille

« Aujourd'hui nous ne demandons qu'une seule chose, c'est que la justice soit rendue à notre fils. Car au fil des années, il grandit et ses besoins également. Sa seule séance quo­tidienne de rééducation coûte 150DH, soit une dépense de 4. 500 DH par mois, sans compter les autres frais. D’autant plus que toute les personnes que nous avons engagées pour s'occuper de notre enfant y renoncent peu après», soutient le père.

 

L’avis du pharmacien :   En 3 points :

1er    point : Respect total et sans réserve pour la douleur de ACHRAF et de sa famille

2ème point : Respect pour la décision de la justice qui espérons portera dignement son nom

      3ème point : Ce drame soulève plus généralement la problématique des risques inhérents à l’utilisation des thérapeutiques entre la responsabilité du corps médical et le fait que la médecine et la pharmacie sont tout sauf des sciences strictement exactes. Ce sont en fait des domaines où la majorité des décisions se prennent sur des bases statistiques et de probabilité et qui dit probabilité dit risque et il faudra des mécanismes (types assurances, caisses …) permettant d’indemniser les victimes avérées de manière rapide et décente tant que les faits en question restent du ressort de la jurisprudence civile et non pénale.     

Sujet à suivre ...                 

Repost 0
Published by Amster - dans MEDECINE & SANTE
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 21:36

CAS D'OFFICINE : ASSOCIATION D'ANTIBIOTIQUES
AMOXICILLINE / AC. CLAVULANIQUE & ERYTHROMYCINE



On a reçu avant hier soir aux environs de 20h30 l’ordonnance suivante :

 

Note déontologique : les coordonnés, ici juste le nom, du médecin traitant et le nom du patient on été expressément masqués. Cette image a été publiée à titre informatif afin de rapprocher le plus possible le lecteur de la réalité de notre exercice professionnel.       

 
   - Augmentin sirop    Amoxicilline & ac. clavulanique 1/8           , Bétalactamine protégée

        - Abboticine sirop    Erythromycine succinate                   , Macrolide 

        - Celestène Goutte   Betaméthasone                                          , Corticoïde

 

 Le contexte :

        - Il s’agit d’une ordonnance émanant d’un CHU

        - Le patient un nourrisson  de 15 mois

        - Le patient vient de sortir d’une hospitalisation de 3 jours pour une pneumopathie     

 

Analyse sur la forme :

Cette ordonnance ressemble malheureusement à un grand nombre d’ordonnances qu’on reçoit des hôpitaux publiques à savoir que c'est une ordonnance :

         - Sans entête

         - Sans les coordonnées (n°de téléphone …) du médecin

         - Sans les coordonnées (n°de téléphone …) du service hospitalier   
Et en prime, pour cette ordonnance en particulier, on remarquera en bas à droite le nom commercial de 2 médicaments. Autrement dit c’est une ordonnance avec « sponsor » SVP.
Ce type d’ordonnances démontre l’état lamentable d’organisation des services hospitaliers ou le médecin (le pauvre) utilise n’importe quel bout de papier qui traîne dans le service pour rédiger son ordonnance, quitte à utiliser des papiers estampiller par des laboratoires pharmaceutiques et on se demande dans ces conditions comment le patient va être suivi ?.
Le pharmacien (l’autre pauvre) se retrouve tout seul face à un papier sans queue ni tête et c’est le premier pas dans la science de la pharmacomarocologie une discipline spécifique de nos contrées. Et n’allez pas chercher sa signification vous risquerez de donner vos neurones aux chats !

 

Analyse sur le fond             


Le problème est simple : on n’est pas arrivé à comprendre l’intérêt d’associer un Macrolide avec une Amoxicilline protégée. On a entamé alors des recherches dans nos propres documents, sur l’index prescrire, et enfin sur le net sans trouver aucune trace de cette association, bien au contraire on a trouvé une étude de 2006 qui conclue qu’une bi-antibiothérapie n’améliore pas le pronostic des pneumonies Ref. [Aspa J et coll. : “Impact of initial antibiotic choice on mortality from pneumococcal pneumonia.” Eur Respir J., 2006 ; 27: 1010-1019] voir détail dans la rubrique texte intégral.

Le débat reste donc ouvert, si vous avez donc une quelconque information à nous communiquer on se fera un plaisir de la partager dans l’intérêt de tous. A condition bien sur qu’elle soit étayée par une bibliographie sérieuse. En attendant on a posé la question à LA REVUE PRESCRIRE et on attend leur réponse qui vous sera certainement communiquée sur cette même page. (à suivre …)           

 

Notre conduite en toute bonne foi :

Elle a été la suivante :

     - Sur le moment on n'a délivré que l’Augmentin et le Celesten goutte (les mauvaises langues dirons car l’Augmentin coûte plus chère) car en fait dans la majorité des textes dont nous disposons les Macrolides sont utilisés en 2ème intention après les Bétalactamines notamment en cas d’allergie à ces derniers. Et on a demandé au patient de revenir le lendemain

     - Le lendemain on a  contacté un médecin pour avis qui a soulevé le problème important des germes atypiques, mais qui a aussi agrée notre démarche d’autant plus que le nourrisson a bien évolué entre temps. Cependant en absence d’arguments claires entre nos mains justifiants le non faisabilité d’une telle association et en l'absence de risques majeurs pour le nourrisson on a fini par délivrer l’Abboticine tout en étant convaincu, en toute bonne foi, de l’inutilité d’une telle association et en espérant que le bébé puisse se porter bien car c’est là ou réside la finalité de notre travail.           

A suivre ...

===========================================================================================

 


Suivi post-rédactionnel


21/02/09
       L’association d’un MACROLIDE  et d’une BETALCTAMINE existe dans le cadre de l’éradication, chez l’adulte, du germe helicobacter pylori, une des causes de l’ulcère gastroduodénal. Et ce dans le cadre d’un protocole devenu classique associant :
MACROLIDE (Exp. Roxithromycine) + BETALACTAMINE (Amoxicilline) + NITRO-IMIDAZOLE (Exp. Métronidazol) + ANTIULCEREUX (Exp. Omeprazol).
Ce protocole est spécifique à l’adulte, dans un cas très précis, de là à l’extrapoler d’une part de la sphère gastrique au niveau pulmonaire et d’autre part d’une utilisation chez l’adulte à une utilisation pédiatrique il y a une grande marge d’incertitude qu’il est difficile de franchir.   
          


02/03/09

La réponse de la revue PRESCRIRE au sujet de l’association AUGMENTIN & ABBOTICINE nous a été communiqué comme suit : « l’association amoxicilline + ac clavulanique + macrolide peut être envisagée en cas de pneumopathies sévères ».

On trouve aussi dans le supplément Interactions médicamenteuses de la revue PRESCRIRE les quelques lignes suivantes : « en cas de pneumopathie sévère, une antibiothérapie parentérale associe parfois macrolide et bêtalactamine » supplément Interactions médicamenteuses de la revue PRESCRIRE déc. 2008 Tome 28 n°302 page 191

 

Conclusion :
Cette association est donc possible, sauf que le petit texte en question ne mentionne pas les bases rationnelles pharmacologiques d’une telle association (pas de bibliographie).

Autre question les bêtalactamines ont une activité bactéricide (action sur la paroi bactérienne), les macrolides ont une activité bactériostatique (inhibition de la synthèse des protéines au niveau des ribosomes) ces deux modes d’action sont-ils réellement complémentaires ou synergiques ?

In fine, une ordonnance avec un macrolide & une bêtalactamine est recevable dans l’état actuel de ce que nous savons.


 

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article

Recherche