Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 20:54

IMPACTE SUR LA SANTE DES BOISSONS GAZEUSES

OSTEOPOROSE & CANCER DU PANCREAS

 

Mise au point :

A la base, cet article se voulait une rapide et classique lecture officinale d’une étude américaine parue en 2006. Cependant un bref coup d’œil sur Internet à ce sujet montre le foisonnement d’avis et d’injonctions qui mélangent allégrement des données partielles d’études scientifiques et des convictions idéologiques (politiques type antiaméricanisme primaire ou religieuses) alimentées par des enjeux commerciaux colossaux.    

En toute simplicité nous considérons dangereux (à tort ou à raison) tout amalgame entre :

- Des données scientifiques par essences rationnelles y compris dans les incertitudes
  &
- Des avis politiques ou religieux  qui impliquent en premier lieu des émotions

En effet, ce genre d’amalgames associé à l’analphabétisme analytique de la population est, à notre avis, une des sources de diffusion d’attitudes démagogiques irrationnelles qui se construisent, la plus part du temps, sur des vérités partielles.

Pour notre part, nous essayons le plus possible de séparer entre des réflexions générales et des faits scientifiques, cela ne doit pas nous empêcher de discuter, sans injonctions explicites, l’impacte de ces derniers sur le plan socio-économique. Mieux encore, cette dernière donnée est une des caractéristiques importantes que nous revendiquons sur PHARHAMSTER. 


Coca-cola 0

Boissons gazeuses à base de Cola et Ostéoporose

Source : Tucker, K.L*., Colas, but not other carbonated beverages, are associated with low bone mineral density in older women: The Framingham Osteoporosis Study, The American Journal of Clinical Nutrition, 2006 Oct;84(4):936-42.
*Jean Mayer US Department of Agriculture Human Nutrition Research Center on Aging, Tufts University, Boston, MA 02111, USA. Lien, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17023723 : Il s’agit d’un site gouvernemental américain. Nous insistons volontairement sur le substantif «gouvernemental» car cela permet d’éluder d’emblée toute rhétorique se basant sur des éléments autres que les données scientifiques strictes.               

- Il s’agit d’une étude américaine de 2006, cette étude incluait : 1413 femmes et 1125 hommes
- L’ostéoporose a été objectivée par le calcul de la densité osseuse qui a été mesurée au niveau du rachis et 3 sites de hanche

             Résultats :

      - Après avoir tenu compte des facteurs pouvant influencer la santé des os (consommation de calcium, de vitamine D, activité physique, etc.), les résultats ont montré une diminution de 3.7 à 5.4 % de la densité osseuse au niveau de la hanche chez les femmes qui consommaient tous les jours une boisson de type cola, comparativement à celles qui en consommaient moins d’une fois par mois. 
      - La densité osseuse des hommes n’était pas touchée par la consommation de cola et les femmes qui consommaient des boissons gazeuses autres que le cola ne présentaient pas une diminution de leur densité osseuse. 
      - Les boissons gazeuses allégées ou sans sucre à base de cola ont donné des résultats similaires.           
      - Aucune donnée ne suggère qu’une consommation occasionnelle de cola soit dommageable pour les os.

 

       A l’heure actuelle il n’y a pas d’explication pharmacodynamique de ces résultats. Cependant des pistes restent à explorer :

- Des substances contenues dans les colas peuvent être impliquées à savoir : caféine, acide phosphorique, voire  l’extrait du cola lui même. Mais cela reste discutable en particulier pour la caféine (exemple pour ce site gouvernemental belge : http://www.mangerbouger.be/Le-cafe-certitudes-et-incertitudes )
- La consommation de ce type de boissons au détriment du lait pourrait également expliquer ce phénomène.  
- Par ailleurs, la consommation régulière de ces boissons pourrait être liée à une mauvaise hygiène de vie associant alimentation dans les fast-foods, une plus faible consommation de fruits et de légumes et sédentarité. 

 

Boissons gazeuses et Cancer de pancréas :

Les boissons gazeuses sucrées sont classiquement associées, avec raison, à une augmentation :
   - Des cas d’obésité
              Source. : Teegarden D. The influence of dairy product consumption on body composition. J Nutr. 2005 Dec;135(12):2749-52.
    - Des cas de syndrome métabolique* et de diabète type II
             Source  14. Stone, Neil J. Focus on lifestyle change and the metabolic syndrome. Endocrinol Metab Clin North Am. 2004 Sep;33(3):493-508, v-vi. Review.

    * NB : Le syndrome métabolique n’est pas une maladie spécifique, mais désigne la présence, chez un individu, d’un ensemble de signes physiologiques qui accroissent le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et d’accident vasculaire cérébral.

          Mais, là, en travaillant sur les colas on a trouvé cette autre étude américaine tout à fait récente (2010) se rapportant sur le lien entre boissons gazeuses et le risque de cancer du pancréas. Rappelons que ce cancer est une maladie rare, heureusement, mais mortelle à 95 %.  

 

Source : Mueller NT, Odegaard A, Anderson K, Yuan JM, Gross M, Koh WP, Pereira MA.. Soft Drink and Juice Consumption and Risk of Pancreatic Cancer: The Singapore Chinese Health Study. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev, 2010; 19 (2): 447.

Lien : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20142243?itool=EntrezSystem2.PEntrez.Pubmed.Pubmed_ResultsPanel.Pubmed_RVDocSum&ordinalpos=1

 

Des chercheurs américains ont, en effet, évalué le mode de vie et les habitudes alimentaires d’une cohorte de 60 524 personnes de Singapour, durant 14 ans.

            Résultats : 

    - À la fin de l’étude, 140 sujets avaient reçu un diagnostic de cancer du pancréas. Soit 0.02%
    - Ce qui caractérisait le mieux les sujets atteints, c’était leur consommation de boissons gazeuses sucrées.
    - Les auteurs de l’étude ont calculé que ceux qui buvaient 2 consommations ou plus par semaine voyaient augmenter de 87 % leur risque de contracter un cancer pancréatique

      Selon des déclarations du chercheur principal de l’étude, Mark Pereira, rapportée par le site canadien passeportsante.net « ces résultats s’expliqueraient éventuellement  par les fortes quantités de sucre que renferment les boissons gazeuses qui pourraient épuiser le pancréas en exigeant qu’il produise davantage d’insuline ce qui, prédisposerait au cancer pancréatique »

       En outre il ajoute : « Les résultats de la présente étude épidémiologique ne permettent pas de conclure hors de tout doute que les boissons gazeuses sucrées sont une cause spécifique de cancer pancréatique, affirme le chercheur »

 

  L’avis de l’apothicaire :   "Sauf bonne foi sauf erreur ou omission"

    A la lecture de ces études, qui nécessitent certainement de plus amples approfondissements, un changement d’attitude du consommateur vis-à-vis des boissons gazeuses paraît nécessaire.
Que ces boissons soient fabriquées au Tibet, à la Mecque, à Rome ou à Atlanta, le concept même des boissons gazeuses avec la quantité de sucre et les divers intrants qu’elles contiennent est incompatible avec une hygiène de vie convenable.          
Cela rejoint les recommandations des nutritionnistes depuis belle lurette, sauf qu’aujourd’hui nous disposons de plus en plus d’études sérieuses pour étayer ces recommandations.     

      Ces boissons doivent être considérées comme des produits d’agrément à consommer exceptionnellement. Ce sont des aliments sans aucun intérêt nutritionnel, ils n’améliorent en aucun cas la digestion (contrairement à ce que pense beaucoup de nos concitoyens, y compris certains médecins). 
      Ils s’agit de boissons qui, souvent, se substituent aux véritables aliments sains : légumes, fruits entiers, viandes et laitages (en quantités suffisantes et sans excès). Le meilleur liquide pour s’hydrater reste l’eau potable.
 Attention : les boissons incriminées ici ne sont pas les eaux minéralesgazeuses type OULMES ou VICHY, mais spécifiquement les boissons gazeuses sucrées types sodas et limonades  

      Au niveau réglementaire, les propositions qui visent à prohiber ce type de produits paraissent excessives, démagogiques et anachroniques  vu l’évolution de la plupart des sociétés visant à étendre les libertés individuelles et leur corollaire de responsabilité. Cela ne doit pas empêcher les Etats à opter pour la régulation de ce secteur, l’information objective et l’éducation nutritionnelle de la population en association étroite avec la société civile. Le mot clef qui résume parfaitement notre avis c'est
la modération    

A lire : - IMPACTE DES BOISSONS SUCREES SUR LE DIABETE & LE SYNDROME METABOLIQUE 

           - BOISSONS ENERGISANTES : PRENDRE DU RECULE             

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche