Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 13:06

LECTURE OFFICINALE

OBÉSITÉ ENTRE MYTHES & RÉALITÉS

OBÉSITÉ ENTRE MYTHES & RÉALITÉS

Source: David B. Allison et coll. : Myths, presumptions, and facts about obesity. N Engl J Med. 2013., 31; 368. NB : En cliquant sur le lien vous avez accès à l’article dans son intégralité 

Source Image : Sculpture : Margot Pitra (Détail), photocomposition : Pharamster     

       Une équipe internationale de vingt chercheurs dirigée par David B. Allison de l’University of Alabama at Birmingham s’est attaquée à un certain nombre d’idées reçues au sujet de l’obésité et les a mises à l’épreuve de l’argumentation scientifique. Le résultat, comme on le verra par la suite, est surprenant.   

Au sujet de l’obésité, de nombreuses affirmations sont émises comme des vérités absolues par le corps médical, les enseignants et les média. Ces affirmations sont généralement issues d’articles parus dans des journaux scientifiques, elles sont même parfois à la base de décisions politiques pour lutter contre l’obésité.

 Cette équipe, à travers cette étude, démontre que ces « connaissances » sont souvent

- soit des mythes : affirmations qui sont contredites par les travaux scientifiques

- soit des présomptions : hypothèses non démontrées par les données scientifiques disponibles.

Au chapitre des mythes

Les auteurs refutent :

       - « la règle des 3 500 kcals » : celle-ci précise qu’une simple diminution de 100 kcal/jour des apports caloriques (ou d’une augmentation équivalente de la dépense énergétique) pendant cinq ans aboutit à une perte pondérale de 22,7 kg. Ce calcul selon ces chercheurs est faux. Si l’on tient compte de l’adaptation métabolique qui accompagne la perte pondérale, la perte de poids finale théorique n’est en fait que de 4,5 kg !

       - Toujours selon les auteurs de cette revue, l’idée qu’une perte de poids rapide entraîne une reprise de poids plus importante qu’un régime moins sévère est un véritable mythe infondé.

De même, bien qu’il soit recommandé de fixer des objectifs pondéraux « raisonnables », cette attitude pleine de bon sens n’est pas plus efficace que celle qui consiste à viser une perte pondérale très (voire trop) ambitieuse !

       - En ce qui concerne la prévention de l’obésité chez l’enfant, la promotion de l’activité physique à l’école semble inefficace pour réduire l’incidence de l’obésité, si l’on en croit les conclusions de deux méta-analyses qui ont regroupé les résultats d’études d’intervention en milieu scolaire.

        - De même, contrairement à ce qui est souvent répandu, l’allaitement n’est pas un facteur protecteur majeur de l’obésité de l’enfant.

         - Enfin, l’idée qu’un rapport sexuel d’une durée moyenne de six minutes conduit à dépenser 100 à 300 kcals est infondée. Les auteurs estiment cette dépense à 21 kcals. À titre comparatif, un homme dépense 7 kcals (soit 14 kcal de moins) en regardant la télévision pendant la même durée.

Au chapitre des présomptions

En ce qui concerne les présomptions, les auteurs mentionnent celles de l’importance du petit déjeuner, des fruits et légumes, de l’intérêt d’un environnement riche en équipement sportif et de l’importance d’un apprentissage précoce des bonnes habitudes alimentaires pour prévenir ou traiter l’obésité.

Bien que souvent présentées comme des vérités, il ne s’agit là que de présomptions pour lesquelles le niveau de preuve est faible voire nul. De même, il n’est pas démontré que la lutte contre les prises alimentaires inter-prandiales réduit la prise de poids ni même que le phénomène yoyo réduit l’espérance de vie.

Quelques messages scientifiquement fondés

A côté de ces incertitudes, les auteurs mentionnent quand même quelques messages qui leur semblent scientifiquement fondés. Parmi ces derniers ils rappellent les vérités suivantes :

     - La chirurgie bariatrique est efficace pour obtenir une réduction pondérale à long terme et diminuer la mortalité des personnes ayant une obésité massive. Remarque de l’officinal : oui mai à quel coût ?
    - En pédiatrie, les programmes nutritionnels impliquant l’environnement familial permettent d’obtenir une perte pondérale plus marquée.
    - L’exercice physique apporte un bénéfice quel que soit le poids et aide à maintenir un poids stable à long terme.

    - Malgré l’importance des déterminants génétiques dans la prise de poids chez une personne prédisposée, l’obésité n’est pas une fatalité et elle peut être combattue par des changements réalistes des habitudes de vie.

OBÉSITÉ ENTRE MYTHES & RÉALITÉS

L’avis du pharmacien :

    Cet article, qui remet en cause un certain nombre de concepts, illustre parfaitement ce qu’on a appelé dans un article de juillet 2010: Les ambiguïtés rationnelles

En effet, il arrive souvent qu’avec des demi-vérités, issues à l’origine de publications scientifiques, on construit des concepts qui à force de simplification et de banalisation deviennent des vérités absolues incontestables et évidentes.

Les résultats présentés ici peuvent êtres eux-mêmes discutés. Cela dit un constat s’impose : en nutrition, comme dans les autres domaines de la médecine, ce qui relève du « bon sens » ne relève pas forcément de la « vérité scientifique ». Le « bon sens » doit se soumettre aussi l’épreuve de l’argumentation scientifique, à défaut il doit être présenté comme une présomption.    

Afin de lever l’ambiguïté dans les messages nutritionnels qui sont communiqués au grand public : une distinction devrait être clairement exprimée entre ce qui est établi, ce qui est supposé, et ce qui n’est que du domaine du mythe…

Un exemple édifiant à ce sujet : La consommation du lait & la santé, à ce sujet on vous propose de lire 2 articles :

1.  Un récent article du 31/10/14 publié dans le Huffington post intitulé : Le lait présenterait un danger pour les adultes? Une étude suédoise jette le trouble.

2. Un article du 02/01/2010 mis en ligne sur PHARAMSTER intitulé :   LAIT & CANCER DE LA PROSTATE ETAT DES LIEUX

3. Le Nouvel Observateur publié le 31/10/2014 « Les laitages ne sont pas le poison absolu, mais ils ne sont pas indispensables »

Au sujet des régimes lire : Existe-t-il un régime idéal ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Al 09/03/2015 14:26

Merci pour l'article. En effet, la prévention est le meilleur moyen de lutter contre l’obésité car une fois que la surcharge pondérale est en place il est souvent très difficile de retrouver son poids de forme. Cette prévention doit commencer dès le plus jeune âge en ayant une alimentation équilibrée et variée ainsi que la pratique d'une activité physique régulière. Elle est aussi un facteur important de maintien de son poids une fois les kilos en moins.

Recherche