Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 20:48

CALCIDIA
Un prix excessif injustifié

 

 

        Je viens de recevoir ce mercredi 01/04/09, une toute petite fille chétive qui demande avec assurance CALCIDIA. Ce qui m’a intrigué c’est sa façon de le demander qui démontrait qu’elle l’utilisait de façon courante, elle se démenait avec la petite monnaie pour payer ses 61,60 DH jusqu’au dernier sou. Curieux je lui demandais machinalement :
 - Qui utilise ce produit ? Sa réponse sonna comme un premier coup de froid « c’est pour moi » je me disais au fond de moi-même que cela doit être pour une corticothérapie au long cour. Un 2ème  coup de froid tomba quand elle continua avec sa petite voie frêle et un sourie à tomber par terre « oui c’est pour moi, je fait une dialyse ».

Sur le coup, j’ai eu le réflexe de sourire, de ne pas montrer mon profond trouble, et de rester professionnel le plus possible continuant sur un ton impartial : Ton nom ? Elle me répond Kaoutar B, et ton age : 13 ans, en fait elle faisait en fait la taille d’une enfant de 10 ans. Et les médicaments que tu prends ? Mais pourquoi vous me demandez tout cela me dit-elle. Je n’osais pas lui dire que c’était juste pour essayer de quémander pour elle les produits qu’elle utilise, mais de peur de ne pas les trouver et de la décevoir, je lui répondis en balbutiant que c’était pour apprendre à la connaître …


Un élément me fit retourner à mon activité professionnelle pure, c’est le du prix de CALCIDIA. Un produit qui mérite largement une analyse critique rigoureuse

Analyse critique du CALCIDIA

            Données de base
  

Nom commercial  :  CALCIDIA Boite de 20 sachets

Principe actif        :  Carbonate de calcium 3,85 g par sachet de 5 g, quantité livrée par boite : 77 g 

Excipients            :  Saccharose (1, 15   g/ sachet), éthylvanilline.      

Prix                      :  61,60 DH
Fabriquant            :  PROMOPHARM Sous licence SOEKEMI-LEFRANCQ

 

            Analyse :

      Le carbonate de calcium (CaCO3) est un produit simple et largement répondu en pharmacie utilisé d’une part comme antiacide (comme dans RENNIE, SERVITINAL) et d’autre part comme apport de calcium (CALCIFIX, CACIT, CALCIDIA) en cas de risque de décalcification ; il a par ailleurs un effet constipant, on l’utilise aussi dans beaucoup de préparations officinales en association avec le kaolin entre autre.

Ce qui est frappant dans le cas de CALCIDIA c’est  le prix de 61,60 DH qui n’est absolument pas justifié et pour cause :
            - La présentation sous forme sachet est banale et ne demande aucune technologie spéciale
            - La formulation de l’excipent est d’une simplicité évidente : l’excipient est composé de sucre et d’arome vanille (s’il n’y avait pas l’obligation du dosage précis en calcium on pourrait le fabriquer dans une cuisine de grand-mère)
            - Le prix de détaille de 1 kg carbonate de calcium coûte chez les fournisseurs de produits parapharmacie le prix de : 35,00 DH soit 0,035 DH le g sachant que dans une boite de 20 sachets de CALCIDIA il y a 77 g de carbonate de calcium le coût du principe actif  va être : 2,695 DH par boite. Il faut savoir que ce coût va être infiniment plus bas pour le laboratoire qui en achète de très grandes quantités
             - Au final le prix de revient du CALCIDIA ne serait constitué exclusivement que de frais de marketing.    


Comment, alors qu’on nous inonde d’innombrables copies d’omeprazol, d’amlodipine, de sildenafil etc. voire de compléments alimentaires onéreux et absolument superflus, on délaisse un produit simple, utile tel que le carbonate de calcium (avec en tout comme excipient du sucre et l’arôme vanille). Laissant Kaoutar et des milliers de pauvres dialysés, souvent sans couverture médicale, payés un produit dont le prix ne devrait pas dépasser les 20,00 DH.


C’est là encore un exemple concret qui démontre l’inadéquation d’une politique industrielle pharmaceutique basée uniquement sur le marché à travers les chiffres de l’IMS.

C’est là aussi un des rôles les plus importants du pharmacien d’officine qui doit être, à travers ses instances représentatives oh combien absentes, un révélateur de dysfonctionnement du système et un contrepoids positif permettant une politique industrielle mettant en adéquation les impératifs du marché, qu’on ne conteste pas, et les besoins médicamenteux réels de la population, qui sont l’autre composante, à caractère humain, fondamentale pour un exercice éthique de notre profession.     

                  

PS :Aux dernières nouvelles, le père de KAOUTAR est un vendeur d’œufs au détail.   


A lire aussi  sur ce même blog :
"THALAMAG & CELEBREX GM Nouveaux produits inutiles"  
"LE RÔLE DU PHARMACIEN"     

 

 

Greffe d'organes & les mesures de contrôle ?

Au Maroc, plus de 6.500 personnes souffrent d'insuffisance rénale chronique en phase terminale.
Ils sont pris en charge par dialyse rénale dans 135 centres d'hémodialyse privés et publics existants, mais seuls 160 sont porteurs de greffon rénal.
C'est la ministre de la Santé qui annonce ces chiffres, soulignant que près de 3.000 patients ne peuvent bénéficier d'un traitement en raison de l'offre de soins qui reste insuffisante. Ce sont les raisons pour lesquelles la ministre de la Santé légitime la priorité qu'accordé à présent sa stratégie à la promotion du don d'organes. Initiative louable, mais qui suscite tout de même l'inquiétude des syndicalistes. A l'ODT, il est capital d'accompagner cette initiative par des mesures de contrôle très rigoureux. «Si jamais la greffe d'organes est autorisée dans toutes les cliniques privées, il faudra imposer des mesures de contrôle et des sanctions sévères pour barrer la route au trafic d'organes qui peut facilement se déclencher», affirme Ali Lotfi, secrétaire général de l'ODT. Et de poursuivre qu'il s'agit là «d'un domaine très sensible qui a créé de gros problèmes dans plusieurs pays où les organes humains ont alimenté un commerce très juteux».

Source : "LE SOIR ECHOS" n° 290 du 07 / 04 / 09, page 8     

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans CAS D'OFFICINE
commenter cet article

commentaires

Recherche