Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 19:27

LE TABAC RESPONSABLE DE 8% DES MORTS AU MAROC

LE TABAC RESPONSABLE DE 8% DES MORTS AU MAROC

Sources :

- LA TRIBUNE  « Louardi : 8% des morts au Maroc seraient dues au Tabac »

- LE CANARD LIBERE, n°422, page 4, du 05/02/2016

Autre source :

- Déclaration au site marocain Hespress d’El Hassan El Baghdadi, président de l’Association Marocaine de Lutte le Tabagisme & le Drogues : « Le lobby du tabac attire de plus en plus de clients dans la marre de l’addiction » en arabe  

 

          Mercredi 13/01/2016 le ministre de la Santé, Mr Houcine El Ouardi qui s’exprimait lors d’une journée d’étude sur le tabagisme organisée au niveau la Chambre des représentants, affirmait :

- Le tabagisme est responsable de 8% du niveau de la mortalité générale au Maroc, dont 

  • 75% de décès dus au cancer du poumon
  • 10%  de décès dus à des maladies respiratoires

- le taux du tabagisme au Maroc est l’un des plus élevés dans la région du Moyen Orient,    

  • 31% des hommes sont des fumeurs
  • 2,3% des femmes,
  • 10% chez les garçons entre 13 et 15 ans et 7% chez les filles.

Des chiffres équivalents sont rapportés par la FONDATION LALLA SALMA , qui cependant ne donne pas de statistiques concernant le nombre de morts liés au tabac.       

L’avis du pharmacien :

        De prime abord, pour ceux qui n’arrivent pas encore à imaginer concrètement les effets néfastes du tabac, je vous invite à consulter cette page du site dermatomaroc.com : Cas clinique tabac

        Au rythme de la recrudescence du tabagisme au Maroc, on finira par arriver aux chiffres catastrophiques de l’Indonésie où 67% des hommes sont fumeurs. Lire à ce sujet cet article édifiant de la Tribune de Genève : La cigarette dès 3 ans, un fléau en Indonésie. Cela montre les effets délétères du laxisme en matière de lutte contre le tabac.

Sur Pharamster nous avons à plusieurs reprises traité ce sujet :

 

Manifestement, la politique marocaine en matière de tabac est au mieux laxiste et au pire clairement hypocrite. Et pour cause : la privatisation de la Régis des tabacs et la libéralisation de sa distribution à partir de 2011 au profit de gros intérêt internationaux, ont permis sur le territoire national :

1- L’émergence de lobbys et de groupes de pression pro-tabac hyperpuissants  et de dimension internationale. Quand on sait que l’Union Européenne avec toute sa puissance et son armada administrative de Bruxelles a du mal à y faire face, on imagine mal un pays comme le Maroc dans sa solitude et avec la corruption légendaire de son administration, contrecarrer les desseins de ces groupes. La libéralisation de ce marché est une erreur stratégique dont les conséquences sont catastrophiques pour l’avenir de millions de citoyens marocains.

2- L’émergence d’une dépendance des finances du pays vis-à-vis de la manne fiscale qu’apporte le marché du tabac aux caisses du trésor public. Une dépendance d’autant plus importante que l’économie marocaine a un besoin incessant de financements pour doper sa croissance.

3- L’émergence de besoins sociaux liés à ceux qui gagnent leur pain quotidien dans ce secteur : agriculteurs, ouvriers, employés, détaillants. Sachant que dès qu’on touche aux intérêts de ces petites mains, on se retrouve face à des syndicats dont les intérêts vont de pair avec ceux des industriels du tabac. Et qui dit syndicats … dit politique et donc on se retrouve sur le même banc que les producteurs de tabac. Un cercle vicieux est bouclé. 

Si on veut lutter réellement contre le cancer, il faut commencer d’abord par purifier les finances l’Etat du tabagisme ; chose qui apparait actuellement comme une mission impossible.

Pour ce faire il aurait fallu : 

- utiliser d’abord les techniques d’intelligence économique afin de connaitre les divers réseaux et accointances opérant dans le secteur du tabac (y compris parmi les syndicats et autres responsables politiques).

- puis proposer des stratégies (soft en général) afin de contrer ces diverses pressions, sans déstabiliser les structures de l’Etat.

- Puis recréer le monopole de l’Etat. (oui … c’est utopique)

- Par la suite réaffecter, dans la loi de finance, les ressources perçues du tabac et de son industrie dans des projets d’investissement, et surtout ne pas les affecter au budget de fonctionnement, afin d’amorcer la « désintoxication des finances de l’Etat »

- C’est alors qu’interviendra la communication et la sensibilisation des citoyens

 

Tout cela montre qu’actuellement qu'on est loin de toute stratégie éfficace, et que l’Etat continue d’être à ce sujet schizophrène (pour ne pas dire plus) ; en effet :

- il donne à l’industrie du tabac des avantages et des agréments, stimulant ainsi une concurrence qui implique des volumes de vente plus importants  …. avec les conséquences qui en découlent

- Et en même temps le Ministère de la santé (donc l’Etat) vient déclamer les milliers morts au parlement avec beaucoup d’empathie et nous proposer encore des campagnes de communications budgétivores et stériles en terme d’impact, comme le montrent les résultats actuels. En réalité le Ministre de la santé n'a absolument pas les moyens de lutter contre le tabagisme.

De quoi je me mêle ?

     A titre individuel, l’officinal a clairement peu d’impact. Cependant, on se doit d’utiliser notre influence, aussi minime soit-elle, pour sauver quelques vies.

En effet, si on met l’intérêt du patient au cœur de notre métier, au lieu du médicament, la lutte contre le tabagisme devient une partie intégrante de notre activité.

Question : Et alors, que gagnerai-je en m’investissant dans cette lutte ? À travers notre expérience professionnelle de plus 15 ans, on peut affirmer que, malgré quelques rares échecs, notre discours nous a permis d’augmenter notre capital confiance auprès de la population. Ce qui, en plus de l’amélioration de notre image de marque, a un impact réel sur le chiffre d’affaire.

En transformant l’officine en un véritable pôle santé effectif et accessible au cœur de nos quartiers, notre démarche dynamise les ventes. C’est, de très loin, plus rentable et plus pérenne que les techniques de marchandising et autres marchés …  c’est véritablement l’exemple de  cercle vertueux auquel on convie nos confères.              

     Au niveau collectif, on aurait souhaité une implication effective et volontariste des structures représentatives des officinaux. Au-delà des discours creux et de vœux niais, ce sont des actions concrètes et un engagement sans faille envers nos patients et notre population. Et cela se fera à travers des prises de position courageuses contre l’industrie du tabac, une communication bien argumentée et claire sur les méfaits du tabagisme. Collectivement notre engagement doit être courageux, intellectuellement intègre et surtout indépendant autant vis-à-vis du gouvernement que de l’industrie du tabac. 

                                 

Partager cet article

Repost 0
Published by Amster - dans MEDECINE & SANTE
commenter cet article

commentaires

Abdessamad 15/03/2016 13:51

salam cher confrère.
D abord merci pour cette perle "pharamster" un blog que j adore vraiment.
Est ce possible une analyse critique de cette ordonnance:
1/ xatrale lp100 :
1cp/jrs pdt 1mois
2/ Ditropan cp:
1 cp le soir .
c'est pour une deuxieme fois que je recois une ordo de meme type..la premiere cc'etait terazosine nomon + ditropan.
y a t'il une indicatiion speciale puisque ditropan est contre indiqué pour une Hypertrophie de prostate? c'est ma question.
Merci infiniment Dr..

Abdessamad 15/03/2016 22:56

Mra7bhba Dr
je vous communiquerai plus de detailles le plus tôt possible.
cordialement.

Amster 15/03/2016 20:00

Merci Sidi pour cette excellente proposition,
Pour la transformée en un article PHARAMSTER j'ai besoin, si possible, des précisions suivantes :
- l'âge et sexe du patient (je présume qu'il s'agit d'un homme aux environs des 50 ans)
- les antécédents du patient s'ils sont connus
- le prescripteur secteur public ou privé
- la date de la prescription
Cela nous permet une approche réaliste de la gestion de ce cas d'officine
En tout état de cause on s'y attèlera de suite, cela prendra quelque temps car on vraisemblablement
on s'y attaquera à travers le prisme de la pharmacodynamie et des effets IIaires de chacun des 2 produits.
Merci Sidi

Recherche