Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 01:57

 

les ambiguïtés rationnelles !

DANS LE DISCOURS 

 

      Juste avant les vacances, on voulait terminer cette saison en beauté, du moins selon PHARHAMSTER, avec un bijou d’intelligence qu’on a littéralement déniché dans la Revue Prescrire de ce mois de juin 2010, il ne prenait en effet comme place dans la page que quelques maigres centimètres.

Notez d'abord ce magnifique dialogue :

 

 L’homme du marketing ou le vendeur des fausses bonnes idées :

                        100 % des gagnants ont tenté leur chance

 Le consommateur, ou le simple citoyen :

                         Je ne me laisserai pas influencer par des arguments simplificateurs

 La réplique géniale du vendeur :

                         C’est votre droit le plus stricte de rester pauvre

  10-06-07-PRESCRIRE-N--320-JUIN-2010-PAGE404-Alain-Savino.jpg

 SOURCE :  ALAIN SAVINO in REVUE PRESCRIRE N° 320 JUIN 2010 PAGE 404

             C’est un exemple magnifique qui démontre qu’avec des vérités qui ne sont absolument pas fausses, mais qui sont tout à fait partielles, on construit un discours qui ne prête presque à aucune critique.

Cette manière de présenter est largement diffusée dans le cadre du marketing pharmaceutique, où les laboratoires multiplient les prouesses pour présenter des analyses parfaitement cohérentes avec le plus souvent des vérités partielles induisant des erreurs d’appréciation colossales de la part du corps médical.

Et les exemples ne manquent

- Le plus flagrant : faire prescrire par un médecin un complément alimentaire onéreux complètement inutile en le faisant passer pour un médicament. Ces véritables faux médicaments jonchent scandaleusement, et de plus en plus, nos rayons dans un pays où la majeure partie de la population a très difficilement accès aux médicaments essentiels.   

- Faire prescrire un produit qui a presque autant d’efficacité qu’un placebo, avec de très belles présentations aux couleurs chatoyantes, et surtout des références bibliographiques complètement illisibles largement approximatives et parfois invérifiables et que personne ne cherche à vérifier.

- Faire minorer scandaleusement les effets secondaires en noyant l’esprit du prescripteur par des concepts et des mécanismes d’action novateurs et très poussés (Exp. des COX II)

 

Attention, en disant cela il faut comprendre qu’il n’y a aucune effraction à la loi, tout est parfaitement légal (ou presque). Mieux encore, vouloir légiférer sur ce genre de sujet ne fera que complexifier les lois existantes qui sont elles-mêmes suffisamment ambiguës.

 

En fait, c’est au receveur de l’information de se prémunir contre l’analphabétisme analytique largement diffusé autant dans le commun de la population que dans les élites.

En parlant du corps médical on se remémore Axel Kahn au sujet de l’enseignement, car il ne suffit plus de former correctement la personne sur le plan technique, il faut en plus l’armer de capacités analytiques qui vont lui servir autant dans sa vie professionnelle que dans sa vie citoyenne.

 

Les ambiguïtés rationnelles de façon générale :

             Si ce concept est souvent utilisé dans le marketing pharmaceutique, on le retrouve aussi dans les statistiques et il l’est encore plus utilisé ailleurs.   

Les vérités partielles constituent un outil de base pour les Hommes politiques (Berlusconi, Bush …), même les plus démocrates d’entre eux en utilisent. 

On les retrouvent aussi à la base des analyses extrémistes qu’elles soient d’obédiences nationalistes, antisémites ou religieuses. Curés, Imams et Rabbins et autres prédicateurs utilisent le plus souvent la réplique géniale du vendeur «C’est votre droit le plus stricte de rester pauvre».Il suffit de changer pauvre par «en enfer».

Autrement dit, un événement  qui, à la base, est complètement aléatoire devient, par le miracle du discours, bien prédéfini et parfaitement cohérant avec : une cause qui est votre comportement et une raison qui est la raison divine (les séismes en est l’exemple parfait).

Les grands discours qu’ils soient ceux des extrémistes ou des grands Hommes politiques  sont souvent développés par des gens éminemment intelligents, relayé par des élites (cadres suppérieurs, médecins, pharmaciens, ingénieurs …) le plus souvent analytiquement analphabètes et repris enfin par le commun des mortels comme une parole divine.

 

La question de La binarité et le discours :  

Ce sont souvent là des analyses binaires avec 2 paramètres seulement : oui vs non, enfer vs paradis, sexe vs châtiment, le mal vs le bien … c’est cette binarité qui est à la base de la popularité des théorie extrémistes. En effet la multiplicité des paramètres, qui correspond souvent à la réalité des choses, rend complexe la compréhension des concepts de modération.

    L’exemple du bien et du mal : Jacques Brel aurait pu dire au lieu du rouge et noire : le mal et le bien ne s’épousent-ils pas ? Le mal et le bien absolus sont en fait une vue de l’esprit, il y a toujours du bien dans ce qui est considéré comme mal, et du mal dans ce qui est considéré comme bien. A ce propos une magnifique phrase coranique dit : [OUA AASSAA AN TAKRAHOU CHAYAANE OUA HOUA KHAYROUNE LAKOUM] « il se peut que vous haïssiez une chose alors que c’est bien pour vous » et la réciproque est parfaitement juste. Cela démontre que les textes religieux peuvent être parfaitement utilisés pour nuancer le discours. Sauf qu’en intégrant dans le mal une partie du bien et dans le bien une partie du mal, on se retrouve, n’ont pas avec 2 paramètres, mais avec 4 [le mal, le mal +/- bien, le bien +/- mal et enfin le bien] avec ce genre de discours on ne fera jamais recette face a un peuple qui du mal à intégrer plusieurs paramètres à la fois. Bush l’a parfaitement utilisé en parlant du fameux « axe du mal »                    

« C’est vrai que les personnes d’origine étrangères sont … mais … car … » la nuance dans l’analyse est toujours difficile à faire passer dans l’effervescence des compagnes électorales ou dans les réunions de prédication, car elle fait appel à une multiplicité de paramètres difficilement assimilables par l’auditoire.      

 

Que dire de plus, si non qu’autant dans les pays du sud que dans ceux du nord, la démocratie, depuis le développement astronomique du marketing social, nécessite impérativement un citoyen électeur :

 - à la hauteur de la complexité des problèmes actuels

 - aguerrie aux techniques de la communication

 - et surtout avec un sens aiguisé de l’analyse rationnelle à même de ne pas le faire tomber dans la facilité voir la passivité intellectuelle, hypothéquant par là sa conscience et ses valeurs au profit d’autrui.             

Dans l’attente de cette évolution, qui est très peu probable vu l’état de notre enseignement, il faut repenser peut être la démocratie avec comme objectif premier de produire d’abords les futurs acteurs qui seraient à sa hauteur.

 

Au final ce dessin a été pour nous une délectation intellectuelle incommensurable, car il vient à point nommé pour montrer simplement des concepts qui, au fond, sont assez compliqués.

C’est avec cet exemple d’intelligence innée de l’artiste que nous clôturons cette saison extrêmement enrichissante pour nous et on espère aussi pour vous.   

Sur ce, je vous souhaite d’excellentes vacances et à la rentrée inchallah  (… tout de même)          

Repost 0
Published by Amster - dans REFLEXIONS
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 21:58

L E C T U R E   O F F I C I N A L E

L E S   S A R T A N S

DE NOUVEAUX RISQUES SE PRECISENT

 

LES ANTAGONISTES de l'angiotensinogène II en question 

        Cette lecture fait suite à notre article sur les sartans : LE LOSARTAN & LES SARTANS  et comme relevé dans le commentaire d’un de nos lecteurs, les sartans sont de plus en plus cités dans des effets secondaires relativement importants qui concernent actuellement surtout l’olmesartan [OLMETEC] et le telmisartan [MICRADIS] 

 

1er cas : le telmisartan [MICRADIS] et cancer :

Source :   I Sipahi , S M Debanne, D Y Rowland, D I Simon, J C Fang. “Angiotensin-receptor blockade and risk of cancer: meta-analysis of randomised controlled trials”, The Lancet Oncology, Volume 11, Issue 7, Pages 627 - 636, July 2010.

              Une étude publiée ce mois de juillet dans The Lancet Oncology intitulée « Les inhibiteurs des récepteur de l'angiotensine et le risque de cancer: une méta-analyse d'essais contrôlés randomisés »

A la base de cette méta-analyse la publication d’études expérimentales impliquant le système rénine-angiotensine, en particulier l'angiotensine II et les récepteurs AT1 et AT2, dans

         - la régulation de la prolifération cellulaire,

         - l'angiogenèse

         - et la progression tumorale.

L’objectif de cette étude est d’évaluer l’incidence des sartans sur la fréquence du cancer avec une méta-analyse d'essais contrôlés randomisés de ces médicaments.

       Méthode :

Les chercheurs ont scruté les bases de données : Medline, Scopus, le registre central Cochrane des essais contrôlés, Cochrane Database of Systematic Reviews, et la US Food and Drug Administration site pour les études publiées avant Novembre 2009, qui comprenait l'un des sept sartans actuellement disponibles aux USA.

       Resultats :

C’est le telmisartan qui a été le plus souvent cité en particulier pour le cancer du poumon. Utilisé pendant au moins 1 an, il a augmenté, par rapport au placebo, le risque de cancer, certes très faiblement mais d'une manière statistiquement significative.

Les auteurs concluent que « compte tenu des données limitées, il n'est pas possible de tirer des conclusions sur le risque exact de cancer associés à chaque médicament en particulier »

 

 

2e cas : Olmésartan [OLMETEC au Maroc, BENICAR au USA] et mortalité cardiovasculaire

Source :  FDA Drug Safety Communication: Ongoing safety review of Benicar [Olmesartan] and cardiovascular events. Updated: 11/06/2010 (cliquer sur le titre) 

 

              Dans une note d’information daté du 11/06/2010, la FDA rapporte 2  deux essais cliniques appelés ROADMAP et ORIENT* destinés à évaluer les effets cardiovasculaires de l'olmésartan versus placebo chez des diabétiques de type 2 et qui ont conduit à des résultats opposés à ceux qui étaient attendus, c'est-à-dire à une augmentation de la mortalité d'origine cardiovasculaire

ROADMAP et ORIENT  sont les deux essais cliniques à long terme. Dans les deux essais, les patients diabétiques de type 2 ont reçu soit un placebo ou de l’olmésartan avec pour objectif de déterminer si le traitement par ce dernier pourrait ralentir la progression de la maladie rénale.

Or une découverte inattendue observée dans les deux essais est apparue : en effet il y a eu un plus grand nombre de décès dus à une cause cardiovasculaire (infarctus du myocarde, mort subite, d'accident vasculaire cérébral) chez les patients traités par l’olmésartan par rapport au placebo !
La FDA conclu :

    - « FDA estime que les avantages de Benicar (Olmésartan) chez les patients souffrant d'hypertension artérielle continuera à l'emporter sur les risques potentiels. »
    - « L'Agence prévoit d’examiner les données primaires des deux études, ROADMAP et ORIENT, et envisage d'autres moyens d'évaluer les effets cardiovasculaires du Benicar. »

 

L’avis du pharmacien :

     A l’heure actuelle et en fonction des données disponibles, et si on suit les conclusions de la FDA il n’y a pas actuellement de grosses inquiétudes.

     Cela dit, ces deux cas montrent la nécessité de prendre du recul par rapport à une classe chimique dont certaines molécules (olmésartan et telmisartan) nécessitent de plus amples études de pharmacovigilance.

     D’autre part la  prescription préventive de ces molécules contre des « facteurs » de risque plus ou moins bien établis mérite d'être pesée.

     Si on désire absolument un antagoniste de l’angiotensine II, à notre avis, il vaut mieux en rester à la molécule de référence le losartan. La multiplicité des molécules « mee-too » n’apporte aucun plus en terme pharmacologique, par contre elle peut favoriser l’émergence d’effets secondaires inattendus. L’objectif premier des molécules « mee-too », qui sont pratiquement toutes basées une structure bipényle substituée par un noyau tétrazole, n’est autre que de partager le marcher du 1er sartan commercialisé : le losartan.

 

*I n f o r m a t i o n s   c o m p l é m e n t a i r e s  :

     - ROADMAP : Randomized Olmesartan and Diabetes Microalbuminuria Prevention Study

C’est une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo, multicentrique, menée en Europe.

L'essai comprenait 4447 patients atteints de diabète de type 2 et au moins un facteur supplémentaire de risque cardiovasculaire, mais sans preuves manifestes de la néphropathie.

Les patients ont été randomisés pour recevoir soit 40 mg d'olmésartan soit du placebo.

L'objectif principal était d'évaluer si olmésartan pourrait retarder l'apparition de la microalbuminurie. La majorité des patients avaient 3 à 5 facteurs de risque cardiovasculaire et 80% des patients ont recours à d'autres antihypertenseurs. La durée moyenne d'exposition à olmésartan était de 39 mois.

Les patients ont été autorisés à recevoir d'autres classes de médicaments antihypertenseurs

    - ORIENT : Olmesartan Reducing Incidence of End Stage Renal Disease in Diabetic Nephropathy Trial              

C’est une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo, multicentrique, menée au Japon et à Hong Kong.

L'essai comprenait 566 diabétiques de type 2 et de néphropathie avérée, ont été randomisés pour recevoir soit l’olmésartan 10 mg à 40 mg par jour soit du placebo.

Les patients ont été autorisés à recevoir d'autres classes de médicaments antihypertenseurs. Le critère composite d'évaluation principal a été le doublement de la créatininémie, l’insuffisance rénale terminale, et toutes autres causes de mort

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 10:00

LE BAC À LAURÉATS

 

        Ci-après deux dessins avec un même sujet, le baccalauréat, et surtout un même constat. En effet derrière les statistiques présentées par le ministère de l’éducation national, les deux caricaturistes pointent le doigt sur le fait que ces statistiques cachent des lacunes abyssales en terme de formation.

10 06 08 LESOIR N°588 BACHELIER

Source : Le Soir N°588 du 08/06/2010

10 06 24 Bac copie1

Source : AUFAIT N° 775 du 24/06/2010

[modifiée par PHARHAMSTER]

 

L’école au Maroc reste marquée par une forme de ségrégation basée sur les moyens. Elle se structure autour de 3 pôles :

         - L’enseignement français, qui est le même qu’en France et qui constitue une échappatoire, une forme d’immigration éducationnelle, pour une très petite minorité. Un enseignement qui malgré les efforts consentis reste, de fait, déconnecté de la réalité marocaine.       

         - L’enseignement privé marocain qui, avec le florilèges des programmes et des mises à niveau absurdes, initiés le plus souvent sur des bases démagogiques (arabisation, tifinagh ...), essai d’obtenir le meilleur pour une classe relativement restreinte.

         - L’enseignement public marocain qui est, de nos jours, l’emblème de la médiocrité malgré quelques exceptions ici et là.

 

10 06 03 amazigh ecole

Source : LE SOIR du 03/06/2010

 

Mais au-delà de ces faits, Axel Kahn expliquait dans une interview avec Jean-Jacques Bourdin la semaine dernière (sur BFM TV), qu’une bonne formation est une condition certes nécessaire mais pas suffisante. De nos jours, on a besoin en plus d’inculquer des valeurs citoyennes.     

L’école devrait non seulement assuré sa mission de base mais en plus elle devrait être capable d’initier les structures intellectuelles de base du futur citoyen :

           - par rapport à la complexité des systèmes démocratiques,

           - par rapport à la lecture de l’image et à l’interprétation de l’information,

           - par rapport la versatilité des valeurs morales …

C’est en quelque sorte une forme de lutte contre « l’analphabétisme analytique » qui est, à notre sens, la mission suprême de tout système éducatif.

Entre cette vision et la réalité marocaine, on mesure l’ampleur colossale de notre retard en terme de développement humain, malgré la bonne tenue globale de l’économie nationale face à la crise. 

A ce sujet, l’INDH (Initiative Nationale pour le Développement Humain) qui est à la base une idée importante puisqu’elle met pour une première l’Homme au centre de développement, est lourdement handicapé par la faiblesse du rendement de l’école dans ses deux composantes :

          - l’enseignement et la formation qui répondent à des besoins économiques

          - l’éducation qui répond elle à des besoins de base du progrès humain et de civilisation    

Une éducation efficiente, nécessite obligatoirement un projet de société cohérant et réalisable, remportant l’adhésion de la majorité des élites et d’une partie non négligeable des autres composantes de la société. Un tel projet implique une relecture rationnelle préalable de l’Histoire et une vision réaliste du futur. C'est le genre de projet, qui à l'heur actuelle, n'existe toujours pas (...)        

                         

Articles consultés :  

- Au fait n°775 page 04 : Baccalauréat 43,78% de réussite à la première session

- Le soir n°600  page 9 : Baccalauréat : Taux de réussite de 43,7%

Repost 0
Published by Amster - dans REFLEXIONS
commenter cet article
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 21:12

L E S   B I O S S O N S   E N E R G I S A N T E S

PRENDRE D'ABORD DU ... RECULE ! 

 10-07-09-RED-BULL-copie-4.jpg

« Dynamise les neurones », « Stimule les fonctions vitales », « Gage de performance »… Que de belles choses que promettent les boissons énergisantes. Mais sous ces promesses de vitalité se cachent tout simplement du sucre, de la caféine et de la taurine !

Les principaux ingrédients des boissons dites énergisantes :

Outre des vitamines, des acides aminés de façades et du sucre on retrouve principalement dans ces boissons :    

     - La taurine (cliquer pour plus d’informations) ainsi dénommée parce qu'elle a été isolée initialement dans la bile de taureau. Sa structure se rapproche de celle du GABA.

C’est une petite molécule présente dans le cerveau où elle régule le volume des cellules et joue le rôle de neuromodulateur inhibiteur [elle bloque l'activité électrique des neurones].

Aucune application médicalement démontrée n’a été rapportée à ce jour pour cette molécule.

    - La caféine : c’est la principale substance active en fait de ces boissons; il y en a de 50 à 505 milligrammes par canette ou bouteille.

    - La guarana : c’est une plante originaire de l’Amazonie sous cette appellation on camoufle en réalité une autre source de caféine en plus. Vendue comme « naturelle », la guarana agit comme un stimulant. Et consommée en grande quantité, elle provoque les mêmes effets secondaires que la caféine : insomnie, maux de tête, irritabilité et nervosité

Analyse critique :

      - L’utilisation des boissons dites énergisantes 

> On consomme ces boissons pour tenter d'améliorer les fonctions cognitives et la concentration. A l’heure actuelle, on ignore si elles ont un effet réel sur ces aptitudes [1]

> On les consomme aussi pour améliorer les performances sportives ou pour bloquer les effets négatifs de l'intoxication alcoolique (lors des soirées arrosées). Mais les conséquences à court et à long termes de là consommation de ces boissons ne sont pas encore bien connues.[1]

Des études sérieuses ont montré que ces mêmes boissons en absence de sucre n’ont aucun effet sur les aptitudes sportives. Le sucre serait donc la seule source d'énergie de ces boissons [1]

       L’avis du pharmacien :

La mention boisson énergisante est donc elle-même en grande partie erronée. On devrait parler plutôt de « boissons surexcitantes » ou surstimulantes. C’est plus logique avec la nature de leur composition, qui en réalité masque au niveau du système nerveux central la perception de la fatigue qui constitue par elle-même le signal de la souffrance du corps. Masquer cette fatigue c’est exposer le corps à des dégâts parfois irréversibles. La notion d'énergie d'un aliment se réfère à sa teneur en Calories         

 

      - Les effets secondaires des boissons dites énergisantes 

Quand elles sont consommées seules, leur toxicité, n’est pas formellement démontrée. Cela dit selon un essai clinique mené par une équipe du Henry Ford Hospital, à Détroit [2] Ces boissons feraient augmenter la pression artérielle et le rythme cardiaque.

Méthode : 

    - Les chercheurs ont recruté 15 volontaires, âgés de 18 ans à 40 ans, qui se sont abstenus de toute forme de caféine pendant 48 heures.

    - Les sujets se sont ensuite présentés en clinique où ils ont ingéré 500 ml (deux canettes) d’une boisson énergisante.

    - Leur pression artérielle et leur rythme cardiaque ont été mesurés au cours des heures qui ont suivi. L’expérience a été répétée six jours plus tard.

Les résultats : 

Cette petite étude a démontré que 4 heures après la consommation de la boisson, le rythme cardiaque des volontaires avait augmenté de façon significative, soit de 5 à 7 battements par minute, en moyenne. La pression artérielle, quant à elle, avait fait un bond de 10 mmHg. Les chercheurs montrent du doigt la caféine et la taurine qu’on trouve dans les boissons énergisantes.

Selon James Kalus le chercheur principal de l’étude : « L’augmentation de la pression et du rythme cardiaque est négligeable pour les individus en bonne santé, mais peut s’avérer critique pour ceux qui souffrent d’hypertension, de maladies cardiaques et qui sont sous médications »

L’avis du pharmacien :

On regrette le très petit nombre de volontaires en particulier pour étudier un produit de grande consommation ! 

Globalement les principaux effets secondaires retenus se rapportent à ceux de la caféine à savoir : 

    - Augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle.

    - On a rapporté certains décès, par exemple la mort d’un jeune homme de 28 ans, coureur motocycliste qui avait consommé ce genre de boissons toute une journée[1]. Ce décès s’expliqureait par le fait que la combinaison de caféine et de taurine à haute concentration, associée à une activité physique intense, aurait engendré une ischémie du cœur et un arrêt cardiaque.

    - L’association de ces boissons et de l’alcool masque les effets délétères précoces de l’éthylisme engendrant ainsi une surenchère catastrophique dans la consommation d’alcool.    

    - En retrouve en outre, ici, les symptômes classiques de l'intoxication à la caféine qui sont multiples :

            - nervosité, anxiété, tremblements

            - agitation, insomnie

            - troubles gastro-intestinaux

    - Enfin et même si le sujet est controversé aujourd’hui, selon certains il existerait une éventuelle forme de dépendance à la caféine chez certaines personnes et l'apparition de symptômes de sevrage [type : maux de tête; fatigue; insomnie, dépression, nausées, irritabilité problèmes de concentration]

 

L’avis du pharmacien :

Les boissons énergisantes constituent un exemple type d’alicaments, lire à ce sujet sur ce blog : POUR UNE CLASSIFICATION GLOBALE DES PRODUITS DESTINES A LA CONSOMMATION HUMAINE .

Ce genre de produit est caractérisés par :

      - L’ampleur des intérêts économiques énorme impliqués dans ces produits  

      - Le flou législatif qui concerne cette classe de produits

      - Le manque de recule pour des produits fortement concentrés destinés à la grande consommation. Même si leur composition qualitative reste relativement banale et commune.  

       - Le manque d’argumentaires scientifiquement rigoureux à charge ou à décharge de ces produits. Autrement dit, trivialement, on est dans la logique « tant qu’il n’y a pas de catastrophe, pourquoi pas ? »

La réflexion de l’apothicaire :

L’erreur est inhérente à l’exercice de la réflexion qui ne peut être considérée comme la négation l’avis de l’autre. C’est un exercice libre et libéral à la fois.

 A défaut de textes de lois clairs et de précaution d’emplois légalement établies, on propose :

     - Suspendre l’appellation « Boisson énergisante » et la remplacé par « Boisson surexcitantes »

     - Ajouter en lettres claires sur ces boissons « ne pas associer ces boissons avec de l’alcool » comme cela se fait déjà au Canada.

     - Ne pas utiliser en cas d’activité physique intense

     - Ne pas utiliser chez les patients ayant ou susceptible de développer des maladies cardiovasculaires        

     - Ne pas utiliser chez l’enfant et la personne âgée

     - Produit à consommer avec modération

Moyennant ces précautions, la consommation de ces boissons surexcitantes peut être tolérée à défaut d’être supprimée par manque d’arguments scientifiques justifiants clairement leur dangerosité pour le grand public …

     Autres articles sur la même thématique :

      - IMPACT SUR LA SANTE DES BOISSONS GAZEUSES : OSTEOPOROSE & CANCER DU PANCREAS

      - LES ACIDES GRAS POLYINSATURES OMEGAS-3

      - LECTURES OFFICINALES : Le lait & cancer de la prostate

      - IMPACTE DES BOISSONS SUCREES SUR LE DIABETE & LE SYNDROME METABOLIQUE

      Sources :

1- Mickaël NAASSILA*. « Les boissons énergisantes sont-elles dangereuses ? », Revue Pour la Science - n°392 – page 20 – Juin 2010. *dirige l’équipe de recherche sur l’alcool et les dépendances de l’université de Picardie Jules Verne

2- Steinke L, et al, Effect of “Energy Drink” Consumption on Hemodynamic and Electrocardiographic Parameters in Healthy Young Adults, Annals of Pharmacotherapy, avril 2009, Vol. 43 (publié sur Internet avant impression).

3 - Lamarine RJ. Selected health and behavioral effects related to the use of caffeine. J Community Health 1994; 19(6): 449-66.

 

 

Repost 0
Published by Amster - dans MEDECINE & SANTE
commenter cet article
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 20:32

S Y N T H È S E

LE LOSARTAN & LES SARTANS  

 

Suite à la mise sur le marché marocain TANZAAR®, une 4e copie de losartan COZAAR® un antihypertenseur antagoniste de l’angiotensine II, nous vous présentons une synthèse au sujet du losartan par rapport aux autres aux autres antihypertenseurs et par rapport aux sartans.

A - L’offre de LOSARTAN sur le marché marocain

 

Un tableau pour se situer :

L’offre de LOSARTAN sur le marché marocain

SPECIALITE

LABO.

50 mg

Boite 14 CP

50 mg

Boite 15 CP

50 mg

Boite 28 CP

100 mg

Boite 28 CP

50 mg

Boite 30 CP

COZAAR

MSD

125.00 DH

8.92 / CP

 

247.00 DH

8.82 / CP

370.00 DH

13.21/ CP

 

ANGINIB

PHI

102.00 DH

7.28 / CP

 

192.00 DH

6.85 / CP

 

 

LACINE

NOVO

PHARMA

 

91.00 DH

6.06 / CP

 

 

177.30 DH

5.91 / CP

PREZAR

BOTTU

45.00 DH

3.21 / CP

 

85.00 DH

3.03 / CP

 

 

TANZAAR

AFRIC PHAR

42.00 DH

3.00 / CP

 

81.00 DH

2.89 / CP

153.00

5.46 / CP

 

 

Source partielle : DOCTINEWS, n°23, page 36, juin 2010

NB 1 : Par rapport à notre source, nous avons juste ajouté la dernière spécialité TANZAAR et le prix par CP. Ces informations sont  donc rendues publiques par DOCTINEWS y compris le nom des laboratoires.

NB 2 : les prix mentionnés sont susceptibles d’être modifiés (en principe tirés vers le bas), la validité de ce tableau est donc limitée dans le temps.

NB 3 : Le prix n’est qu’un paramètre parmi d’autres pour le choix par un prescripteur d’un produit donné        

 

L’avis du pharmacien sauf erreur de notre part :

L’erreur est inhérente à l’exercice de la réflexion qui ne peut être considérée comme la négation l’avis de l’autre. C’est un exercice libre et libéral à la fois.

     - Au-delà des différences importantes de prix que tout un chacun est libre d’apprécier ou non (du simple au triple quand même !),

     - Au-delà du fait que certains produits se présentant comme « génériques » ou comme « copies à prix accessible » ont des prix relativement élevés (le double des PPM les moins chers),

Cette offre se caractérise par la présence de boites petits models de 14 et 15 CP et des boites grands models de 28 et 30 CP. Nous considérons qu’une harmonisation des présentations dictée par l’administration de tutelle est fortement souhaitable pour une meilleure lisibilité des prix, autrement dit il vaut mieux s’aligner sur les présentations de la molécule princeps (COZAAR) pour épargner au corps médical de perdre son temps dans des petits calculs d’apothicaire.

Plus généralement, et quelque soit la DCI, la multiplicité des présentations « sous remplies » ou « sur remplies » favorise l’opacité des prix. Il est du ressort de l’administration de tutelle, et particulièrement dans un petit marché caractérisé par la faiblesse de la consommation, de réguler les gammes dans l’intérêt de nos patients et pour la pérennité de nos systèmes d’assurance maladie embryonnaires.        

 

B - L’hypertension artérielle (HTA) expliquée à nos patients :

Pour s’attaquer au losartan on est obliger de passer par la compréhension de la pression artérielle (façon pharhamster bien sur). Nous profitons de cet article pour vous présenter notre façon d’expliquer l’HTA à nos patients au quotidien : 

       La pression artérielle n’est autre que la pression qu’exerce le sang sur la paroi des artères. Plus simplement, c’est comme une eau qui passe dans un tuyau et qui exerce une pression sur le tuyau, en perçant le tuyau, l’eau gicle sous l’effet de cette pression.

       Dans le corps humain le contrôle de cette pression est fondamental, car contrairement au tuyau, les artères et les veines ne sont pas à 100% étanches, elles sont en fait le siège d’échanges, fondamentaux pour la vie, entre le sang et les divers tissus  (eau, oxygène, CO2, micronutriments …). Et l’un des paramètres de base régulant ces échanges n’est autre que la pression artérielle.   

       Mais on n’a pas fini encore avec cette histoire de tuyaux (là, c’est sur, on va finir plombier), car pour faire passer l’eau dans la tuyauterie on a besoin d’une pompe (ou une source d’énergie cinétique), dans le corps humain c’est le cœur. Sauf que la pompe hydraulique de l’être humain a une spécificité : elle donne un courant discontinu, c’est la fameuse onomatopée [boum – boum … boum – boum] qui correspond d’abord à une contraction du cœur générant au niveau de la circulation une pression haute (la systolique) suivit d’un relâchement de cette même pompe générant cette fois-ci au niveau de la circulation une pression basse (la diastolique).

      A partir de là, comment peut-on agir sur la pression artérielle ? la réponse est théoriquement simple : en agissant sur les divers paramètres :

- En réduisant le volume du contenu càd le sang : c’est le cas des diurétiques

- En dilatatant le contenant càd la paroi artérielle :

- En modulant le rythme de notre fameuse pompe, le cœur, générant ainsi une circulation sanguine avec beaucoup moins d’à-coups.

Les divers thérapeutiques antihypertensives vont agirent avec plus ou moins de prédilection sur l’un des paramètres ci-dessus cités  

Mais au niveau physiologique la pression artérielle est contrôlée en fait par :
              - le système adrénergique (noradrénaline), responsable d'une diminution de l'activité sympathique en jouant sur les récepteurs bêta1 et alpha1 (très schématiquement : cela correspond respectivement au niveau périphérique à des vasoconstrictions et à des vasodilatations).
               - le système rénine-angiotensine-aldostérone : l'angiotensine provoquant une vasoconstriction artériolaire et une sécrétion d'aldostérone, l'aldostérone provoquant une augmentation de la volémie, la rénine permettant le passage de l'angiotensinogène à l'angiotensine I.

 

C - Situation du losartan dans l’arsenal des thérapeutiques de l’HTA :

 

     - La thérapeutique non médicamenteuse : 

La première thérapeutique de l’HTA n’est autre que les règles hygiéno-diététiques qu’on retrouvent ici comme pour la majorité des pathologies. Le médicament constitue en fait une nécessité de moindre mal dont la prescription est objectivée par la balance [bénéfice <> risque]. La première solution en terme de santé ne devrait pas être le médicament, mais une prise de conscience de la nécessité d’un changement profond de nos attitudes vis-à-vis des comportements à risque. Cela implique :          

               - La suppression du tabac et  des situations de sur stress.
               - Une alimentation saine adapté : restriction sodée modérée, une consommation suffisante de calcium.

               - En cas d’obésité un régime hypocalorique : la seule réduction du poids entraîne une diminution sensible de sa pression artérielle, réduction de l'apport alimentaire en cholestérol et en lipides saturés (pour diminuer l'incidence des complications de l'artériosclérose).
               - Une activité physique régulière: dans les limites des possibilités cardiovasculaires de chaque malade, pour maintenir un équilibre pondéral satisfaisant, mais également pour faire baisser la pression artérielle. Ainsi, préférer les exercices de type isotonique (course modérée, nage) aux exercices de type isométrique (soulèvement de poids par ex.) qui augmentent la pression artérielle.

    - Liste des  thérapeutiques médicamenteuses les plus utilisées de l’HTA :

 

1 - Les diurétiques :

Diurétiques ils provoquent une baisse de la volémie et du débit cardiaque, une vasodilatation artériolaire et ont un effet natriurétique. Ils comportent : 

          - Hyokalémiants de l'anse type furosémide (LASILIX ou autre) et hyokalémiants thiazidiques type hydrochlorothiazide (ESIDREX seul et dans de nombreuses associations)          

          - Hyperkalémiants type spironolactone (ALDACTONE) amiloride (MODURETIC)

2 - les médicaments à impact adrénergique

          - alpha-bloquants : prazosine (MINIPRESS) provoquent une vasodilatation artériolaire par inhibition de l'action des catécholamines (la noradrénaline endogène) par action sur les récepteurs alpha1. Remarque on trouve dans cette famille des molécules avec des indications urologiques.  

          - beta-bloquants : propranolol (AVLOCARIL ou autre) : ils bloquent les effets sympathiques sur le cœur, réduisant le débit cardiaque et abaissant la pression artérielle

          - Antihypertenseurs centraux : méthyldopa (ALDOMET) ce sont essentiellement des agonistes des récepteurs alpha. La stimulation des récepteurs alpha2 au niveau des centres vasomoteurs du cerveau réduit l'effet sympathique et par conséquent la pression artérielle par vasodilation.

 3 – Inhibiteurs calciques :

Type nifépidine (ADALATE) :  ils modifient l'entrée du calcium dans les cellules en bloquant les canaux calciques lents, entraînant ainsi une vasodilatation. Leur effet inotrope négatif limite leur indication en cas d'insuffisance cardiaque.
4 - Inhibiteurs de l'enzyme de conversion

Type captopril (LOPRIL) il inhibent la synthèse de l’angiotensine II (un puissant vasoconstricteur) diminuant ainsi les résistances périphériques, retardent la dégradation de la bradykinine (un puissant vasodilatateur), altèrent la synthèse des prostaglandines, modifient l'activité du système nerveux adrénergiques et augmentent l'activité rénine-plasmatique. Ils peuvent entraîner une toux irrésistible.

5 - Antagonistes de l'angiotensine II

Type losartan (COZAAR ou autre), le losartan est le premier des antagonistes des récepteurs AT1 de structure non polypeptidique, actifs par voie buccale. D’autres molécules de la même famille chimique, appelée communément les SARTANS, vont lui emboîter le pas par la suite.   

6 · Enfin, il y a les diverses associations synergiques : Elles sont utilisées en seconde intention après un échec thérapeutique en monothérapie :

    &

Diurétiques     

Bêta-bloquants

Diurétiques                                            

Inhibiteurs de l’enzyme de conversion

Inhibiteurs de l’enzyme de conversion  

Inhibiteurs calciques

Inhibiteurs calciques                              

Bêta-bloquants

Antagonistes de l'angiotensine II           

Diurétiques

 

 

Au final, l’objectif de cette liste c’est de pouvoir situer le losartan dans la panoplie des thérapeutiques de l’HTA. Ainsi le losartan et tous les autres sartans constituent une des dernières familles chimiques d’antihypertenseurs développés.  

 

D – La pharmacodynamie du losartan : 

      Pour bien situer le mécanisme d’action du losartan et des autres sartans on est obligé de rappeler le système rénine-angiotensine-aldostérone. Pour se faire, on vous propose cette fiche faite maison :

SYSTEME RENINE ANGIOTENSINE 

Pour plus d’informations sur ce système nous invitons à lire cet article : Système rénine-angiotensine-aldostérone

 

Les sartans se fixent de façon sélective aux récepteurs AT1 présents particulièrement au niveau du cœur et du rein, se traduisant par un blocage des effets de l'angiotensine II.

A travers le schéma ci-dessus on comprend que les sartans vont agir à un étage plus précis que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion.

- le losartan est métabolisé dans l'organisme en un métabolite 10 à 40 fois plus actif que lui à poids égal.

- Une des caractéristiques des sartans est l’absence d'effet rebond à l'arrêt du traitement. Cela implique une plus grande sécurité. Après l’arrêt du losartan, le taux d’angiotensine II revient aux valeurs initiales dans les trois jours.

- Le losartan n’a pas d’effet agoniste ou inhibiteur sur d’autres récepteurs hormonaux ou sur les canaux ioniques d’où une minoration des effets secondaires par rapports aux IEC

- le losartan n’a pas eu d’effets cliniquement significatifs sur la fréquence cardiaque.

 

Mais on ne peut pas parler de la pharmacodynamie du losartan sans citer quelques études célèbres à son sujet présentées ici de façon très résumée :

Etude LIFE en 2002  Losartan vs Atenolol :

Source : Dahlöf B et coll. : “ Cardiovascular morbidity and mortality in the Losartan Intervention For Endpoint reduction in hypertension study (LIFE) : a randomised trial against atenolol.” Lancet 2002; 359: 995-1003

      - Il s’agit d’une étude multicentrique internationale destinée à déterminer si chez l’hypertendu à risque présentant une hypertrophie ventriculaire gauche (HVG), un traitement par le losartan, est supérieur en terme de morbi-mortalité cardiovasculaire à la prise en charge classique par béta-bloqueur.
     - 9193 patients hypertendus, âgés de 55 à 80 ans, ont été inclus dans cet essai randomisé en double aveugle. Pour participer à l’étude, les patients devaient présenter une HTA confirmée

     - Cette étude a montré l’efficacité clinique du losartan, avec un avantage du losartan par rapport à l’atenolol en terme d’effets secondaires cardiovasculaires. En plus d’un avantage tangible chez les diabétiques  avec une diminution du risque d’événements cardiovasculaires défavorables de 24,5 %, de mort de cause vasculaire de 37 % et de mortalité globale de 39 %.

ETUDE RENAAL

Source : Brenner BM, Cooper ME, de Zeeuw D, Keane WF, Mitch WE, Parving HH, et al. Effects of losartan on renal and cardiovascular outcomes in patients with type 2 diabetes and nephropathy. N Engl J Med 2001 ; 345 : 861-9.

     - L’objectif de cette étude de 2001 était de démontrer l’effet néphroprotecteur du losartan au-delà des bénéfices du contrôle tensionnel seul.  

     - Sur 1513 patients diabétiques hypertendus ou non et au terme de 3 années d'étude, les auteurs rapportent une baisse de 28% de l'evolution vers l'insuffisance rénale et de 25% du risque de doublement de la créatininémie.

    -Cette étude a démontré l'efficacité des sartans en néphroprotection avec diminution du risque d'apparition d'une insuffisnace rénale terminale

ETUDE ELITE I  &  ELITE II : LE LOSARTAN VS CAPTOPRIL

L’objectif ces 2 études est fort intéressant car elles comparent  un agoniste récepteurs de l’angiotensine II avec un inhibiteur de l’enzyme de conversion  

ELITE 1 : Pitt B, Segal R, Martinez F, et al. Randomised trial of losartan versus captopril in patients over 65 with heart failure (ELITE). Lancet 1997 ; 349 : 747-752.

ELITE 2 : Pitt B, Poole-Wilson P, Segal R, et al. Effect of losartan compared with captopril on mortality in patients with symptomatic heart failure : randomised trial – the losartan heart failure survival study ELITE II. Lancet 2000 ; 355 : 1582-1587.

       - ELITE I C’est une étude de 48 semaines menée chez 722 patients atteints d’insuffisance cardiaque, il n’a pas été observé de différence entre les patients traités par le losartan et ceux traités par le captopril pour le critère principal de modification à long terme de la fonction rénale.

       - La réduction du risque de mortalité avec le losartan par rapport au captopril, observée dans l’étude ELITE I, n’a pas été confirmée dans l’étude ELITE II ultérieure.

     -Dans les deux études cliniques contrôlées contre comparateur actif (et non contre placebo) menées chez des patients atteints d’insuffisance cardiaque, la tolérance du losartan a été supérieure à celle du captopril, en tenant compte de l’incidence des arrêts du traitement en raison d’événements indésirables et la fréquence significativement plus faible de toux. Ce qui se qui en cohérence avec la sélectivité du losartan vis-à-vis des récepteurs AT1 

 

Au final les indications du losartan selon le RCP du COZAAR mis à jour 28/08/2009 sont :

         - Traitement de l'hypertension artérielle essentielle chez les adultes et les enfants et adolescents âgés de 6 à 18 ans.

         - Traitement de l'atteinte rénale chez les patients adultes diabétiques de type 2, hypertendus, avec protéinurie ≥ 0,5 g/jour, dans le cadre d'un traitement antihypertenseur.

         - Traitement de l'insuffisance cardiaque chronique (chez les patients de 60 ans et plus), lorsque le traitement par inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC) est inadapté en raison d'une intolérance (en particulier, la toux) ou d'une contre-indication. Le losartan ne doit pas être utilisé en traitement de relais chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque, stabilisés par un IEC.

          - Réduction du risque d'accident vasculaire cérébral chez les patients adultes hypertendus présentant une hypertrophie ventriculaire gauche à l'électrocardiogramme

 Avec très peu de contre-indications : l’insuffisance hépatique sévère et la grossesse 2e et 3e trimestre 

Des effets secondaires prévisibles : les plus fréquents (entre 1 et 10 % des cas) on note : des étourdissements, vertiges, asthénie/fatigue, hypotension, hypoglycémie, hyperkaliémie

 

Discussion :

Dans un article (Rev. Precrire Décembre 2007/Tome 27, N°290, page 888) la Revue Prescrire explique que : les recherches concernant les antagonistes le l’angiotensine II ont commencé dans les années 1970 pour aboutir au début des années 1990 avec le losartan     

Dans un autre article (Rev. Precrire Mars 2008/Tome 28, N°293, page 199) la revue énumère 5 classes d’antihypertenseurs de première ligne [les diurétiques, les bêtabloquants, les inhibiteurs calciques, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et les sartans ]. Chez les patients hypertendus sans diabète ni complications cardiovasculaire la revue préconise

    - Les règles hygiéno-diététique

    - En cas d’échec la revue préconise d’abords des diurétiques

L’avis du pharmacien 

Les sartans constituent une réelle avancé dans les thérapeutiques antihypertensives. Et au vu des données actuelles du marché marocain le rapport [Bénéfice thérapeutique >< Prix] est largement en leur faveur pour les raison suivantes :

              - Pas d’impact sur la kaliémie

              - Pas d’effet rebond en cas d’arrêt brutal

              -  Avantage démontré en cas de diabète et/ou d’affection vasculaire associée

Nous pensons de bonne foi que le losratan devrait faire parti, en toute logique, des outils thérapeutiques des médecins généralistes qui ne le prescrivent pas par méconnaissance des développements actuels.       

     

E – Filiation chimique du losartan  (On y arrive !)

C’est un véritable plaisir que de vous présenter ce paragraphe, en effet le losartan a une très belle structure chimique (presque aussi belle que celle des benzodiazépines) :

  LOSARTAN.jpg

La dénomination scientifique du losartan est la suivante : 2-Butyl-4-chloro-1-[[2'-(1H-tetrazol-5-yl)[1,1'-biphenyl]-4-yl]methyl]-1H-imidazole-5-methanol sous forme généralement de sel monopotassique

Remarquez cette magnifique structure bipényle substituée par un noyau tétrazole : c’est la strucrure de base de la plus part des sartans.

Cette structure présente en plus   une stéréoisomérie conformationnelle.

 « Les stéréoisomères conformationnels constituent les différentes représentations spatiales d'une même configuration. Il ne s'agit pas d'espèces chimiques isolables, le passage d'une conformation à l'autre s'effectuant par rotation autour de liaisons simples. Certains composés d'intérêt thérapeutique peuvent toutefois se révéler davantage actifs sous l'une ou l'autre de leurs conformations. »

Et là, on va aller encore plus loin en vous montrant une image exceptionnelle montrant l’interaction entre le losartan et le récepteur AT1. Cela montre de façon géniale l’intérêt primordial de cette structure biphénile

interaction-du-losartan-au-niveau-du-recepteur-AT1.jpg

Pour finir, ci-après un tableau comparatif des diverses molécules on remarquera que le telmisartan se caractérise par le remplacement du noyau tétrazole par un groupement carboxyl, cela dit, ils ont tous globalement des propriétés similaires à celles du losartan. Il s’agit de produits « me too » (moi aussi), dont le principal objectif est de partager le marché du losartan à travers des substitutions chimiques (du bricolage chimique) sans touché à l’ossature biphényl. On retrouve dans cette liste : Le candésartan ATACAND®, le valsartan TAREG®, l'olmésartan OLMETEC®, le telmisartan MICRADIS® et l'irbésartan APROVEL®

LES SARTANS

 

POST-SCRIPTUM du 24/07/2010

Lire aussi un nouvel article à ce sujet : LES SARTANS DE NOUVEAUX RISQUES SE PRECISENT  

Repost 0
Published by Amster - dans MEDICAMENT
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 20:44

Prochainement    sur   PHARHAMSTER

Clavier.jpg 

      - Dans rubrique médicament : suite à la mise sur le marché marocain d'une 4e copie de LOSARTAN, on vous présentera une synthèse sur cette molécule, avec les traditionnelles filiations chimique et pharmacologique

      - Dans la rubrique lecture officinale : Lecture d’un article paru la revue Pour la Science de juin 2010 au sujet des boissons énergisantes par M NAASSILA directeur de recherche d’unité sur l’alcool & pharmacodépendance de l’Université de Picardie Jules Verne.

      - Dans la rubrique chiffre & repères : Les chiffres du bac marocain. Une caricature suivit d’un commentaire 

      - Dans la rubrique escapade : Un dessin absolument génial paru dans revue prescrire, dôle et terriblement intelligent, à ne surtout pas rater.

Dans la foulée une nouvelle publicité pour le préservatif faite maison, avec des personnages haut en couleur, le texte est déjà rédigé, l’iconographie est en cours ...

PHARHAMSTER est le fruit d’un effort strictement personnel, et à part vous, il n’a ni correcteur attitré ni comité de lecture.

Nos articles sont rédigés de bonne foi, sauf erreur de notre part. L’erreur est inhérente à l’exercice de la réflexion qui ne peut être considérée comme la négation l’avis de l’autre. C’est un exercice libre et libéral à la fois. En-cours-de-travaux-copie.jpg

Repost 0
Published by Amster - dans PHARAMSTER
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 17:14

L E C T U R E   O F F I C I N A L E

LE POINT SUR L’UTILITÉ

DE L’APPENDICE ILÉO-CÆCAL

 

10-06-17-L-appendice-ileocaecal.jpg

Source : Jean-Pierre BADER* «L’appendice ne sert-il vraiment à rien ? », Revue Pour La Science, n°390, Page 20, avril 2010. * Professeur émérite et ancien directeur scientifique de l'INSERM

 

        Un chiffre : 360 000 personnes subissent une appendicectomie chaque année en France suite à une crise d’appendicite, c’est suffisamment important pour se demander : à quoi sert l’appendice iléo-cæcal ? En arabe AL MASRANA AZAIDA.

C’est à cette question que J.P. BADER, professeur émérite, a tenté de mettre au clair dans une page parue dans l’excellente revue Pour la Science, le versant francophone de la revue américaine « Américan Science ».

 

L’appendice iléo-cæcal ou vermiculaire : carte de visite

   - L'appendice est un petit tube cylindrique de 5 à 12 centimètres de long,

   - Présentant une cavité centrale de 3 à 7 millimètres de diamètre, liée au cæcum, au point de jonction entre l'intestin grêle et le gros intestin.

   - Ses parois sont tapissées de cellules lymphoïdes du système de défense contre les infections.

 

L’utilité de l’appendice iléo-cæcal ?

     Ce petit organe est proche des germes bactériens peuplant le gros intestin, notamment des bactéries non pathogènes utiles à la digestion.

L’appendice peut s'infecter quand des germes pathogènes apparaissent. Si l'appendicite n'est pas rapidement prise en charge, les risques sont multiples: abcès, péritonite, voire décès.

Après des siècles d'impuissance face à ce fléau, on a trouvé le remède pour soulager les malades. Les chirurgiens pratiquent l'appendicectomie, un acte chirurgical de routine qui consiste à retirer l'appendice obstrué.

     Quand une appendicite est diagnostiquée, le rapport bénéfice - risque  lors d'une appendicectomie est si élevé, que certains chirurgiens sont enclins à proposer des appendicectomies dites préventives sur appendice sain dans quelques rares situations. C'est le cas pour des individus devant vivre pendant longtemps dans un grand isolement, loin de tout recours chirurgical urgent, à l'occasion de longues croisières hauturières, d'expéditions polaires, de vols spatiaux, etc.

     Mais les ablations préventives d'appendices sains sont-elles toujours justifiées? Autrement dit quels sont les arguments en faveur ou en défaveur de ce genre d'opérations ? 

 

            Les arguments en faveur de l’inutilité physiologique de l’appendice : 

 - Selon les partisans des appendicectomies préventives, il est souhaitable d'être débarrassé d'un organe susceptible de causer de graves ennuis de santé.

- Beaucoup considèrent que l'appendice n'est qu'un vestige évolutif qui a dû jouer un rôle chez nos lointains ancêtres, rôle à présent révolu. On ne l'observe d'ailleurs plus chez nombre de mammifères, à l'exception des herbivores.

- Un autre argument retenu pour douter de l'utilité de cet appendice est que ses cellules lymphoïdes ne sont pas présentes toute la vie. Leur nombre est maximal à l'âge adulte, puis elles s'atrophient et disparaissent après 70 ans.

           Les arguments en faveur d’une éventuelle utilité physiologique :

- Les détracteurs des appendicectomies blanches dénoncent la facilité avec laquelle on les prescrit parfois chez des sujets qui n'en ont a priori pas besoin. Après tout, rien ne nous dit que cette pratique chirurgicale ne nous prive pas d'un organe sain utile !

- Des études contradictoires reviennent régulièrement sur le devant de la scène. En 1964, est parue une étude statistique portant sur une cohorte de 914 sujets morts d'un cancer du côlon, dont 18 pour cent avaient subi une appendicectomie, proportion plus élevée que celle de la population générale (dix pour cent seulement). On en concluait que l'appendice pouvait jouer un rôle protecteur vis-à-vis de ce cancer. Mais une étude ultérieure a infirmé ce résultat.

- Plus récemment, aux Etats-Unis, William Parkes, de l’Université de Duke, aurait montré que l'appendice serait en fait un précieux réservoir de la flore bactérienne pouvant protéger l'intestin en cas d'infection.

 

           Au final, conclu l’article de J. P. BADER, au point où on en est : on a des hypothèses, des résultats préliminaires et aucune certitude sur l'intérêt que nous avons à conserver le plus longtemps possible ce petit bout d'organe.

 

L’avis du pharmacien :

L’étude de William Parkes, de l’Université de Duke (cliquer pour visualiser l'étude) est tout à fait intéressante, car elle tant à démontrer que la fameuse appendice iléo-cæcal est en quelque sorte un réservoir de probiotiques. Cela dit cette étude reste à confirmer et ce n’est pas tout fait gagné.

L’article de la revue Pour la Science se termine par une conclusion absolument scientifique c’est de dire, qu’au sujet du rôle l’appendice iléo-cæcal, on ne sait pas grand-chose. Et c’est tout à l’honneur de son auteur.

Repost 0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 10:05

p o i n t   d e   v u e

Les faiblesses de la politique de santé au Maroc

 

10-06-09-Le-Soir-n-589-copie.jpg

 

Source du dessin : Le Soir du 09/06/10 n°589, le dessin d’origine comportait à la place de la planche présentée par le médecin une image du ministre de la santé, tel quel le dessin pouvait induire à une stigmatisation physique sur laquelle on est très réservé. Le dessin modifié devient ainsi, à notre sens, plus informatif.      

Source : Pr Amal BOURQUIA Présidente de l’association REINS in « Droit à la santé : Le débat refait surface» Le Soir, n°595, page 9, du 17/06/10

 

         Lors d’une rencontre à Casablanca la présidente de l’association REINS a exprimé son point de vue sur les faiblesses du système de santé marocain. Ci-après les principaux points :

         - L’absence de couverture médicale pour les professions libérales dont les médecins du secteur libéral

         - Le retard dans la généralisation du RAMED

         - La non généralisation de l’exonération du ticket modérateur (la part restant à la charge de l’assuré) à toutes les ALD (affections de longues durées),

         - Les disparités de prise en charge par les multiples régimes d’assurance -maladie (CNOPS, CNSS, assurances privées…)

         - Le cumul des rôles de gestionnaires de l’assurance maladie et prestataires de soins cas de la CNSS et les lenteurs administratives…

 

Les déclarations du Pr. A. Bourquia

 - Au sujet de l’ANAM (Agence nationale de l’assurance maladie).

«Cette instance devrait jouer pleinement ses prérogatives, ce qui n’est pas tout à fait le cas aujourd’hui car elle a hérité d’une situation de patchwork englobant une mosaïque de petits systèmes (Cnops, Cnss, Cmim, Assurances privées et régimes internes aux grandes entreprises et banques)».

              Et de poursuivre :

«Dans un contexte global de crise économique, la fusion de ces régimes en une seule caisse maladie, à l’image de pays plus avancés  tel que la France et le Canada devient une nécessité».

- Au sujet de la CNSS :

«Le lourd héritage de la CNSS qui entrave ses avancées et limite son rôle comme les nombreuses polycliniques dont on projette constamment la cession, sans pour autant les céder»

- Au sujet de la CNOPS

S’interrogeant sur les raisons du maintien du statu quo par rapport à la gestion de la pharmacie de la CNOPS : «La caisse est un assureur santé qui se donne des prérogatives contraires à la loi telles que l’achat et le stockage des médicaments avec des répercussions d’ordre économiques et sociales pour les pharmaciens, les médecins et les patients»

- Proposition :

La présidente de l’association REINS a appelé au regroupement des associations de patients, de médecins et de pharmaciens en fédération. Sa mission? «Débattre et échanger les idées dont les résultats pourraient être exploités par par les décideurs dans le domaine de la santé».  

Repost 0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 10:00

ESCAPADE LE PORTRAIT DE

P H A R H A M S T E R

 

Après 200 articles publiés, oui car celui là est le 201e, il fallait que cela arrive un jour. En effet on est tombé pile point sur notre propre portrait sous la plume d’Alain Savino dans la très sérieuse Revue Prescrire n° 320 juin 2010 :

 10-06-17-PRESCRIRE-N-320-JUIN-2010-PAGE-471-Alain-Savino-c.jpg

        Par honnêteté intellectuelle, pour qu’il soit une  copie conforme du véritable PHARHAMSTER notre apothicaire lui manque des oreilles de lapin et un nez sous forme de point d’interrogation renversé ! En plus des journaux, des revues, des pense-bêtes, des perles de comptoir qui traînent. Et au dessus de tout cela 2 PC qui donnent de PHARHAMSTER l’image d’un trader … les sous et la classe en moins.

Mais, SVP, arrêtons ces stigmatisations d’ordre anatomique. En fait ce dessin nous a posé un véritable dilemme Freudien : faut-il oui ou non changer notre porte-drapeau et notre emblème, j’ai nommé notre Hamster bien-aimé, par l’apothicaire de la Revue Prescrire ?

Après moult tergiversation, conciliabule et des palabres cruels entre le moi et l’ego … la foule des internautes retient son souffle, le moment est grave … la décision solennelle tant attendue tombe enfin :

"Nous avons décidé de conserver notre Hamster bien-aimé en dépit des tentations non dissimulées de l’Apothicaire de la Revue Prescrire. Suit à cet édit historique, je vous demande donc de vous lever, de mettre la main droite au niveau du cœur et de répéter après moi : GOD BLESS OUR HAMSTER"AA-abkamster.jpg

 

Plus sérieusement, à l’occasion du 200e article de ce blog nous tenons à vous faire part du plaisir qu’on a à rédiger ces pages. Un plaisir partagé par nos nombreux abonnés et par des milliers d’internautes chaque mois. Un plaisir partagé est un plaisir doublement gratifiant. Merci à vous  

 

Repost 0
Published by Amster - dans ESCAPADE
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 11:09

C H I F F R E S   &   R E P E R E S 

LES DÉPENSES DE MÉDICAMENTS PAR HABITANT

C O M P A R A T I F   E N T R E   7   P A Y S 

 10-06-16-Depenses-de-medicaments-par-habitant-copie.jpg

Source : A. Berrada « Industrie pharmaceutique le diagnostic poignant du Boston Consulting Groupe » LES ECHOS QUOTIDIEN, n°151, du 16/06/10, pages 4 et 5.

Repost 0

Recherche